Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1977 Motörhead
1979 Overkill
  Bomber
  On Parole
1980 Ace Of Spades
1981 No Sleep 'til Hammersmit...
1982 Iron Fist
1983 Another Perfect Day
1986 Orgasmatron
1987 Rock'n Roll
  Live At Brixton '87
1988 No Sleep At All
1991 1916
1992 March Ör Die
1993 Bastards
1995 Sacrifice
1996 Overnight Sensation
1998 Snake Bite Love
1999 Everything Louder Than E...
2000 We Are Motörhead
2001 25 & Alive Boneshaker
2002 Hammered
2003 Live At Brixton Academy
2004 Everything Louder Than E...
  Inferno
2005 Stage Fright
2006 Kiss Of Death
  Stone Deaf Forever
2007 Better Motörhead Than De...
2008 MotÖrizer
2010 The World Is Yours
  Lemmy
2011 The Wörld Is Ours Vol. 1...
2013 Aftershock
2015 Bad Magic Xxxx
2017 Under Cöver
 

- Style : Venom
- Membre : Hawkwind, Thin Lizzy, Lemmy, Slim Jim & Danny B.
- Style + Membre : Saxon
 

 Site Officiel (450)

MOTÖRHEAD - Orgasmatron (1986)
Par RED ONE le 13 Avril 2014          Consultée 2251 fois

Années après années durant la décennie 1980, MOTÖRHEAD continue d'évoluer : le départ de Brian Robertson, moins d'un an après son arrivée au sein du groupe, va contraindre Lemmy à dénicher dans l'urgence un nouveau guitariste. Indécis durant les auditions, Lemmy en engagera finalement non pas un, mais deux : le jeune Phil Campbell (ex-PERSIAN RISK) et un certain Michael Burston, bien vite affublé du pseudonyme de Würzel. MOTÖRHEAD devient donc un quatuor, et il faudra attendre les années 1990 pour voir le gang britannique revenir à sa formule power trio classique.
Les changements ne s'arrêtent pas là, puisque le batteur Phil Taylor quitte lui aussi le groupe au début de l'année 1984. L'ancien batteur de SAXON, Pete Gill, est alors rapidement recruté pour le remplacer.

Mais ce nouveau line-up de MOTÖRHEAD ne convaincra pas totalement le label Bronze Records qui mettra alors des bâtons dans les roues de la moto de Lemmy et préféra miser sur la sortie d'un album best of, No Remorse (1984), sur lequel on retrouvait quand même 4 inédits enregistrés par la nouvelle formation. La situation s'envenime, Lemmy et Bronze Records en viennent au procès, le divorce semble consommé. Tout ceci retarde évidemment la sortie du nouvel album de MOTÖRHEAD, Orgasmatron, qui ne sortira qu'en 1986, après que Lemmy ai gagné le procès.

Sur Orgasmatron, MOTÖRHEAD semble vouloir revenir à des choses plus directes et plus punk. Après l'expérience Another Perfect Day (1983), album au son extrêmement mélodique et raffiné, Lemmy semble avoir eu besoin de retrouver ses racines, l'album de 1983 s'étant révélé somme toute fort différent de ce à quoi le groupe avait habitué ses fans depuis 1975.
Les 4 titres inédits enregistrés par le nouveau line-up en 1984 sur la compilation No Remorse semblent avoir servi de ballon d'essai pour ce "retour aux sources", puisqu'ils sont globalement dans la même veine, à savoir celle d'un heavy metal foncièrement crado et enfumé, et ce malgré la présence de deux guitaristes.

La chose est entendue, Orgasmatron marque indéniablement un retour de MOTÖRHEAD aux sonorités agressives et aux riffs carrés qui tâchent gras. Cependant, la production a quand même bien changé depuis Ace Of Spades ! Et ainsi, celle d'Orgasmatron peut parfois sembler quelque peu étrange : si elle n'est pas aussi crue que sur Ace Of Spades, elle semble en revanche assez sèche et froide, voir presque robotique (on s'en rend compte immédiatement sur la chanson d'ouverture, "Deaf Forever"). Une sorte d'antithèse totale d'Another Perfect Day, qui était un album lumineux et majestueux...
Cette production quelque peu imparfaite et étrange semble malheureusement tirer un peu l'album vers le bas, car on se dit parfois que certains passages de guitare ou de batterie auraient mérité une production un peu plus propre.

Du début à la fin, Orgasmatron, ce ne sont cependant que de gros brûlots speed/punk sans aucune concession. On a même parfois du mal à reprendre sa respiration tant le groupe ne nous épargne à aucun moment (notamment sur "Ain't My Crime", ultra violente au possible). Même les morceaux les plus "soft", tels que la démoniaque "Built For Speed" et son riff légendaire, ou encore la cultissime "Doctor Rock" (devenu un classique des concerts du groupe), sont de véritables bombes rock'n'roll à fragmentation ! Certains titres flirtent même avec le punk hardcore ("Ridin' With The Driver", "Mean Machine"...)
La référence de la pochette à l'univers ferroviaire, avec cette monstrueuse version de la mascotte Snaggletooth transformée en locomotive furieuse, ne semble pas vraiment innocente : Orgasmatron est un album dopé aux amphétamines, aux chansons tellement speed qu'elles semblent évoquer une machine à vapeur lancée à toute allure sur les rails de l'Enfer...

Le titre le plus marquant de cet opus est incontestablement la chanson-titre, "Orgasmatron", qui clotûre l'album et qui est un monument de lourdeur metal, sombre et crasseux, où Lemmy grogne plus qu'il ne chante réellement. Une chanson résolument sale et dégueulasse, qui sent la guerre et la mort, le sexe puant et l'acier fumant.
Un titre qui aura d'ailleurs une influence certaine sur le metal extrême dans la décennie suivante, puisque de nombreux groupes du genre la reprendront, tels SEPULTURA ou encore SATYRICON...

Avec Orgasmatron, MOTÖRHEAD étrenne donc sa nouvelle formule quatuor sans pour autant changer grand chose à ses principes, ce qui a du bon : le changement dans la continuité, en quelque sorte...
Par ailleurs, il convient de souligner que Orgasmatron est le premier album de MOTÖRHEAD enregistré avec Phil Campbell, qui demeure encore à ce jour le guitariste attitré et indétrônable du groupe, bien qu'il n'ai pas l'aura rock'n'roll de Fast Eddie Clarke dans le coeur des fans.
Un grand album donc que cette Machine à Orgasmes, agressif et foncièrement lourd. Un geste d'intégrité et de fidélité à ses valeurs de la part de MOTÖRHEAD.

Le dernier album marquant de MOTÖRHEAD avant un bon nombre d'années.

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


BLACK SABBATH
Live Evil (1982)
Double live copieux mais controversé.




BLACK SABBATH
Live At Hammersmith Odeon (2007)
Meilleur que Live Evil, on frise la perfection ...


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Lemmy Kilmister (chant, basse)
- Phil Campbell (guitare)
- Würzel (guitare)
- Pete Gill (batterie)


1. Deaf Forever
2. Nothing Up My Sleeve
3. Ain't My Crime
4. Claw
5. Mean Machine
6. Built For Speed
7. Ridin' With The Driver
8. Doctor Rock
9. Orgasmatron



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod