Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dead Can Dance, Irène Papas & Vangelis
- Membre : Amon DÜÜl Ii, Guru Guru
- Style + Membre : Tangerine Dream

POPOL VUH - Spirit Of Peace (1985)
Par AIGLE BLANC le 20 Octobre 2016          Consultée 834 fois

Spirit of peace, 18ième album studio de POPOL VUH, est déjà le 4ième à paraître depuis 1980. A ce stade de sa carrière, force est d'admettre que la musique de ce groupe hors-norme a perdu une part considérable de son étoffe au fur et à mesure des années l'éloignant de la décennie précédente.
L'expérience musicale de bien des groupes nous montre combien il n'est jamais facile d'aborder une nouvelle décennie, d'autant plus quand on accumule déjà dix ans d'existence discographique. Les années 80 ont chassé les formations les plus populaires dont la musique devenait pour le coup des plus ringardes. Demandez à Roger WATERS ce qu'il pense de l'évolution de PINK FLOYD depuis son opéra rock The Wall. Changement important de mentalité aidant, couplé à un changement de politique artistico-économique, bien des groupes, et pas des moindres, parmi les plus représentatifs du bouillonnement créatif des années 70, ont dû changer leur fusil d'épaule afin de réajuster le tir de leurs missiles discographiques aux nouvelles normes en vigueur C'est ainsi que GENESIS et YES, laissant de côté leur identité progressive, ont dû renforcer la dynamique rock fm de leur musique afin de séduire le nouveau public des stades. Que leur musique se soit simplifiée est un euphémisme.

Que s'est-il passé pour POPOL VUH dont la musique reflétait mieux que personne le mysticisme des années 70 ? Son leader Florian FRICKE, devant la disparition progressive des valeurs morales qui sont les siennes, a-t-il dû vendre son âme au dieu Dollar ?
Non, cela est impossible compte tenu de la singularité de sa personnalité. Mais alors, comment expliquer que les trois derniers albums de POPOL VUH ("Sei Still, Wisse ICH BIN", "Agape-Agape" et "Fitzcarraldo") aient amorcé artistiquement un déclin progressif mais inéluctable ? Le groupe munichois subit de plein fouet la révolution économique des matérialistes années 80, mais il refuse de plier aux nouvelles normes du marché et se recroqueville sur ce qui fait son identité intrinsèque.

Spirit of Peace déploie le son typique de POPOL VUH en offrant un écrin à la merveilleuse guitare de Daniel Fichelscher, au piano recueilli de Florian FRICKE et au chant choral de Renate Knaup. Rien n'a changé vraiment du point de vue des textures et des timbres.
Oui mais voilà, la musique autrefois si puissamment évocatrice de POPOL VUH s'est carrément momifiée depuis le passage aux années 80. Si le son est bien présent encore, si reconnaissable, en revanche les compositions, elles, ont perdu de leur superbe comme si la source à laquelle s'abreuvait Florian FRICKE depuis Affenstunde, premier opus de 1970, était irrémédiablement tarie. La musique ne perd pas son âme, c'est pire que cela : sa sève n'irrigue plus ses canaux.

A l'époque de Hosiana Mantra, POPOL VUH était capable de proposer des albums certes courts (autour de 35 minutes) mais à la cohérence indéniable. Cohérence qu'on serait bien en peine de dénicher dans Spirit of Peace, composé de 4 pistes seulement dont une de 17 minutes qui voudrait constituer en quelque sorte la pièce de choix du disque.
"Take the Tension High" ressemble en bien des points au mythique "Brüder Des Schattens - Söhne Des Lichts" le superbe titre qui ouvrait l'album éponyme de 1978, et subsidiairement thème majeur de la BO du film Nosferatu, Fantôme de la Nuit de Werner Herzog. On y retrouve le même principe de la répétition en boucle d'un même motif jusqu'à obtenir un effet de transe si caractéristique des ragas indiens. Mais autant "Brüder Des Schattens..." séduisait par sa puissance évocatrice et son art du mystère, autant "Take the Tension High" déçoit par son caractère automatique que vient irriguer une source insuffisante d'inspiration. La guitare de Daniel Fichelscher est fort jolie, quasi angélique, la ligne du choeur subtilement décalée par rapport à la guitare, dans un effet de canon bienvenu, mais l'ensemble ne prend pas vraiment malgré la bonne volonté des interprètes impliqués. On comprend très bien que Florian FRICKE visait la joie et l'allégresse de sa foi, mais ces dernières malheureusement ne passent pas la rampe de la durée excessive d'un titre dont l'intérêt s'arrête à ses bonnes intentions initiales.
La première face de l'ancien vinyle est occupée quant à elle par 3 compositions disparates dont deux, "We Know About the Need" et "Song of Earth", font intervenir un choeur a cappella. Dans ce domaine, Florian FRICKE a donné le meilleur de lui-même lors de la BO du film Fitzcarraldo en 1982. Mais en 1985, le choeur a perdu de son intensité et de sa solide architecture interne. Il ne délivre plus qu'une sorte d'improvisation informe trop anecdotique pour convaincre.

En définitive, le meilleur de Spirit of Peace est à chercher dans le titre éponyme, très différent du reste de l'album du fait qu'il est interprété exclusivement par Florian FRICKE. D'ailleurs, cette pièce pour piano solo fait partie d'un ensemble plus vaste que son auteur ne semble pas avoir daigné publier de son vivant, peut-être en raison du fait que son groupe POPOL VUH n'y a jamais participé. Quel dommage en réalité ! Dans cet exercice exigeant du piano solo, F. FRICKE se révèle étonnamment inspiré, rejoignant la figure tutélaire du grand Eric SATIE. Dans cette pièce minimaliste à l'immense pouvoir apaisant, l'émotion intérieure affleure constamment, entre poésie et recueillement mystique. Il s'agit indéniablement de ce que la musique New Age peut offrir de meilleur.
Dans la compilation post mortem, Kailash, parue en 2015, deux autres pièces pour piano solo se sont ajoutées à celle-ci jusqu'à former une sonate de 3 mouvements. Si l'album Spirit of Peace avait regroupé 8 pièces pianistiques de ce calibre, nul doute qu'il serait devenu un must dans l'oeuvre personnelle de Florian FRICKE, offrant son visage le plus secret et vibrant.

Note réelle : 1.5/5

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par AIGLE BLANC :


Steve ROACH
Quiet Music (1986)
9 vignettes en hommage au silence




VANGELIS
El Greco (1998)
Le testament de Vangelis : d'une sombre grandeur


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Florian Fricke (piano, voix)
- Daniel Fichelscher (guitare acoustique)
- Renate Aschauer-knaup (voix)
- Conny Veit (guitare électrique)
- Bernd Wippish (guitare électrique)


1. We Know About The Need
2. Spirit Of Peace
3. Song Of Earth
4. Take The Tension High



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod