Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Velvet Underground , John Cale , Lou Reed And John Cale , Metallica, Antony And The Johnsons, Reed / Anderson / Zorn

Lou REED - The Bells (1979)
Par LE BARON le 23 Juin 2016          Consultée 958 fois

Cet album est une charnière. Jusqu'ici, le succès de Lou REED a toujours reposé sur son côté sulfureux : la drogue (plutôt les amphétamines que les joints), l'homosexualité, la souffrance, la violence, bref : New-York vu du caniveau plutôt que des sommets de Manhattan. Street Hassle, son précédent album, a poussé très loin la description de cet univers. La chanson titre est terrible et va bien plus loin dans l'horreur que « Walk On The Wild Side ». Si les personnages qu'il décrit pourraient bien être Candy ou Little Joe, ils ont cette fois touché le fond, la drogue les ayant définitivement éloignés de toute humanité. Lou REED va donc chercher une autre orientation.

The Bells est foutraque. Mal produit, sans réelle direction musicale, il permet toutefois d'entendre un Lou REED en mutation, encore une fois. Et c'est peut-être musicalement que c'est le plus frappant. Il essaie plusieurs styles : Pop, rock, boogie déglingué, disco, musique expérimentale mâtinée de free-jazz (Don CHERRY fait bizarrement partie des musiciens). Sa voix est également changeante : tour à tour geignarde, voire chevrotante, elle se montre également très grave par moments. Lou REED se rapproche ainsi peu à peu de ce qui sera sa marque de fabrique vocale à partir des années 80.

Son écriture évolue aussi. De la galerie de personnages plus ou moins fréquentables qu'il a mis en scène jusqu'ici, il devient plus introspectif, pour le meilleur, et pour le pire bien sûr ! Lou REED n'est pas homme à faire les choses à moitié. Il est autant capable de fulgurances que de ridicule.

Certaines chansons sont donc franchement pénibles : « I Want To Boogie With You », « Looking For Love » sont d'atroces tentatives de décrire des sentiments peut-être vrais, mais sans aucun style, littéraire ou musical. « Families » est un sommet dans le genre : Lou REED regrette de ne pas voir sa maman davantage et nous le couine aux oreilles sur fond de saxophone.

« Stupid Man », qui ne brille pas par son écriture non plus, a pourtant son petit charme, de même que « With You ». Et j'avoue adorer « Disco Mystic », ce qui me fait en général passer pour vraiment tordu auprès des amateurs. Lou REED répète en effet « Disco, Disco Mystic » pendant près de 4 minutes, sur un rythme disco très lent, sans aucune chaleur, et qui ne risque pas de vous donner envie de danser. Il y a pourtant des accents de BOWIE là-dedans, et période Low qui plus est est. Avec Giorgio MORODER aux manettes, peut-être ?

Le plat de résistance est évidemment le dernier morceau, « The Bells ». Quoique très éloigné de Metal Machine Music, Lou REED se remet à explorer ici son goût pour la musique expérimentale. L'exposition musicale est longue : 3 notes de basse, une trompette, un synthétiseur (que je suppose être la guitare-synthétiseur déjà entendue sur « Take No Prisoners »), une voix. La texture peut là encore faire penser au Bowie de la trilogie berlinoise, mais moins travaillée, avec le côté un peu sale, un peu « cheap » que Lou REED a toujours aimé. Le morceau dure plus de 9 minutes, le chant n'intervient qu'au bout de 5 ! Mais cela fonctionne bien. Le texte, plutôt obscur, montre là encore un essai de nouvelle forme, plus « littéraire » que précédemment.

Pas complètement abouti, laissant un peu de côté Don CHERRY (dommage), l'album reste bon pour moitié. Et mérite largement d'être redécouvert.

A lire aussi en ROCK par LE BARON :


Lou REED
Magic And Loss (1992)
Inspiré par le crabe.




Lou REED
Ecstasy (2000)
Rock


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Lou Reed (voix, guitare, synthétiseur, basse)
- Ellard 'moose' Boles (guitare, synthétiseur, basse, choeurs)
- Don Cherry (guitare, trompette)
- Marty Fogel (ocarina, saxophones soprano & tenor, fender rhodes)
- Michael Fonfara (fender rhodes, claviers, oberheim, choeurs)
- Michael Suchorsky (batterie, percussion)


- the Bells
1. Stupid Man
2. Disco Mystic
3. I Want To Boogie With You
4. With You
5. Looking For Love
6. City Lights
7. All Through The Night
8. Families
9. The Bells



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod