Recherche avancée       Liste groupes



      
CYBER-NEW WAVE-ELECTRO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Jon & Vangelis, Aphrodite's Child, Irène Papas & Vangelis

VANGELIS - See You Later (version Alternative) (1980)
Par AIGLE BLANC le 21 Avril 2017          Consultée 248 fois

Comme le clame à juste titre notre éminent confrère Walter Smoke, la sortie du coffret Delectus (2017), qui rassemble tous les albums de VANGELIS parus chez Vertigo et Polydor, soit la très riche période qui va de Earth (1973) à Invisible Connections (1985), offre "une sérieuse piqûre de rappel" à ceux qui voudraient se pencher sur la première partie de carrière du maître ès musique électro-symphonique.
Le plus regrettable dans ce coffret par ailleurs est l'absence quasi totale d'inédits. Parmi les 4 pauvres bonus noyés dans ce coffret de 13 CD, "Song is" était paru dans une énième compilation, "My Love" et "Domestic Logic 1" figuraient respectivement sur les faces A et B d'un ancien 45 tours paru à l'époque de See You Later (1980), sessions auxquelles appartient également "Neighbours Above" (le seul inédit semble-t-il). Comment expliquer que le 45 tours sorti à l'époque de See You Later ne contînt aucun titre de l'album officiel ? Sa face A ("My Love") était alors un inédit et non le single à promouvoir de l'album. En revanche, sa face B ("Domestic Logic 1"), puisqu'il en fallait obligatoirement une à l'ère du vinyle, se composait d'un titre issu des sessions de l'album mais que l'artiste avait rejeté pour une raison ou une autre.

Pourtant, rien n'est aussi simple ici. Peut-être l'ignorez-vous encore (comme moi jusqu'à récemment), mais l'album See You Later, qui avait tant déstabilisé alors les fans de VANGELIS, et qui depuis a été réhabilité entre autres par Arp 2600, notre grand spécialiste de ME* old school à Forces Parallèles, cet album que vous croyez connaître par coeur n'est en fait pas celui qu'avait prévu initialement VANGELIS. Un vinyle pressé la même année (1980) en Irlande, fait état, sur le label Polidor, du programme suivant : FACE A : 1) "My Love" / 2) "Not a bit, All of it" / 3) "Neighbours Above" / 4) "I Can't Take It Anymore" / 5) "Memories Of Green" FACE B : 6) "Fertilization" / 7) "Suffocation" / 8) "Multi-Track Suggestion". Comment reconnaître See You Later dans cette tracklist complètement chamboulée ? On remarque, dans sa version primitive, que l'opus comprenait 8 titres, soit un de plus que l'officielle. Parmi eux, 3 sont nouveaux (les mêmes que j'ai cités dans le précédent paragraphe), le premier titre de la face B ("Fertilization") n'ayant même jamais été édité ni n'apparaissant en bonus du coffret Delectus. Encore plus déroutant : la piste éponyme en était absente.

Mais qu'a-t-il bien pu se passer entre la conception de l'album et sa parution chez les disquaires ? Alors que le disque allait être mis au pressage, VANGELIS fut sommé d'en retirer le sixième titre "Fertilization" dont le poème qui en constituait l'ossature était soumis au droit d'auteur. Acculé in extremis, privé d'une piste, le compositeur grec se trouva dans l'obligation artistique de réorganiser le programme de son album. Il n'est un secret pour personne que le format 33 tours ne servait plus seulement à regrouper des singles comme au début des 60's, mais au contraire permettait à l'artiste de concevoir son album comme une entité indivisible. En perdant l'un de ses titres, VANGELIS dut reconsidérer, pour des problèmes de rythme probablement, l'agencement des pistes de See You Later. Parmi les choix radicaux qui s'imposèrent à lui, "My Love" et "Neighbours Above" furent supprimés ni plus ni moins et remplacés par un tout nouveau titre, l'excellent "See You Later" justement qui, pour une raison inconnue, n'avait pas initialement trouvé grâce aux oreilles de son géniteur.

L'origine de cette chronique est bien de vous faire découvrir la version primitive de See You Later qui, soyons honnête, ne sera sans doute jamais éditée. Une fois n'est pas coutume donc, c'est un disque virtuel qui vous est présenté ici. Bien entendu, ne vous sentez pas obligés de vous procurer le coffret Delectus. Youtube vous offrira (pendant combien de temps encore ?) l'occasion d'écouter ce qu'aurait rendu l'album s'il n'avait pas été profondément remanié au dernier instant.

La disparition du morceau titre (et quel morceau !) couplée à l'apparition des 3 nouveaux "My Love", "Neighbours Above" et "Fertilization", si elles métamorphosent l'album que nous connaissons aujourd'hui et redistribuent la donne, en revanche elles sont loin de le dénaturer. See You Later, même et y compris dans sa version première, reste un opus inclassable tant dans l'oeuvre de VANGELIS que dans l'histoire de la musique électronique. Cette version initiale a le mérite de renforcer la folie schizophrénique inhérente à ce projet unique. Les intentions du compositeur y sont plus radicales, quitte à frôler le ridicule, certains même ne se priveront pas d'affirmer qu'avec ce nouveau visage l'album y plonge carrément.
La face A de l'ancien vinyl contenait les compos les plus risquées. "My Love" se présente dès l'ouverture comme une chanson pop survoltée à la mélodie caricaturale. Un pied de nez à la synth-pop qui sévissait alors dans le paysage musical en ces 80's débutantes ? Les synthés y sonnent tellement et délibérément kitsch que ce titre en est presque génial. Cela ne fait aucun doute pour qui connaît le son de VANGELIS à l'époque qui précède juste Les Chariots de feu.
Pour enfoncer le clou, "Neighbours Above" pousse la schizophrénie jusqu'à faire alterner des couplets synth-pop, quasi krafterwerkiens, et un refrain épouvantable dans lequel un choeur entonne de façon approximative un air de carnaval. C'est ridicule certes, totalement bancal, mais VANGELIS va jusqu'au bout de sa démarche iconoclaste. Mais qu'avait-il fumé alors pour qu'une telle composition s'échappât de ses claviers d'ordinaire tellement plus subtils et oniriques ? On est en droit d'être sceptique, mais il y a fort à parier que ce VANGELIS opère avec un sérieux second degré, Les autres titres de la face A sont les bien nommés "Not a bit, all of it", "I can't take it anymore" et "Memories of green" que Arp 2600 a si bien présentés dans sa chronique officielle. "Not a bit, all of it", compo la plus étonnante de son auteur, s'écoute exactement comme un spot publicitaire radiophonique avec une voix de speakrine des plus rétro et le chant innommable d'un homme sous sa douche, qui n'est autre que Vangelis lui-même (Il avait prêté sa voix déjà sur le superbe "Ballad" de l'album Spiral). Jamais le compositeur grec n'a été aussi proche dans l'esprit de Frank ZAPPA. Quant à "Memories of green", elle clôture en beauté la première face de cette version initiale.
La face B est aussi profondément chamboulée dans la mesure où en est exclu le titre éponyme au profit d'une composition étrange, "Fertilization" qui, après un faux départ dans la lignée des hymnes habituels de VANGELIS, change brutalement de cap pour trouver un ton plus apaisé où le clavier déploie des arpèges recueillis tandis que Jon Anderson, la voix filtrée par un vocoder, récite un poème sur un ton monocorde.
"Suffocation" et "Multi-track suggestion" cloturent l'album dans une note qui remet l'accent sur la nature cyber-pop-punk de l'opus.

La version officielle de See You Later reste la meilleure. Celle qui contient les compos les plus solides et les plus abouties. Un jour, peut-être, paraîtra la version définitive, 9 titres pour 55 minutes au compteur, fusion vertigineuse des deux autres, seule apte à traduire dans sa variété touffue la vision complexe autant que ludique d'un VANGELIS totalement métamorphosé à l'ère de la cold wave.
See You Later gagne fortement à être écouté selon l'angle d'écoute suivant : et si le programme proposé par ces titres inclassables émanait d'une radio pirate dans le Los Angeles 2019 de Blade Runner ? See You Later préfigurerait donc l'univers cyberpunk du chef-d'oeuvre de Ridley Scott. Le cinéaste anglais ne s'y était pas trompé en obligeant VANGELIS à réutiliser le titre Memories of Green dans la BO de son film.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par AIGLE BLANC :


Christopher YOUNG
Haunted Summer (1989)
Des ombrelles souriantes aux effluves de souffre




POPOL VUH
In Den Garten Pharaos (1972)
Déambulation poétique et messe sacrificielle

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Vangelis (textes et musiques, tous les claviers, vocalises :)
- Peter Marsh (chant : les titres 1, 4 et 8)
- Cherry Vanilla (voix : les titres 1 et 2)
- Jon Anderson (voix et chant : les titres 6 et 7)
- Maurizio & Christina (dialogue : titre 7)
- Michel Ripoche (violon : titre 2)
- Andrew Hoy (voix : titre 2)


1. My Love
2. Not A Bit, All Of It
3. Neighbours Above
4. I Can't Take It Anymore
5. Memories Of Green
6. Fertilization
7. Suffocation
8. Multi Track Suggestion



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod