Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-SOUL ITALIENNE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Alan Simon

ZUCCHERO - Zucchero & The Randy Jackson Band (1985)
Par MARCO STIVELL le 15 Février 2017          Consultée 323 fois

Donc, le premier album de ZUCCHERO n'est pas un succès. Cependant, son sens de la ritournelle fait déjà mouche avec "Une Notte Che Vola Via", extrait du disque qui lui permet d'aller jusqu'en finale (devant son collègue Vasco ROSSI) de l'édition 1982 du Festival de San Remo, soit le principal tremplin médiatique pour la chanson italienne. Déjà contrarié par la voie que prend sa carrière, il décide de tout plaquer et part en Californie. Grâce à sa nationalité italienne, il rencontre le musicien et producteur Corrado Rustici.

Ce Napolitain, car il y a des choses à en dire, possède un certain pédigrée, en tant que membre du groupe de rock progressif CERVELLO au début des années 70 en Italie, puis du groupe fusion NOVA, parti s'installer en Angleterre puis à New York avec un fort succès. Après le quatrième album de NOVA, Corrado Rustici s'installe en Californie, apprend les techniques de production et travaille pour Aretha FRANKLIN, Whitney HOUSTON, George MICHAEL... Quand ZUCCHERO vient vers lui, il lui présente le bassiste Randy Jackson avec qui il travaille beaucoup.

Polydor/PolyGram, la maison de disques, refuse à ZUCCHERO la possibilité de travailler en Californie, mais il peut faire venir Rustici et Jackson aux studios de la major à Milan, les mêmes où son premier album a été enregistré. De là naît une collaboration fructueuse. C'est Jackson qui est mis en avant sur la pochette, en mots et en images, tenant dans ses bras Irene Fornaciari, la deuxième fille de ZUCCHERO (première pochette d'une série étonnante pour lui !) et de sa femme Angela. Néanmoins, Rustici est bien l'homme de la situation, celui grâce auquel le succès arrive un peu plus tard certes, mais qui apporte un souffle déjà prometteur à la carrière du Sucre, en tant que producteur d'abord.

Ce disque connait à peine plus de succès que le premier, on peut d'ailleurs les rapprocher en termes d'ambiance pour le côté léger et suave sur de nombreux titres, même si on y trouve la décontraction qui manquait auparavant. C'est ainsi que, grâce au savoir-faire de Corrado Rustici, chaque nouvel opus de ZUCCHERO est une transition vers quelque chose de meilleur. Les chansons de ce deuxième album sont en effet meilleures, et le public italien ne s'y trompe pas en donnant (contrairement au 33 tours) un beau succès à "Donne", le premier single.

Ce morceau est, comme tous les autres, composé par ZUCCHERO, alors qu'il n'écrit aucune parole. Cette tâche revient à Alberto Salerno, auteur en vue comme le sont Mogol et son fils Cheope, qui ont travaillé avec, pêle-mêle, Lucio BATTISTI, MINA, Laura PAUSINI... En dehors de Rustici et Jackson, les musiciens employés ont également un bagage solide, Fio Zanotti, Paolo Gianolio (plus tard devenu proche du Romain Eros RAMAZZOTTI), Walter Afanasieff (futur producteur de Mariah CAREY et Céline DION)...

"Donne" est un bel exemple de cette évolution, avec son ambiance soft, son solo de sax alto, ses "tou dou dou", son rythme délicieusement syncopé et sa mélodie efficace, adressée comme le texte à la gente féminine. D'ailleurs, à partir de ce moment, ZUCCHERO utilise des choeurs de filles/dames absolument splendides, sensuels et même rigolos, une constante pour les prochains disques. Dans la même veine musicale, "Tu Mi Piace Questa Birra" est assez marrant, grâce au texte suggestif d'Alberto Salerno ("Tu me plais avec ta bière... Je pense à ce que je ferais... Tu as compris ou pas ?"). Les choeurs sont très dynamiques et la basse de Randy Jackson piquante !

"Jimmy Jimmy", "Per Una Delusione in Piu" et "Oh Stevie" reprennent les mêmes idées. Avec ce caractère soft, l'ambiance du premier disque se trouve bien modifiée y compris sur le slow "Un Piccolo Aiuto". Les claviers et les batteries diverses sont enrichis par les guitares de Paolo Gianolio et quelques jolis solos de sax, parfois des cuivres-synthés sont trop présents hélas ("Ti Farò Morire"). Le meilleur est réservé pour la fin, "Quasi Quasi" (refrain repris d'une chanson écrite par ZUCCHERO et l'un de ses groupes antérieurs) avec sa variation exotique et les filles qui se déchaînent vocalement.

Allez, c'est en bonne voie !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


Andrea CORR
Lifelines (2011)
Andrea, marquise des anges




Gilles SERVAT
Comme Je Voudrai ! (2000)
Chanson bretonne et irlandaise


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Zucchero (chant, pianoforte)
- Randy Jackson (basse)
- Paolo Gianolio (guitares)
- Lele Melotti (batterie)
- Walter Afanasieff (claviers, pianoforte)
- Fio Zanotti (claviers)
- Luigi Tonet (claviers)
- Renè Mantegna (percussions)
- Pierluigi Mucciolo (trombone)
- Claudio Pascoli (saxophone)
- Elio D'anna (saxophone)
- Naimy Hackett, Giulia Fasolino, Rossana (choeurs)


1. Donne
2. Stasera Se Un Uomo
3. Ti Farò Morire
4. Per Una Delusione In Più
5. Tu Mi Piaci Come Questa Birra
6. Un Piccolo Aiuto
7. Jimmy Jimmy
8. Oh Stevie
9. Quasi Quasi



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod