Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (11)
Questions / Réponses (1 / 1)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Black Crowes , The Madcaps , Them, The J. Geils Band , The J. Geils Band
- Membre : Pretty Things/yardbird Blues Band, The Pretty Things , Superheavy, Ron Wood , Sugar Blue, Mick Jagger
- Style + Membre : Keith Richards , New Barbarians
 

 Site Officiel (3988)

The ROLLING STONES - Hackney Diamonds (2023)
Par SASKATCHEWAN le 30 Décembre 2023          Consultée 2181 fois

C'est le meilleur album des ROLLING STONES depuis près d’un demi-siècle. Je vous laisse deux secondes pour faire le calcul et décider en votre âme et conscience à quel moment les carottes étaient cuites. Peu importe, cette fois, ils ont fait les choses bien. Un peu sournoisement, certes. Le premier single "Angry", est de fort bonne facture, avec son pré-refrain fédérateur et son motif évident à la batterie. Le traquenard par excellence (on les connaît), l’air de dire excusez-nous pour l’album complètement pourri à venir, mais le single est pas mal, alors, on ne sait jamais, achetez le disque. Ça, plus les invités prestigieux (Elton JOHN ! LADY GAPA ! Stevie WONDER ! Paul McCARTNEY ! Le retour de Biiiiiiiiiill Wymaaaaaaaan !), il y avait de quoi soupçonner une énième opération marketing sans contenu derrière (jurisprudence "One Hit (to the Body)").

Sauf qu’on ne sait jamais. "Get Close" passe bien. Le riff est ultra-efficace, le piano (Elton ! Elton ! Ouiiii ! Elton) et la guitare sautillent ensemble dans les vertes prairies du rock à papa. L’oreille tressaille. La prod’ est vraiment pas mal. La prod’ est clinquante. La prod’ d'Andrew Watt est démentielle ! Même le saxophone sonne bien, ce n’était pas arrivé sur un album des STONES depuis Pompidou-président. Ok, ok, on se calme, ça peut encore être du mauvais jambon plein de nitrates et de sel pas bon pour les artères. Oh ! "Depending on You". Première ballade bien négociée. Pas un triple axel, mais il faut laisser venir à soi ce morceau tout simple qui refuse d’être le "Angie" bis de service. Too young to die, too old to lose, je crois que Jagger essaye de nous passer un message.

"Bite My Head off". Oh oh oh ! Mes aïeux ! Ah mes aïeux ! Ils l’ont fait ! Ce morceau bien nerveux marque le retour des guitares feulantes du duo Richards-Woods, accompagné à la basse par Sir Paul McCartney. Difficile de croire que ce titre juvénile soit l’œuvre d’une bande de vieux loups de mer qui approchent ou dépassent les 80 ans. "Mess it Up" et "Live By the Sword" répètent l'exploit. Le premier explore une veine plus mélodique, du grand Jagger, avec quelques touches du rock funky qui a causé tant de naufrages sur les albums des années 1980, mais pas cette fois ! Le second est le dernier tour de piste du grand Charlie Watts qui nous a quittés en 2021. Pour l’occasion, Wyman a repris sa basse et voilà la fine équipe presque au grand complet (Brian ! Ian !), comme au premier jour. Ne vous attendez pas à une tendre atmosphère de recueillement : les lascars ont vu les choses en grand pour dire adieu à leur batteur. Jagger gueule des insanités dans un micro trafiqué, Richards exécute un bon petit solo d’adieu et Elton JOHN martèle son clavier comme un pianiste de saloon. Déjà légendaire...

Un signe ne trompe pas : Sur Hackney Diamonds, on ne cherche pas les morceaux réussis, on cherche la petite bête, le morceau un peu moins bien. "Tell Me Straight" ? Même pas, l’inévitable contribution de Richards au chant est pour une fois assez émouvante, le tout agrémenté d’une guitare discrète qui s’autorise un solo évanescent juste avant le dernier refrain. "Driving Me too Hard" ? Une compo honorable, mais qui souffre un peu de la comparaison avec "Live By the Sword" qui la précède. Il faut dire qu’à l’exception de ce petit trou d’air, Hackney Diamond est diaboliquement construit, avec une alternance de titres pop, de morceaux rock plus rentre-dedans et de respirations country-blues ("Dreamy Skies", la reprise de Muddy WATERS "Rolling Stone Blues").

On pourrait m’objecter que cet album de contient pas de hit de la trempe de "Sympathy For the Devil", "Jumping Jack Flash" ou "Paint It Black". Peut-être. Mais "Sweet Sound of Heaven" est le meilleur morceau inspiré du gospel de toute la carrière des STONES. Meilleur encore que "Salt of the Earth". Il fallait un certain aplomb pour placer ce titre-fleuve en second single, dans une version rabotée de deux minutes certes (était-ce bien utile à l’heure du streaming généralisé ?). Let the music, let the music play loud, play loud, let it burst, let it burst through the clouds, through the clouds chantent Jagger et LADY GAGA à l’unisson. Quoi de plus logique qu’un hymne à la musique pour tenter, une dernière fois, de forcer les portes du Paradis ?

Ce disque est tellement bon que l’on en vient à se demander ce qui a bien pu empêcher les STONES de maintenir ce niveau de qualité par le passé (les égos, la poudre de perlimpinpin, me murmure-t-on au premier rang). Peut-être fallait-il attendre une décennie sans la moindre identité rock pour que le quintet britannique se libère de toute tentation d’être à la page et de surfer sur les tendances du moment. En ce sens, Hackney Diamonds est un album de vieux, hors de son époque, mais aussi une preuve par l’exemple qu’on peut avoir 80 ans et botter des culs.

A lire aussi en ROCK par SASKATCHEWAN :


The ROLLING STONES
Between The Buttons (1967)
Un autre visage des Stones

(+ 1 kro-express)



GRATEFUL DEAD
American Beauty (1970)
Le chef-d'oeuvre folk du Dead

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   SASKATCHEWAN

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Mick Jagger (chant, guitare, harmonica)
- Keith Richards (guitare, basse, chant)
- Ronnie Wood (guitare, basse, choeurs)
- Steve Jordan (batterie)
- Charlie Watts (batterie)
- Bill Wyman (basse)
- Ron Blake (invité, trompette)
- David Campbell (invité, cordes)
- Matt Clifford (invité, claviers)
- Karlos Edwards (invité, percussions)
- Elton John (invité, piano)
- James King (invité, saxophone)
- Lady Gaga (invitée, chant)
- Paul Mccartney (invité, basse)
- Benmont Tench (invité, claviers)
- Andrew Watt (invité, plein de trucs)
- Stevie Wonder (invité, claviers)


1. Angry
2. Get Close
3. Depending On You
4. Bite My Head Off
5. Whole Wide World
6. Dreamy Skies
7. Mess It Up
8. Live By The Sword
9. Driving Me Too Hard
10. Tell Me Straight
11. Sweet Sounds Of Heaven
12. Rolling Stone Blues



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod