Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1977 Motörhead
1979 Overkill
  Bomber
  On Parole
1980 Ace Of Spades
1981 No Sleep 'til Hammersmit...
1982 Iron Fist
1983 Another Perfect Day
1986 Orgasmatron
1987 Rock'n Roll
  Live At Brixton '87
1988 No Sleep At All
1991 1916
1992 March Ör Die
1993 Bastards
1995 Sacrifice
1996 Overnight Sensation
1998 Snake Bite Love
1999 Everything Louder Than E...
2000 We Are Motorhead
2001 25 & Alive Boneshaker
2002 Hammered
2003 Live At Brixton Academy
2004 Everything Louder Than E...
  Inferno
2005 Stage Fright
2006 Kiss Of Death
  Stone Deaf Forever
2007 Better Motörhead Than De...
2008 MotÖrizer
2010 The World Is Yours
  Lemmy
2011 The Wörld Is Ours Vol. 1...
2013 Aftershock
2015 Bad Magic Xxxx
2017 Under Cöver
 

- Style : Venom
- Membre : Hawkwind, Thin Lizzy, Lemmy, Slim Jim & Danny B.
- Style + Membre : Saxon
 

 Site Officiel (447)

MOTÖRHEAD - Bomber (1979)
Par RED ONE le 19 Mars 2014          Consultée 1947 fois

À l'instar de l'année 1978 pour JUDAS PRIEST, 1979 sera LA grande année de MOTÖRHEAD, qui sortira également deux albums studio en moins d'un an. Le producteur Jimmy Miller est d'ailleurs de nouveau aux commandes pour la seconde et ultime fois. Cependant, la dépendance assez forte à l'héroïne de ce dernier et certaines de ses absences prolongées lors de l'enregistrement laisseront parfois le groupe dans l'obligation de se débrouiller tout seul. Le titre d'ouverture, "Dead Men Tell No Tales", titre anti-héroïne, semblerait d'ailleurs faire référence involontairement à cet épisode.

Bomber pourrait être facilement considéré comme étant un opus de moindre importance que son prédécesseur Overkill dans la discographie de MOTÖRHEAD. Il faut dire que Bomber n'a pas la tâche facile : intercalé entre les deux monstrueux chefs d’œuvre que sont Overkill (1979) et Ace Of Spades (1980), Bomber peut apparaître facilement comme un album de "transition", un "entre deux" durant lequel le groupe s'est reposé avant d'en remettre une couche quelques temps après. Ce sont des considérations un peu réductrices, car en cette fin de décennie 1970, aucun groupe n'est aussi puissant et violent que MOTÖRHEAD sur la scène hard rock. Et donc nier l'excellence de cet album serait commettre une grave hérésie : car du début à la fin, Bomber, ce ne sont que de grands classiques, des morceaux de bravoure rock'n'roll comme seul MOTÖRHEAD dans sa configuration classique (Lemmy, Clarke et Taylor) pouvait nous en pondre à cette époque.

Ne cachons cependant pas l'évidence : Bomber est un album un peu moins rugueux que son prédécesseur et largement plus "lisse", du fait d'une production un peu plus travaillée. Les tempos sont plus ralentis et groovy, et les rythmes sont plus "dansants" : "All The Aces", "Talking Head" et "Poison" en sont un parfait exemple.
Après, ne soyons quand même pas mauvaise langue envers Lemmy : un bon paquet de titres de cet album sont toujours très sales et bien crados ! C'est le cas notamment sur "Lawman", titre de rock'n'roll glauque et martial, ou encore sur la très étrange "Sweet Revenge", moment doom à souhait où d'angoissants samples inversés créent une atmosphère pesante et ténébreuse. L'un des rares titres ouvertement doom de MOTÖRHEAD, à savourer sans modération !
La surpuissante "Sharpshooter" ou encore la classique "Stone Dead Forever" (reprise plus tard par METALLICA) conservent encore pour leur part le son hypnotique d'Overkill.

C'est sur "Step Down", excellent titre planant et bluesy, très influencé par ZZ TOP, que nous pourrons entendre pour la dernière fois Fast Eddie Clarke endosser le rôle de chanteur, une chose que nous ne reverrons plus après cela dans la suite de la carrière de MOTÖRHEAD.
La fin tonitruante de l'album, avec la chanson éponyme "Bomber", autre titre classique du groupe, est une sorte de suite à "Overkill". Cette chanson ultra-agressive et guerrière semble annoncer la tournure brutale que prendront les hostilités musicales quelques mois plus tard, avec une rythmique sans concessions et un riff volontairement répétitif. Le son MOTÖRHEAD continue donc de se forger, dans la fureur érotique des attaques de forteresses volantes et des tirs de DCA.

Alors que de nouvelles formations aux dents longues (IRON MAIDEN, SAXON, etc...) commencent à fleurir un peu partout en Grande Bretagne en cette fin de décennie 1970, MOTÖRHEAD continue son petit bonhomme de chemin dans son coin, terrassant tout sur son passage à l'aide d'albums toujours plus ravageurs les uns que les autres. La tournée promotionnelle de l'album Bomber entrera d'ailleurs dans la légende, puisqu'un bombardier géant en poutres d'acier était suspendu sur scène au dessus du groupe et descendait progressivement vers le public pendant le concert, le bombardant de faisceaux lumineux.
Quelques mois à peine après avoir ainsi tapissé le sol de bombes, MOTÖRHEAD allait nous dérouler le tapis de poker pour une partie toute aussi infernale.

Au final, Bomber peut indéniablement figurer parmi les grands albums cultes de la Tête de Moteur, en raison des standards qu'il contient et de la puissance metal qu'ils dégagent.
L'un des meilleurs albums du MOTÖRHEAD des origines, et l'un des albums les plus emblématiques des débuts de la New Wave Of British Heavy Metal.

Du bonheur en barres.

Titres majeurs : "Dead Men Tell No Tales", "Lawmen", "Sharpshooter", "Stone Dead Forever", "All The Aces", "Talking Head", "Bomber"...

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


Ian GILLAN
Mr. Universe (1979)
Gillan joue les gros bras !




DANZIG
Circle Of Snakes (2004)
Finis les numéros, bonjour les serpents !


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Lemmy Kilmister (chant, basse)
- Fast Eddie Clarke (guitare, chant)
- Phil Taylor (batterie)


1. Dead Men Tell No Tales
2. Lawman
3. Sweet Revenge
4. Sharpshooter
5. Poison
6. Stone Dead Forever
7. All The Aces
8. Step Down
9. Talking Head
10. Bomber



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod