Recherche avancée       Liste groupes



      
BALLADES POP 90\'S  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Alan Simon

ZUCCHERO - Bluesugar (1998)
Par MARCO STIVELL le 5 Septembre 2017          Consultée 1179 fois

BlueSugar, l'album de ZUCCHERO que je n'osais guère aborder. Il n'était pas question de qualité, ne l'ayant jamais écouté, mais de mélange de styles, de contexte aussi, avec cette idée que désormais le cantautore est censé fournir de moins en moins de bons disques, au tournant des années 2000 et selon les avis qu'on peut lire çà et là. Nenni ma foi !

Le tournant de sa carrière est certes un fondement que BlueSugar assume, en sus de modifications stylistiques. Cependant, ZUCCHERO et Corrado Rustici voulaient un disque réussi, en gardant l'empreinte du maître, disons en partie, mais en se mettant à la page d'un autre côté, et ils y sont arrivés.

Au revoir le ZUCCHERO mordant. À 43 ans, il veut se poser, l'homme au chapeau, il veut nous raconter des histoires sur fond de ballades. Corrado, à ses côtés, veut utiliser moins de guitares et façonner un album moderne, en accord avec la pop de cette fin des années 90, aux préférences qui lorgnent vers le r'n'b et la dance.

Il faut tout le savoir-faire d'un tel duo, solidifié par les années, et qui a déjà un certain nombre d'exploits à son actif (en concert, Corrado sera remplacé par le numéro trois, Luciano Luisi). La pop-dance conviviale de "You Make Me Feel Loved", titre le plus rapide et enjoué, reprend les éléments les plus kitschs qu'on s'attend à recevoir en provenance d'Italie, sauf que c'est très bien fait et classe, inespéré ! Le cantautore la dédie à sa deuxième femme dont il est amoureux comme au temps de son adolescence.

L'autre grand moment du même genre, c'est "(Temporaneamente) Per Sempre Tuo", balancé par de grosses rythmiques modernes et des boucles de synthés qui ne le sont pas moins, mais avec la profondeur et la légèreté du chant qui n'a rien à voir avec les tubes putassiers de l'eurodance à l'époque, eux aussi souvent venus d'Italie d'ailleurs.

Quant au blues du nouveau millénaire, lorgnant vers le r'n'b, de "Donkey Tonkey" ou "Karma Stai Kalma", si ZUCCHERO, là non plus, ne parvient pas à en tirer un résultat positif, personne ne le peut à sa place. Or, c'est tout à fait le cas, et sur la deuxième chanson, Irene, sa fille, vient prêter un peu de sa jolie voix. On peut voir une filiation avec l'évolution de la carrière de Corrado, puisqu'il commence à s'occuper de chanteuses comme Elisa Toffoli, non-moins attirante.

Elle figure d'ailleurs parmi les nombreuses stars internationales qui reprendront « Blu » avec ZUCCHERO en duo (Bono écrira un texte anglais), une fois passé le succès massif de l'album, en Italie du moins ; ailleurs, c'est plus en demi-teinte, hélas ! La mélodie de ce single est suave, portée au début par des guitares slide bluesy, afin de créer une autre passerelle, tradition et actualité musicale. Entre autres nombreux exemples, elle nous conforte dans le choix de ballades envoûtantes, par leur discours mais aussi par leur arrangement, d'une densité incroyable.

Benny Rietveld, le bassiste de SANTANA, intervient un peu, mais Corrado est omniprésent et ses guitares parcourent le spectre sonore avec grâce et légèreté, sans chercher à se faire remarquer. On rencontre aussi l'éminent Steve Winwood (Traffic, Clapton...) à l'orgue Hammond, pour un apport notable au morceau "Arcord", "ricordo"/"je me souviens" en dialecte d'Emilie-Romagne - c'est la même formule qu'un célèbre film de Federico Fellini, en plus contractée encore -.

Et puisqu'on est dans les claviers, il convient de mentionner que cet album exploite le potentiel révélé avec "Il Volo", trois ans plus tôt. ZUCCHERO décide de réutiliser le mellotron, cet ensemble de cordes pré-enregistrées qui a souvent fait ses preuves dans la pop, depuis les BEATLES. "Arcord" a d'ailleurs tout d'un slow nébuleux des années fin 60/début 70. Plus loin, on réentend le mellotron sur le magistral "Eccetera Eccetera". Ne parlons pas du chant qui montre la maturité acquise par l'homme au chapeau d'un bout à l'autre.

La formule de l'album homogène (contrairement aux précédents) et du discours à rallonge par chanson marche très bien dans cette réalisation très propre, avec ce qu'il faut d'efficacité et de touche aérienne pour éviter de la rendre clinique. Une très belle oeuvre de monsieur ZUCCHERO !

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


M2M
The Big Room (2002)
Pop-rock féminin.




Elton JOHN
Too Low For Zero (1983)
Le meilleur des années 80 ?


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Zucchero (chant, guitares, piano, mellotron, orgue hammond)
- Corrado Rustici (guitares, claviers, orgue hammond, choeurs)
- Michael Urbano (batteries, percussions)
- Benny Rietveld (basse)
- Steve Winwood (orgue hammond)
- Max Marcolini (dobro, cordes)
- Mark Feltham (harmonica)
- Will Malone (choeurs)
- Mino Vergnaghi, Shirley Gross, Katie Kis (choeurs)
- Irene Fornaciari (chant, choeurs)


1. You Make Me Feel Loved
2. Blu
3. Arcord
4. Puro Amore
5. Back 2 U
6. Donkey Tonkey
7. (temporaneamente) X Sempre Tuo
8. Eccetera Eccetera
9. Karma, Stai Kalma (feat. Irene Fornaciari)
10. Dopo Di Noi
11. I Tempi Cambieranno



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod