Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1977 Motörhead
1979 Overkill
  Bomber
  On Parole
1980 Ace Of Spades
1981 No Sleep 'til Hammersmit...
1982 Iron Fist
1983 Another Perfect Day
1986 Orgasmatron
1987 Rock'n Roll
  Live At Brixton '87
1988 No Sleep At All
1991 1916
1992 March Ör Die
1993 Bastards
1995 Sacrifice
1996 Overnight Sensation
1998 Snake Bite Love
1999 Everything Louder Than E...
2000 We Are Motörhead
2001 25 & Alive Boneshaker
2002 Hammered
2003 Live At Brixton Academy
2004 Everything Louder Than E...
  Inferno
2005 Stage Fright
2006 Kiss Of Death
  Stone Deaf Forever
2007 Better Motörhead Than De...
2008 MotÖrizer
2010 The World Is Yours
  Lemmy
2011 The Wörld Is Ours Vol. 1...
2013 Aftershock
2015 Bad Magic Xxxx
2017 Under Cöver
 

- Style : Venom
- Membre : Hawkwind, Thin Lizzy, Lemmy, Slim Jim & Danny B.
- Style + Membre : Saxon
 

 Site Officiel (451)

MOTÖRHEAD - Motörizer (2008)
Par RED ONE le 26 Février 2015          Consultée 999 fois

Avec la régularité d'une horloge helvétique, la Tête de Moteür enchaîne les albums studio dans les années 2000 à un rythme olympique d'un tous les deux ans. Une fréquence de parution évidemment rassurante à l'heure où de nombreux groupes vétérans de la scène hard rock prennent souvent beaucoup de temps pour donner une suite à leur discographie (coucou Black Sabbath !). Toutefois, il ne faut plus trop s'attendre à de la nouveauté chez MOTÖRHEAD, et le groupe se repose assez largement sur ses acquis depuis le début de la décennie 2000.
À titre personnel, Motörizer est un album que j'ai énormément écouté lors de sa sortie en 2008. À l'époque, je le trouvais réellement excellent. Trop peut être, ce qui fait du coup qu'en y revenant bien des années plus tard, cet album apparaît finalement comme n'étant qu'un "bon album", guère différent des précédents, guère différent des suivants. Un bon album parmi tant d'autres. Ah la la... On va quand même essayer d'analyser ça dans le détail, hein ?

Avant cela, arrêtons nous 5 minutes sur la pochette, qui représente les armoiries des 3 pays d'origine des 3 membres du groupe. L'Angleterre pour Lemmy, le Pays de Galles pour Phil Campbell et la Suède pour Mikkey Dee. Cette superbe pochette, en apparence anodine, marque toutefois un tournant dans la discographie du groupe.
En 2007, Joe Petagno, dessinateur historique des pochettes de MOTÖRHEAD depuis 1977, se brouillait avec le management du groupe pour d'obscures raisons et annonça publiquement son refus de poursuivre son travail d'illustrateur pour le compte de Lemmy & Co.
C'est probablement cette raison qui explique que la pochette de Motörizer et celle de son successeur, The Wörld Is Yours (2010), ne fassent que réutiliser un ancien design de Snaggletooth daté du premier album de 1977. Il faudra attendre 2013 et la sortie d'Aftershock pour que nous ayions enfin droit à une nouvelle mue de notre mascotte préféré, dessiné par un nouvel illustrateur.
Avec la pochette de Motörizer, c'est donc une page importante de l'histoire du groupe anglais qui vient de se tourner. En revanche, question musique, on reste en terrain connu, et Lemmy ne semble pas disposé à changer son fusil d'assaut d'épaule.

À l'écoute de "Runaround Man", tonitruant titre d'ouverture, aucune surprise : on retrouve ce son groove metal bluesy typiquement MOTÖRHEAD, cette basse grasse et ce chant cogneur, parfaits pour écouter en moissonnant du zombie à la tronçonneuse. "Teach You How To Sing the blues" tabasse des gueules avec l'application d'un bulldozer biélorusse. Le groupe y balance un groove d'enfer, dans la lignée des meilleurs moments d'Inferno (2004). Idéal pour gigoter sans s'arrêter. Idem sur "When The Eagle Screams", méchant titre à la rythmique en acier trempé.
"One Short Life" voit MOTÖRHEAD nous envoyer dans la figure un blues métallique de la plus belle espèce, qui groove à n'en plus finir. La basse de Lemmy, tel un puissant sexe turgescent, écrase tout sur son passage, et ce bon vieux Phil Campbell nous envoie un superbe solo, tout est parfait. Un peu trop ? Autre titre agréablement surprenant, la très rock'n'roll "English Rose", aux refrains réellement cool. Allez tous ensemble : "Eeeeeeengliiiish Rooooose !!!"
Le riff de "Time Is Right" nous envoie pour sa part des coups de poings en pleine tête, le bombardier atomique ronronne tranquillement, tapissant comme il se doit nos oreilles de gros missiles à chaque mesure.
On tapera également du pied sur s'arrêter à l'écoute de la monstrueuse chanson finale "The Thousand Names Of God". Nom de Dieu (c'est le cas de le dire), quelle puissante décharge heavy !!!

Evidemment tout n'est pas convaincant, et Motörizer comporte son joli petit lot de remplissage, même si certains titres font un peu illusion de prime abord. Les Anglais développent ainsi un rythme d'enfer sur "Back On The Chain". Dommage que les refrains soient un peu quelconques, mais bon ça passe.
Dans les titres les moins convaincants, on citera également "Rock Out", qui sonne très auto-parodique malgré des paroles assez marrantes. Ou encore la très linéaire "Buried Alive", qui semble se borner à recycler de vieux patterns motörheadiens déjà entendus ailleurs. Le solo de Phil Campbell y est toutefois appréciable.
"Heroes", avec son mid tempo lancinant et ses choeurs épiques, nous fait penser à certains titres de la période 1916/March Ör Die. La production est toutefois bien plus réussie ici (nous sommes quand même en 2008), mais MOTÖRHEAD s'enferme un peu dans certains poncifs...
Même si un bon nombre de titres ici présents n'ont absolument rien d'original et ne changent pas d'un iota la formule que nous propose MOTÖRHEAD depuis déjà plusieurs albums, la dose létale est néanmoins suffisante, et l'album tient solidement la route.

MOTÖRHEAD ne se casse bien sûr pas trop la tête ici, se contentant de nous réitérer sa vieille recette intemporelle, déjà responsable de plusieurs raz de marée sonores d'importance depuis plus de 30 ans. Motörizer est donc un bon album qui s'écoutera sans broncher, qui fera pogoter comme il se doit, mais qui laisse quand même un léger goût amer. Car à l'écoute de cet album, on se dit que le potentiel était là pour que Motörizer se hisse sans difficultés à hauteur d'Inferno. Certains titres comme "One Short Life", "Time Is Right" ou encore "The Thousand Names Of God" en sont une preuve évidente. MOTÖRHEAD pêche donc un peu par manque d'audace, et presque... par flemme.

Allez ceci dit, ça n'est pas bien grave !

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


DANZIG
Danzig Iii : How The Gods Kill (1992)
Le meilleur album de Glenn Danzig




Ozzy OSBOURNE
Diary Of A Madman (1981)
Ozzy devient fou. Tous aux abris !!!


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Lemmy Kilmister (chant, basse)
- Phil Campbell (guitares)
- Mikkey Dee (batterie)


1. Runaround Man
2. Teach You How To Sing The Blues
3. When The Eagle Screams
4. Rock Out
5. One Short Life
6. Buried Alive
7. English Rose
8. Back On The Chain
9. Heroes
10. Time Is Right
11. The Thousand Names Of God



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod