Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Velvet Underground , John Cale , Lou Reed And John Cale , Metallica, Antony And The Johnsons, Reed / Anderson / Zorn

Lou REED - The Blue Mask (1982)
Par LE BARON le 20 Août 2016          Consultée 1665 fois

Lou REED a parfois été un bon, voire un grand auteur de chansons. Musicalement, il était évidemment moins doué. Il a toutefois enregistré avec d'excellents musiciens, ce qui a pu compenser en partie une certaine indigence, mais n'a pas toujours suffi pour masquer l'absence récurrente de direction artistique. On se retrouve alors à écouter des albums difficiles à juger. Pas bons, mais pas intégralement mauvais, ce sont des fourre-tout dans lesquels Lou semble aligner les chansons les unes après les autres, sans aucun souci d'unité ni même de qualité.

The Blue Mask est de ses disques les plus faibles. Il a pourtant un groupe excellent, notamment Fernando SAUNDERS (Jeff BECK, John McLAUGHLIN) à la basse et Robert QUINE (THE VOIDOIDS, plus tard John ZORN) à la guitare. Il s'agit par ailleurs d'un retour à une formation très rock, sans claviers, et qui fonctionnera très bien sur scène. Mais dans le cas de l'album qui nous intéresse, cela ne suffit pas.

La plupart des textes sont creux, simplistes et prétentieux. Un exemple ? « My House », le premier titre, dédié à Delmore Schwartz. J'avoue ne jamais avoir lu l'œuvre poétique de ce Monsieur Schwartz, précisément par la faute de cette chanson. Dans « My House », donc, Lou dépeint sa maison, de nuit. Et il en est fier, de sa maison. Il la trouve si belle, survolée par des oies (sic), dans la brume d'un lac (re-sic). Lou et sa femme, munis d'un ouija-board, s'adressent à Delmore, le font apparaître ! Lou ne prend même plus la peine de transposer la réalité, il la décrit aussi platement que possible. Est-ce tout ? Eh bien non parce-qu'après une petite référence à Joyce – ça fait toujours bien -, Lou nous annonce que sa vie est vraiment belle grâce à 3 choses, que je cite dans l'ordre : son écriture, sa moto, sa femme. Ah, une quatrième : la poésie. Les bras m'en tombent, les oreilles également.

Alors pour le reste, Lou REED, qui se prend maintenant pour un chanteur, nous clame son amour des femmes, et de Sylvia, encore elle. Il y a aussi une ânerie sur la mort de Kennedy (sur le mode de « Si j'étais président », je vous jure que c'est vrai), quelques histoires de bouteilles, bref : on passe de l'ennui à la franche rigolade, selon son humeur.

Seules « The Gun », une réminiscence de « Kicks », « The Blue Mask », pour sa colère, et « Waves Of Fear », pour sa description des affres du manque, valent l'écoute. Le reste est désespérément mauvais.

Pourquoi cet album est-il si souvent salué par la critique ? Mystère. 3 titres sur 10 qui soient dignes d'intérêt, c'est tout de même bien peu. Et même si les albums précédents n'étaient pas entièrement réussis, ils étaient meilleurs. Lou REED n'en a toutefois pas terminé avec la médiocrité, d'autres perles du genre suivront. Critiquer une discographie dans son intégralité a ses moments de difficulté.

A lire aussi en ROCK par LE BARON :


FANTÔMAS
The Director's Cut (2001)
Comme son nom l'indique.




Frank ZAPPA
The Best Band You Never Heard In Your Life (1991)
Bonheur cuivré.


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Lou Reed (guitare, voix)
- Robert Quine (guitare)
- Fernando Saunders (basse, chœurs)
- Doane Perry (batterie)


- the Blue Mask
1. My House
2. Women
3. Underneath The Bottle
4. The Gun
5. The Blue Mask
6. Average Guy
7. The Heroine
8. Waves Of Fear
9. The Day John Kennedy Died
10. Heavenly Arms



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod