Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 1)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The J. Geils Band , The J. Geils Band , Them
- Membre : Mick Jagger , The Pretty Things , Superheavy, Ron Wood , Sugar Blue, Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : New Barbarians, Keith Richards
 

 Site Officiel (1846)

The ROLLING STONES - A Bigger Bang (2005)
Par SASKATCHEWAN le 2 Février 2017          Consultée 1406 fois

La tentation est grande, pour les mastodontes du rock, de céder à l’auto-parodie après quelques années d’échecs artistiques, d’abandonner les expérimentations et de se laisser embarquer dans une redite de leurs albums de légende. L’œuvre née de ce renoncement est souvent accueillie chaleureusement par les fans, bien plus en tout cas que les innovations bancales des années précédentes. C’est au fond assez naturel, la nostalgie s’alliant aux quelques fulgurances véritablement présentes pour faire passer la pilule.

A Bigger Bang, sorti en 2005, est de ces disques pas très courageux mais suffisament fidèles au son stonien pour faire illusion. Dans le même genre, on avait déjà eu Voodoo Lounge en 1994. À l’un comme à l’autre on préférera Bridges to Babylon où les prises de risque de JAGGER et sa bande ont fini par payer. Mais après tout, c’est affaire de sensibilité.

Dès le premier titre, « Rough Justice », on sent que Don Was et les Glimmer Twin ont repris la main sur la production. On n’allait pas fâcher inutilement le jumeau Richards avec des bidouillages électro et du sampling, comme il y a huit ans. Le son affiche ses ambitions garage, avec un petit clin d’œil aux groupes de rock indé qui ont tant de succès en ce début des années 2000. Le travail sur la voix, en particulier, avec ce timbre légérement métallique, n’est pas sans rappeler les tubes de FRANZ FERDINAND, The LIBERTINES et consorts. Un aller-retour d’influences amusant puisque les STONES sont souvent cités en modèles de ces combos.

À la différence de leurs héritiers putatifs, les ROLLING STONES ont gardé un fort tropisme blues qu’ils ne manquent pas d’exprimer, comme sur « Back of My Hand ». Dommage que ce titre ne décolle jamais vraiment et reste englué dans le marais. De manière plus étonnante, on décèle quelques rythmes funk sur « Rain Fall Down » et « Look What the Cat Dragged in », comme si le groupe essayait de se raccrocher à son dernier album plébiscité, Some Girls.

Pour tout dire, le disque pèche avant tout par son manque de relief. Les morceaux se suivent et se ressemblent et hormis les quelques influences relevées plus haut, on nage en toute quiétude dans les eaux à peine clapotantes d’un rock mou et consensuel. JAGGER, comme d’habitude, s’épanche sur ses conquêtes, avec plus d’aigreur que d’énergie sexuelle, hélas. Il y a un petit retour de hargne sur « It Won’t Take Long », « Driving Too Fast » et « Look What the Cat Dragged in », les trois meilleures pistes de l’album. « Streets of Love », dans son genre, parvient à susciter un semblant d’émotion, même si cette ballade ne vaut pas « Blinded by Rainbows » ou « Anybody Seen My Body », pour ne prendre que des réussites récentes.

En guise de lot de consolation, mentionnons les efforts de Keith Richards sorti de son exil intérieur pour chanter deux ballades honorables, « This Place is Empty » et « Infamy ». Sans-doute deux de ses meilleures performances au chant. À la guitare, il est beaucoup plus dans son élément, même si on le sent en retrait, rarement flamboyant, comme c’est la règle depuis le début des années 80.

Difficile de se faire un avis définitif sur cet album qui a fini par prendre la poussière sur son étagère. L’ensemble est monotone, indigne de la période de folie créative à laquelle A Bigger Bang est censé faire référence. D’un autre côté, certains morceaux parviennent à faire illusion, et c’est avec un plaisir coupable que l’on réécoute « Rough Justice » ou « It Won’t Take Long ». Est-ce suffisant pour effacer trente ans de marasme entrecoupé de trois-quatre albums potables ? Sans doute pas.

A lire aussi en ROCK par SASKATCHEWAN :


The ROLLING STONES
Between The Buttons (1967)
Un autre visage des Stones




The ROLLING STONES
Aftermath (1966)
Les choses sérieuses commencent...


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Keith Richards (guitares, piano, clavier...)
- Mick Jagger (chant, guitare, basse ....)
- Charlie Watts ( batterie)
- Ronnie Wood (guitare, slide)
- Chuck Leavell (piano, orgue)
- Daryl Jones (basse)
- Matt Clifford (piano, orgue, cordes, programmation)
- Don Was (piano)
- Blondie Chaplin (chœurs)
- Lenny Castro (percussions)


1. Rough Inside
2. Let Me Down Slow
3. It Won’t Take Long
4. Rain Fall Down
5. Streets Of Love
6. Back Of My Hand
7. She Saw Me Coming
8. Biggest Mistake
9. This Place Is Empty
10. Oh No Not You Again
11. Dangerous Beauty
12. Laugh, I Nearly Died
13. Sweet Neo Con
14. Look What The Cat Dragged In
15. Driving Too Fast
16. Infamy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod