Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  DVD

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Venom
- Membre : Hawkwind, Thin Lizzy, Lemmy, Slim Jim & Danny B.
- Style + Membre : Saxon
 

 Site Officiel (383)

MOTÖRHEAD - Lemmy : The Movie (2010)
Par NOSFERATU le 11 Mai 2015          Consultée 1915 fois

Figure légendaire de la rock music, il fallait bien qu’un long métrage façon rockumentaire se fasse sur ce personnage haut en couleurs. Paru en décembre 2010, il propose des interviews d'amis et admirateurs qui chantent ses louanges. La liste des musiciens (et pas que des métalleux) laisse songeur. Visez un peu :Slash des GUNS N ROSES (vantant son jeu de basse), OZZY, ALICE COOPER qui le surnomme le capitaine crochet, Duff MC Cagan (GUNS) pensant que c’est le Johnny CASH du rock, Joan Jett (« C’est un rebelle »), Dee Snider (TWISTED SISTERS), Slim Jim Phantom (STRAY CATS), Marky Ramone (RAMONES) qui apprécie sa voix rauque "comme s’il avait bouffé des clous", Corey Parks (NASCHVILLE PUSSY) qui parle d’"un mec bien" et bien sur l’ami Red One…

D’abord ce qui frappe c’est l’intimité de Lemmy. On le voit chez lui à Los Angeles, jouant aux jeux vidéos, cuisinant (oui un Lemmy mange et ne fait pas que boire !), fréquentant quotidiennemt le "Rainbow Bar" envahi par la jet set du rock heavy. Le "Barbare" (selon les dires de l’ex JANE’S ADDICTION Dave Navarro ) a aussi une carte visa, adore les machines à sous (d’après VANIAN des DAMNED). Son appart au loyer raisonnable est un vrai capharnaum, un fouillis indescriptible (les bons de réduction de pizza !) mais aussi un temple de souvenirs (récompenses « Metal hammer » et autres disques d’or que le moustachu montre avec fierté). Mais c’est surtout sa relation avec son unique fils qui nous attendrira bien qu’il en ait aussi un autre qu’il n’a pas vu… On le voit aussi prendre des cachets (non pas des amphétamines !) pour soigner son diabète et sa pression sanguine ou maniant l’humour noir ("Comment tu fais flotter un bébé mort ? Tu enlèves ton pied de sa tête !"). Ses relations avec les femmes sont relatées , il est dit qu’il aurait eu 2000 femmes (Plus que l’ami Erwin, incroyable !). Mais l’intimité a ses limites, on sent Lemmy excédé par la présence omniprésente de la caméra…

Sa bio est évoquée plusieurs fois dans le documentaire. Il raconte à un moment qu’il a eu une enfance heureuse, qu’il a été éduqué dans un monde de femmes, a été peintre en bâtiment, a travaillé en usine. Le passage dans son ancienne école est rigolo, un élève joue "ace of spades" au piano… Son père ? "Un pauvre connard à lunettes qui m’a abandonné très tôt". Lemmy et les drogues ? Il a vu HENDRIX, dont il fut un temps le fournisseur, prendre sept acides à la fois. A l’époque d’HAWKWIND, les space rockers prenaient tous des drogues naturelles sauf lui qui carburait au speed. Ozzy (un autre enfant de chœur) témoigne qu’il ne l’a "jamais vu tituber à cause de l’alcool ou des drogues". Jim Health (REVEREND HORTON HEAT) l’acccuse de l’avoir empoisonné à l’alcool. Mais son fils déclare qu’il est résolument contre l’héroïne. Sa relation avec les fans reste sincère. Marrant de voir tous les témoignages de ces derniers : "C’est jesus christ !", un autre affirme qu’en cas de guerre atomique "les seuls survivants seraient Lemmy et les cafards". Il ne refuse jamais des autographes (personnellemet je peux en témoigner), surtout sur les seins avantageux d’une punkette, et salue ses disciples avec simplicité.

Son look est au croisement du "cow boy et du militaire" d’après son styliste. Scott Ian (ANTHRAX) raconte une anecdote rigolote sur son short ressemblant à un string… James Hetfield (METALLICA) montre l’importance de sa ceinture cloutée auprès de nombreux artistes étiquettés métal. Et sa fascination pour l’histoire militaire, non dénuée d’ambiguité, est abordée. Il examine une maquette de char allemand, collectionne les souvenirs de guerre, les armes blanches (impressionnante collection !)… Les fanions nazis. A ce sujet, sur un tank germanique, il répond qu’il a eu "six copines noires" et qu’il les aurait "bien présentées au Fuhrer à Nuremberg" prouvant qu’il est "tout le contraire d’un nazi"… Ses influences musicales sont longuement révélées avec la sainte trilogie suivante : « LITTLE RICHARD, les BEATLES, ELVIS ». Avec Dave Grohl(FOO FIGHTERS), ils glorifient ensemble la grande personnalité de LITTLE RICHARD qui avait l’outrecuidance d’être homo et noir dans une Amérique encore bien raciste. Lemmy a vu en concert les Scarabées "meilleur groupe du monde" selon lui .

Sa carrière musicale est longuement traitée. D’abord au sien des ROCKING VICKERS, leur ancien producteur dévoilant qu’ils pouvaient rivaliser avec les WHO. Ensuite avec les énormes HAWKWIND. On visionne des images ahurissantes de leurs shows psychédéliques avec les fameux nibards de leur danseuse Stacia faisant baver un futur membre des CLASH appelé Mick Jones… Lemm parle de son éviction du groupe à cause de son état ingérable, pour se venger il baisera 3 de leurs femmes. Evidemment, le trio heavy rock punk MOTORHEAD (le premier groupe heavy metal pour OZZY) est invoqué : vieille émission des Enfants du rock avec un phil manœuvre en mauvaise posture, anciennes et récentes prestations live avec des témoignages de roadies, répétitions, bus de tournée. "Quand on mettait ace of spades c’était plus fort que le punk" confesse Henry Rollins (ex BLACK FLAG).Pour Jarvis Cocker (PULP, quand je vous disais qu’il n’y avait pas que des hard rockers !), c’est "un souffle puissant", pour Pepper Keenan (CORROSION OF CONFORMITY), "on ressort des concerts la bouche bée". L’impact que le trio a eu sur la vague thrash métal est bien montrée. Rien que la séquence de répet et le concert qui suit avec ces salauds (dixit Lemmy) de METALLICA (reprise bien lourde de "Damage case") met en valeur cette affirmation. On le voit aussi jammer avec son groupe punk favori les DAMNED éclaicissant le choc qu’il a eu auprès des "épinglés à nourrrice" de tout bord.

Le secret de sa longévité ? "Ne pas mourir", de toute façon il a déjà acquis l’immortalité… Et la meilleure pour la fin. Dans la vie, il y a des choix cornéliens à faire, pour Lemmy c’est "soit le rock n roll, soit c’est sa femme"(…)"Tirer un coup c’est trente minutes, un concert de rock n roll c’est une heure cinquante : le choix est fait"… Le film est certes bien documenté mais un peu décousu. En tout cas, on en a plein la vue, on est souvent ému et nos oreilles saignent…

A lire aussi en HARD ROCK par NOSFERATU :


MC5
High Time (1971)
Brothers and sisters...




ELECTRIC WIZARD
Time To Die (2014)
Noir c'est noir !


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



Non disponible


Non disponible



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod