Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Camera, Ash Ra Tempel
- Membre : Cluster, Popol Vuh, Embryo, Faust, Agitation Free, Harmonia
- Style + Membre : Neu!, Kraan

GURU GURU - Doublebind (2011)
Par WALTERSMOKE le 16 Novembre 2017          Consultée 216 fois

Les chiens aboient, la caravane passe, et GURU GURU fait toujours autant de bruit. Mais un bruit appelé musique, et qui ne parvient toujours pas à franchement décevoir. Qui, après plus de 40 ans de carrière au compteur, peut en dire autant ? Pas grand-monde (on ne se risquera pas à dire « personne »). Cependant, il ne faudrait pas non plus exagérer. Oui, GURU GURU est un groupe exceptionnel, à la longévité vénérable. Mais a-t-il vraiment besoin d'enchaîner autant les albums, sachant que les meilleurs opus sont déjà sortis depuis belle lurette ? Ne serait-ce pas mieux de simplement enchaîner les concerts pour un parterre de fans déjà acquis à la cause et qui ne se lasseront jamais de "Ooga Booga Spezial" ?

Pour y répondre, on peut se pencher sur Doublebind, le 20e album du groupe. On constate non sans un plaisir certain que ses membres sont, tous sans exception, toujours en forme. On aurait pu imaginer que dans la nouvelle décennie, la vieillesse allait rattraper de plein fouet Mani et ses amis, mais non, ca frappe et ça riffe toujours autant, sans coup férir. Les années 2010 n'ont donc pas eu raison de GURU GURU sur ce point. Cela veut-il dire que pour d'autres c'est le cas ? Au niveau de l'écriture, c'est possible. Car si les membres du groupe pètent la forme et jouent toujours avec enthousiasme, ils ne gardent pas pour autant une plume pleinement inspirée. En fait, au moment de la sortie de Doublebind, ça fait déjà 11 ans que GURU GURU n'a pas sorti d'album franchement très bon et sur lequel on a envie de revenir spontanément. Et avec Doublebind, on a la furieuse impression d'avoir affaire à un « album de plus », plus encore qu'avec Psy (2008). Pas « l'album de plus » tel que les vieilles gloires du rock continuent de sortir pour remplir le compte en banque, hein, mais on a trop peu de mal à imaginer une vie musicale sans cet album. Pourquoi ? Parce qu'on sait ce qu'on veut avec GURU GURU, et il nous le donne sans difficulté. Et comme on cherche de la bonne musique, alors cet argument pourrait paraître débile, sauf qu'il s'agit d'avoir dans les esgourdes une musique non seulement bonne, mais aussi marquante et durable. Alors que, pour prendre un exemple « récent », 2000 Gurus venait chercher l'auditeur, et non l'inverse. Il en faut peu pour être heureux, certes, mais le peu ne doit pas s'avaler en deux coups de cuillère à pot.

Mais qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit : Doublebind reste un bon album. Et s'il n'y a donc pas de moment d'anthologie ni de surprise de taille, l'opus recèle de bons moments à découvrir. Doublebind est plus orienté rock classique occidental, et dans ce genre, il parvient à sortir des morceaux pertinents, à l'image du premier quart de l'opus, classique mais plus que correct à écouter. GURU GURU n'oublie pas non plus son goût de l'aventure world et "Chabbli-Babbli" nous le rappelle de manière bien frontale et planante à la fois. En revanche, la conclusion de l'album, "Kabuki Dream", déçoit par son caractère trop décousu, même si l'on sent que Mani se fait plaisir au koto. Un délire bruitiste comme "Mars Man & Venus" n'a rien à faire ici, et des morceaux comme "No Thrill Anymore" sont relativement transparents. Et l'on pouvait se réjouir a priori de "UFO over NY", qu'on imaginait référence au séminal UFO (1970). Et bien non, c'est même pas bon, tout juste médiocre.

Alors qu'arrive la fin de la chronique, une question se pose : est-ce qu'un simple amateur de GURU GURU peut vraiment aimer Doublebind (les fans, par nature, oui) ? Ce n'est pas dit. Outre la subjectivité individuelle, l'album pose de trop nombreux problèmes et possède trop de pistes anecdotiques pour qu'on le défende corps et âme. Après, ça s'écoute. Sans plus. Et c'est là un souci majeur.

Note réelle : 2,5/5

A lire aussi en ROCK par WALTERSMOKE :


PULP
Separations (1992)
Pulp en retard, mais toujours grand




BAD COMPANY
Desolation Angels (1979)
Le retour en grâce


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Roland Schaeffer (guitare, saxophone, chant)
- Hans Reffert (guitares, chant)
- Peter Kühmstedt (basse, chant)
- Mani Neumeier (batterie, percussions, koto chant)
- +
- Werner Goos (sitar sur 4)


1. Maneater
2. Geraldine
3. Out Of Time
4. Chabbli-babbli
5. Ufo Over N.y.
6. Mars Man + Woman
7. Jazzkraut
8. Ahandyplus
9. No Thrill Anymore
10. Venus Breeze
11. Kabuki Dream



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod