Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
  British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
  Live Vengeance [2006]
1984 Defenders Of The Fait...
  Defenders Of The Faith 3...
1986 Turbo
  Turbo 30 [2017]
1987 Priest...live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1993 Metal Works '73-'93
1997 Jugulator
1998 Live Meltdown
2001 Demolition
2002 Tribute To The Priest
  Live In London
2003 Electric Eye
  Live In London
2005 Angel Of Retribution
  Rising In The East
2007 Concert Classics
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil - Live
2010 The Metal Forge : A Trib...
  British Steel 30
2011 Single Cuts
  The Chosen Few
2013 Epitaph World Tour
  Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
2016 Battle Cry
2018 Firepower
 

- Style : Black Sabbath, Scorpions, Kiss, Running Wild
- Membre : Toto, Tony Iommi , Hiromi, 801
 

 Site Officiel (469)

JUDAS PRIEST - Killing Machine (1978)
Par RED ONE le 12 Janvier 2014          Consultée 2196 fois

C'est avec ce deuxième album studio sorti en moins d'un an (seulement 8 mois d'écart entre Stained Class et Killing Machine) que l'image de JUDAS PRIEST va véritablement se fixer, pour ne jamais changer dans les décennies à venir. L'immense JUDAS PRIEST que nous connaissons tous apparaît enfin au grand jour avec cet album sorti en 1978.
Killing Machine, avec sa pochette agressive très marquante (là encore signée par Roslav Szaybo), nous indique de façon assez évidente de quoi il retourne : dans le courant de l'année 1978, JUDAS PRIEST va définitivement abandonner les chemises de hippies, les costards bien coupés et les pantalons à pattes d'éléphants que ses membres portent depuis leurs débuts, pour se convertir de façon spectaculaire à ce fameux look "cuir, chaines et clous" qui fera son succès. Il est d'ailleurs à noter que certaines chansons de cet opus, telles que "Burnin' Up" ou "Hell Bent For Leather", abordent de façon assez évidente des thématiques sado-masochistes, ce qui n'est bien sûr pas sans lien.

Pour des raisons de censure, Killing Machine sera renommé Hell Bent For Leather lors de son édition américaine. Les Américains n'auraient apparemment pas apprécié l'aspect agressif du titre de l'album. Seul le titre changera en apparence, la pochette sera exactement la même. À ceci près que la reprise de "Green Manalishi", vieux titre de FLEETWOOD MAC datant de l'ère Peter Green, ne sera disponible que sur la version américaine. Les collectionneurs les plus dingos collectionneront donc évidemment les deux versions (un cas similaire se reproduira l'année suivante avec le live Unleashed In The East, puis de nouveau en 1981 avec Point Of Entry). Heureusement pour nous, une version "uniforme" de l'album, comportant la fameuse reprise, sera rééditée plus tard dans toutes les contrées du globe.

Les trois albums précédents de JUDAS PRIEST contenaient déjà tous pas mal de tubes cultes et classiques qui resteront des standards toujours joués par le groupe trente ans plus tard : "Victim Of Changes", "Exciter", "The Ripper", "Diamonds And Rust", etc... Mais c'est l'album Killing Machine qui va véritablement apporter au groupe sa première fournée de tubes. Jugez donc un peu : "Delivering The Goods", "Running Wild" (qui inspirera bien sûr le groupe de Rolf Kasparek), "Hell Bent For Leather", "Rock Forever", des titres que l'on retrouvera tous sur le merveilleux live japonais que sortira le groupe en 1979. Citons également la très réussie "Burnin' Up", avec son groove ravageur, la destructrice "Killing Machine" ou encore la très doom "Evil Fantasies", où Rob Halford s'essaie à une voix très grave et quasiment stoner avant l'heure (on dirait presque John Garcia, le chanteur de KYUSS). Sans parler bien sûr de cette fameuse reprise de "Green Manalishi", encore aujourd'hui l'un des tubes les plus connus du groupe, que JUDAS s'est totalement appropriée en en faisant une version heavy presque plus réussie que l'originale !

JUDAS PRIEST se fait ici éminemment plus direct, les titres vont à l'essentiel, l'album est ainsi une collection de riffs qui font mouche, d'arrangements à tomber par terre et de solos toujours plus impressionnants que jamais. Les Binks, pour sa dernière apparition en studio avec le groupe, durcit encore un peu plus son jeu et renforce l'aspect brutal de la musique du Priest. Quand à Rob Halford, il semble se contrôler un peu : sa voix se fait plus mesurée mais néanmoins plus maîtrisée que sur Stained Class. Ce qui ne l'empêche pas de pousser encore de sacrés hurlements...

Toutefois, Killing Machine n'est pas encore "parfait"... Quelques titres assez niais plombent un peu l'opus, tels que la très anecdotique "Evening Star", sorte d'hymne FM un peu convenu malgré de bons moments, la futile ballade "Before The Dawn" (très guimauve et ruisselante de sirop) ou bien encore l'inutile "Take On The World", sorte de copie bancale du "We Will Rock You" de QUEEN, que JUDAS PRIEST n'arrive bien sûr pas à égaler. La volonté de sonner ouvertement "commercial" et de tenter de suivre ce qui marche à l'époque (notamment QUEEN, qui était LA grosse machine à tubes de l'époque) peut également être reprochée au groupe, qui semble quand même s'être un peu forcé pour composer des titres plus accessibles et plus typés radio. Mais le nombre assez conséquent de tubes présents sur cet album force le respect, et hormis quelques écarts que je viens de citer, il n'y a pas grand chose à reprocher à ce disque, qui s'impose encore une fois comme l'une des pierres fondatrices du heavy metal britannique en cette fin de décennie 1970.

Avec ce brillant cinquième opus, JUDAS PRIEST commence donc à affirmer son image et nous livre de grands titres de heavy metal, certes plus commerciaux et moins complexes qu'auparavant, mais toujours aussi excellents.
La suite sera plus brillante encore, mais patience, l'Acier Britannique sort bientôt des forges !

Titres inoubliables : "Delivering The Goods", "Rock Forever", "Hell Bent For Leather", "Burnin' Up", "Green Manalishi", "Killing Machine"...

Note réelle : 4,75/5 !

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


JUDAS PRIEST
Sin After Sin (1977)
Le début de l'ère Columbia

(+ 1 kro-express)



BLACK SABBATH
Mob Rules (1981)
Un album rempli de magie noire !

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Rob Halford (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- K. K. Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Les Binks (batterie)


1. Delivering The Goods
2. Rock Forever
3. Evening Star
4. Hell Bent For Leather
5. Take On The World
6. Burnin' Up
7. The Green Manalishi (with The Two-pronged Crown)
8. Killing Machine
9. Running Wild
10. Before The Dawn
11. Evil Fantasies



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod