Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Velvet Underground , John Cale , Lou Reed And John Cale , Metallica, Antony And The Johnsons, Reed, Anderson, Zorn

Lou REED - The Raven (2003)
Par LE BARON le 2 Février 2017          Consultée 395 fois

Et voilà. 20 ans après les calamiteuses années 80, Lou REED nous revient au plus bas. On se souvient avec embarras de Legendary Hearts (1983) ou de New Sensations (1984). Ces deux albums atroces étaient jusque là les symboles du pire. Mais ça, c’était jusqu’à The Raven.

The Raven provient d’une création plus ou moins théâtrale de Bob Wilson et Lou REED, nommée « POEtry ». « POEtry » est basé sur des textes d’Edgar Allan Poe, plus ou moins traficotés par REED. On y trouve également les propres textes de Lou, inédits ou connus, et, tout de même, un peu de musique. Deux versions de l’album existent : une proposant deux CD, une deuxième un seul. La version courte a un avantage non négligeable sur la version longue: elle est courte.

Cet album est raté. La tête de Lou REED a tellement enflé qu’il ne peut plus mettre son casque de moto ! Même si je n’éprouve pas de grande admiration pour Poe, il faut lui reconnaître un talent d’écrivain. Il est vrai qu’il est jugé très important par les Américains, alors qu’on le cantonne plutôt, en France, à la lecture pour adolescents dont on estime qu’ils pourront être sensibles à sa dramaturgie, son goût du fantastique, de l’étrange. Poe ne m’émeut guère, mais il ne méritait pas ça. En fait, Lou REED tente à l’évidence de masquer son manque d’inspiration derrière un auteur connu. Mais ce qu’écrit REED est d’une telle vacuité qu’on en est gêné pour lui. Il suffit d’écouter la première chanson pour en être convaincu : « These are the stories of Edgar Allan Poe / Not exactly the boy next door ». Euh, c’est quoi, ça ? Cette pauvre déclaration même pas digne d’un chanteur de pop ? Cette rime foireuse ? Serait-ce de l’humour ? Si oui, j’avoue passer à côté. Si non, eh bien... Que dire ?

Lou REED nous bassine donc pendant deux heures, braillant sa prétendue admiration pour Poe ou ses propres tourments intérieurs. Mais le romantisme lui va mal, de même que les grands sentiments. C’est un problème de forme, évidemment. Tout le monde a le droit de douter, de souffrir, de se rêver autre. Mais le talent de REED est dans la retenue, pas dans cette emphase pseudo-poétique qui ne fait que révéler en creux le vide abyssal dans lequel se trouve son inspiration.

Ce n’est pas tout. Non content de nous assommer de ses pauvres textes, Lou REED a convoqué les amis. Excusez du peu : Willem Dafoe, Steve Buscemi, Laurie ANDERSON, Ornette COLEMAN, David BOWIE, etc. Tous sont venu agrémenter la pièce montée du « poête » new-yorkais d’un ou deux petits choux. Les comédiens déclament avec talent, certes, mais après tout, un type comme Willem Dafoe pourrait vous embarquer avec lui en récitant le bottin téléphonique*. Les chanteurs chantent avec application. BOWIE fait du BOWIE, mais ne semble pas croire beaucoup à la partition. L’alternance de textes récités ou chantés, l’alternance des interprètes, fussent-ils prestigieux, ne changent rien à l’impression d’ensemble : on s’ennuie!

Cerise sur le gâteau de la grosse pilule difficile à avaler : deux reprises de… Lou REED. Ben oui, quant on a chopé le melon, autant que ce soit pour de bon. Deux reprises, et non des moindres : « The Bed », tiré de Berlin, et « Perfect Day » de Transformer. Le fait que « Perfect Day » soit interprété non par REED mais par Antony HEGARTY** n’y change rien : le résultat est nul.

On subit donc l’ensemble presque de bout en bout. Presque ? Oui, car cet album recèle UNE pépite : « Vanishing Act ». Sur quelques notes de piano, la voix de REED est bouleversante. Enregistré au plus près du microphone (on l’entend déglutir), le retour à la retenue, aux mots simples, aux formules toutes en sobriété prend d’un coup une dimension qui émeut. Les cordes qui reprennent le thème à la fin de la chanson sont également de toute beauté. Voilà ce que l’on aurait aimé entendre tout du long ! Quel dommage...

Album enflé et boursouflé, The Raven est à éviter, sauf pour « Vanishing Act ». Les plus conciliants mentionneront peut-être l’amusant « A Thousand Departed Friends », dont le riff cuivré n’est pas mal du tout et, pour les aficionados, il faut citer « Fire Music », qui rappelle Metal Machine Music. Mais deux heures, c’est très long. Poe ne méritait pas ça. Nous non plus.


*Lecteur, sais-tu ce qu’est un bottin téléphonique ? Non ? Demande à tes parents ou à n’importe quel dinosaure analogique de ta connaissance.
** Chanteur de ANTONY AND THE JOHNSONS

A lire aussi en POP par LE BARON :


Randy NEWMAN
Good Old Boys (1974)
Pop/folk/jazz




Randy NEWMAN
Trouble In Paradise (1983)
Le paradis selon Randy.


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Lou Reed (voix, guitare)
- Mike Rathke (guitare)
- Fernando Saunders (basse, guitare, choeurs)
- Tony 'thunder' Smith (batterie)
- Friedrich Paravicini (piano, claviers)
- Doug Wieselman (saxophones ténor et baryton)
- Paul Shapiro (saxophone ténor)
- Steve Bernstein (trompette)
- Art Baron (trombone)
- Ornette Coleman (saxophone alto sur 'guilty')
- Frank Wulff - (hautbois)
- Kate & Anna Mcgarrigle (choeurs)
- Jane Scarpantoni (violoncelle)
- Antoine Silverman (violon)
- Marti Sweet (violon)
- Patrick Carroll (programmation basse et batterie)
- Shelly Woodworth (cor)
- Russ Desalvo (guitare, claviers)
- --------
- Laurie Anderson (voix sur 'call on me')
- Antony Hegarty (voix sur 'perfect day', choeurs)
- David Bowie (voix sur 'hop frog')
- The Blind Boys Of Alabama (choeurs sur 'i wanna know )
- Willem Dafoe (voix sur 'the conqueror worm', 'the raven', 'the c)
- Steve Buscemi (voix sur 'broadway song', 'old poe' & 'the cask')
- Elizabeth Ashley (voix sur 'the valley of unrest')
- Amanda Plummer (voix sur 'tripitena's speech')


- the Raven
1. The Conqueror Worm
2. Overture
3. Old Poe
4. Prologue (ligeia)
5. Edgar Allan Poe
6. The Valley Of Unrest
7. Call On Me
8. The City In The Sea / Shadow
9. A Thousand Departed Friends
10. Change
11. The Fall Of The House Of Usher
12. The Bed
13. Perfect Day
14. The Raven
15. Balloon

1. Broadway Song
2. The Tell-tale Heart Pt. 1
3. Blind Rage
4. The Tell-tale Heart Pt. 2
5. Burning Embers
6. Imp Of The Perverse
7. Vanishing Act
8. The Cask
9. Guilty - Spoken
10. Guilty - Song
11. A Wild Being From Birth
12. I Wanna Know (the Pit And The Pendulum)
13. Science Of The Mind
14. Annabel Lee - The Bells
15. Hop Frog
16. Every Frog Has His Day
17. Tripitena's Speech
18. Who Am I? (tripitena's Song
19. Courtly Orangutans
20. Fire Music
21. Guardian Angel



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod