Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dead Can Dance, Irène Papas & Vangelis
- Membre : Amon DÜÜl Ii, Guru Guru
- Style + Membre : Tangerine Dream

POPOL VUH - Sheperd's Symphony (1997)
Par WALTERSMOKE le 12 Mars 2016          Consultée 568 fois

Il ne fait pas bon être fan de POPOL VUH dans les années 90. En effet, le groupe allemand de musique, célèbre pour ses envolées mystiques et ses plages ambient/world magnifiques, s'est planté comme une crêpe en 1995, avec la sortie de City Raga. Florian Fricke et ses nouveaux amis Guido Hieronymous et Maya Rose ont sorti un album fort médiocre, à mille lieues du précédent, For You and Me (1991), qui annonçait pourtant de belles choses. Deux ans après ce camouflet, POPOL VUH revient à la charge, avec un nouvel opus qui, disons-le de suite, ne rattrape que de peu le carnage de City Raga, et qui dans l'absolu n'est pas trop mauvais, j'ai nommé Sheperd's Symphony.

Sheperd's Symphony est un album relativement historique, dans la mesure où il s'agit de l'album du retour de Frank Fiedler en tant que musicien. L'autre membre fondateur de POPOL VUH, ayant quitté le groupe après In Den Gärten Pharaos (1972), avait déjà produit les deux précédents albums, mais se retrouve ici devant les claviers. Fricke est également toujours accompagné de Hieronymous, tandis que Maya Rose part on ne sait où, maintenant ainsi la structure de trio du groupe. Si l'on a été refroidi par City Raga, il est alors légitime de ne pas avoir d'attentes franchement élevées concernant Sheperd's Symphony. C'est tout à fait normal, mais c'est une attitude bien négative à adopter quand on écoute l'opus. En effet, derrière une pochette si atroce qu'elle semble avoir été réalisée par un 3ème en stage, POPOL VUH révèle finalement des ressources qui donnent envie d'être découvertes.

Côté style, cela se traduit par une trance mystique, qui transpire bien l'Orient, plus précisément des hauteurs de l'Himalaya aux confluents du Gange. Un heureux choix, pour être franc, mais qui peut se révéler casse-gueule. Fort heureusement, Fricke semble tout d'un coup s'être souvenu qu'il était un compositeur de génie aux idées brillantes, et le fait de nouveau savoir. Comme meilleur exemple, autant citer "Sheperd's Dream". Outre le fait qu'il pourrait séduire d'anciens fans, le seul morceau sans beat ni percussions de l'album propose une approche classique mais efficace de la musique new-age, avec des vocalises enregistrées (et non créditées...) suivies par une harpe discrète et déposant de manière lacunaire des notes rajoutant en beauté et cassant une probable lassitude arrivant par moments. Autre solide moment, "Short Visit to the Great Sorcerer" invite au voyage, de manière un peu facile, mais captivante grâce aux mantras prononcés au fil du morceau.

Sans pour autant être mauvais, le reste n'est tout de même pas forcément aussi folichon. Les amateurs de morceaux qui pulsent ne passeront pas à côté de "Sheperds of the Future", qui n'est cependant pas exceptionnel pour un sou – mais passe quand même. On fermera les yeux, en revanche, sur "Yes", à qui on a envie de dire « No », composé exclusivement par Hieronymous. "Wild Vine" se la joue world music option Inde à fond les manettes, ce qui ne débouche pas sur une réussite franchement particulière, mais cela reste agréable à écouter pour peu qu'on soit peu regardant sur la qualité intrinsèque du morceau.

Sheperd's Symphony n'est pas un album que l'on conseillera à un néophyte de POPOL VUH, mais de là à crier une fois de plus au scandale, ça risque d'être peu probable. De plus, l'approche de Fricke concernant la musique de son temps est intéressante, mais gagnerait à être approfondie. Ça tombe mal, c'est exactement là où ne va pas l'album suivant, Messa di Orfeo.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par WALTERSMOKE :


FRIPP & ENO
Evening Star (1975)
Un pilier de l'ambient




HANS ZIMMER/BENJAMIN WALLFISCH
Blade Runner 2049 (2017)
À bonne surprise, musique brillante.

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Florian Fricke (piano)
- Frank Fiedler (synthés)
- Guido Hieronymus (claviers, guitare)


1. Sheperds Of The Future
2. Short Visit To The Great Sorcerer
3. Wild Vine
4. Sheperd's Dream
5. Eternal Love
6. Dance Of The Menads
7. Yes



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod