Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
  British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
  Live Vengeance [2006]
1984 Defenders Of The Fait...
  Defenders Of The Faith 3...
1986 Turbo
  Turbo 30 [2017]
1987 Priest...live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1993 Metal Works '73-'93
1997 Jugulator
1998 Live Meltdown
2001 Demolition
2002 Tribute To The Priest
  Live In London
2003 Electric Eye
  Live In London
2005 Angel Of Retribution
  Rising In The East
2007 Concert Classics
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil - Live
2010 The Metal Forge : A Trib...
  British Steel 30
2011 Single Cuts
  The Chosen Few
2013 Epitaph World Tour
  Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
2016 Battle Cry
2018 Firepower
 

- Style : Black Sabbath, Scorpions, Kiss, Running Wild
- Membre : Toto, Tony Iommi , Hiromi, 801
 

 Site Officiel (462)

JUDAS PRIEST - Stained Class (1978)
Par RED ONE le 10 Janvier 2014          Consultée 2252 fois

1978 est LA grande année de la carrière de JUDAS PRIEST, avec la sortie de pas moins de deux albums studio en l'espace de quelques mois. Le groupe de Birmingham continue alors sa progression vers les sommets avec une efficacité redoutable, et ce alors que l'Angleterre se remet encore avec peine de l'explosion punk de 1977...

Simon Phillips, batteur lors des sessions de Sin After Sin (1977), n'avait pas pu rejoindre le groupe pour la tournée. C'est donc Les Binks, batteur ayant déjà travaillé avec Roger Glover, qui sera recruté pour l'occasion. Les Binks sera d'ailleurs le premier vrai batteur "permanent" de JUDAS PRIEST, puisqu'il restera au sein de la formation jusqu'en 1979, et enregistrera pas moins de trois albums avec le groupe. Un nouvel élément de cohésion, qui jouera sans aucun doute en faveur de la montée en puissance des Britanniques sur la scène internationale.

Attardons nous un instant sur la pochette : ce quatrième opus de JUDAS PRIEST marque les débuts d'une longue collaboration entre nos rockers britanniques et le graphiste Roslav Szaybo, à qui l'on doit cette magnifique image et qui réalisera toutes les futures pochettes de JUDAS PRIEST de 1978 à 1983. Le logo "classique" de JUDAS PRIEST apparaît également ici pour la première fois, soulignant d'une façon assez innovante une pochette très "techno", qui contribuera fortement à affirmer l'image du groupe. Jusqu'à présent cantonné à une imagerie "fantasy", nettement mise en avant sur les pochettes de Sad Wings Of Destiny (1976) et de Sin After Sin (1977), JUDAS PRIEST pose ici l'une des premières pierres de l'iconographie futuriste et cyberpunk du heavy metal des années 1980. Et musicalement, c'est la même chose.

Sur cet album cependant, peu de véritables "tubes", si l'on fait exception de la monumentale chanson d'ouverture, "Exciter", que le groupe continuera de reprendre dans les décennies à venir, ainsi que la ballade épique "Beyond The Realms Of Death", elle aussi soumise à une bonne pérennité dans le répertoire live du groupe. Mais si les titres de Stained Class n'ont pas eu forcément une aussi longue durée de vie que d'autres lors des tournées de JUDAS PRIEST, c'est probablement en raison de l'orientation plus commerciale de l'opus suivant, Killing Machine (1978), aux titres plus directs et plus radio.
Et pourtant ! On ne peut pas vraiment dire que Stained Class soit un album inintéressant ! L'album regorge en effet de brûlots speed, où le heavy metal furieux et bouillonnant de nos Anglais fait des ravages... On citera ainsi ces merveilles que sont "Invader", "Saints In Hell", "Savage" ou encore "White Heat, Red Hot", qui sont autant de pépites d'un metal anglais tout ce qu'il a de plus rutilant et de plus brillant. À l'instar de "Diamonds And Rust" sur Sin After Sin, une nouvelle reprise se glisse sur l'album : il s'agit de l'excellente "Better By You, Better Than Me", reprise de SPOOKY TOOTH, que JUDAS PRIEST s'approprie véritablement (et qui sera à l'origine d'un procès controversé en 1990 relatif à un prétendu message subliminal contenu dans cette chanson et qui aurait poussé un jeune Américain au suicide). Le morceau de fin, "Heroes End", semble pour sa part encore emprunt de l'esprit du vieux Judas des débuts, avec des sonorités un peu BLACK SABBATH.

Rob Halford hurle à n'en plus finir, les deux guitaristes ferraillent sur leurs machines tels des guerriers saxons et le nouveau batteur Les Binks impressionne par son groove et sa fougue. Certes, Rob Halford est encore un peu hésitant sur certains titres : on pense notamment au morceau éponyme, "Stained Class", où l'on a presque l'impression qu'il chante des notes au hasard lorsqu'il part dans les aigus par moment. Mais cela n'a pas vraiment d'importance, le futur "Metal God" est déjà presque un demi-dieu sur ce quatrième album. Qui donc chante comme lui à cette époque dans le monde du hard rock ? Pas grand monde, à part peut être Ian Gillan...
Le Priest gagne donc encore considérablement en puissance avec ce Stained Class en acier trempé, qui va plus loin que son prédécesseur en termes de lourdeur metal. Le metal en fusion, à l'image de la pochette, ruisselle à n'en plus finir sur cet album presque parfait, qui n'a pour seuls défauts que la complexité d'écriture de certains morceaux et l'absence de véritables tubes pour porter l'album (hormis "Exciter").

Stained Class marque les débuts d'un "nouveau" JUDAS PRIEST : (presque) totalement affranchi de ses antiques influences progressives et psychédéliques, le groupe britannique nous livre un album puissant et émouvant, pas encore totalement "formaté" pour être une collection de tubes, mais déjà bien représentatif de ce que sera le groupe dans les années à venir.

Mais attendez, l'année 1978 n'est pas finie !

Titres inoubliables : "Exciter", "Invader", "Savage", "Saints In Hell", "White Heat, Red Hot"...

Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


VENOM
Black Metal (1982)
Lay down your soul to the god's rock'n'roll !!!




DEEP PURPLE
Burn (1974)
La légende

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Rob Halford (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- K. K. Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Les Binks (batterie)


1. Exciter
2. White Heat, Red Hot
3. Better By You, Better Than Me
4. Stained Class
5. Invader
6. Saints In Hell
7. Savage
8. Beyond The Realms Of Death
9. Heroes End



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod