Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON FRANCO-BRETONNE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Tri Yann, Denez Prigent , Dan Ar Braz , Dom Duff, Glenmor
- Membre : René Werneer

Gilles SERVAT - Chantez La Vie, L'amour Et La Mort (1977)
Par MARCO STIVELL le 9 Mai 2014          Consultée 1532 fois

"Bon Gilles, tout ça c'est bien joli, mais c'est quand que tu nous offres un vrai bel album de musique bretonne ?". "Ca vient les gars !”. Il est vrai qu'après trois disques d'inspiration folk mais pas encore assez "identitaires" d'un point de vue musical et deux escapades “parisianisantes”, on commençait à s'inquiéter... Le disque précédent ne comportait aucun crédit de musiciens, celui-ci au contraire n'y manque pas. On rencontre d'ailleurs à nouveau au sein de ce petit groupe le guitariste Bernard Grosmolard ainsi que Daniel Potet qui s'occupe des arrangements ; et voilà qu'arrive enfin en cette belle année 77 le premier opus totalement celtique de Gilles SERVAT : Chantez la Vie, L'amour et la Mort.

Derrière ce titre très significatif se cache aussi un morceau d'ouverture, véritable déclaration d'amour à cette forme d'expression ô combien précieuse que représente la chanson, en termes d'accomplissement et de complétude car elle "peut tout dire, le meilleur, le pire". Le tout sur un air valsé, à grand renfort de violon et de cornemuse... Ecoutez ensuite cette "Complainte de l'Île d'Yeu", île devenue prison malheureuse dans le sens où, déjà non-satisfaite d'avoir dû "accueillir" un maréchal Pétain en fin de vie, elle est alors le lieu de détention de cinq anciens membres de l'ETA à qui on a refusé le statut de réfugiés politiques. Très concerné par leur sort, SERVAT écrit ces quelques mots comme toujours bien sentis : "Quant à la légalité, on préfère l'arbitraire ; on défend pas la liberté, on prépare le contraire". La musique est une gwerz aux allures de marche hypnotique et à dimension mythique.

Deux autres morceaux du disque, placés en fin de faces du vinyle, sont plus longs mais tout aussi importants. La "Gavotte des Frontières Naturelles" s'étend sur près de huit minutes, et nous dépeint l'impérialisme français sous forme de copulation entre la Marianne et le pouvoir exécutif. On regrettera aisément qu'il n'y ait pas plus de variations musicales, mais c'est aussi un moyen de rappeler que les musiques traditionnelles reposent sur des airs simples à répétition. Parlons aussi du magnifique an dro "Madame la Colline" sur la mort des campagnes au profit du remembrement agricole, auquel on pourrait cependant faire les mêmes reproches quant à la gestion du temps imparti. Pourtant, quelle belle instrumentation : violon plaintif, nappes vaporeuses et psaltérion cinglant !

L'économie bretonne est à son tour détaillée avec amertume sur "Gwerz an Mengleuz" où la voix de Gilles n'est accompagnée que par le violon, ainsi que sur "Dépliant Touristique” développé en bal plinn (appel à la danse/danse). En bonne âme celte, SERVAT chante son amour aux “Arbres” de manière viscérale entre deux tours de jig endiablée. Il met aussi en relation le sort des Bretons avec celui des Indiens d'Amérique sur fond de musique tribale, illustrant ainsi la pochette (double) très guerrière. Concernant la langue opprimée, la valse "Ken Pell Zo Da C'hortoz" ("Que l'attente est longue") reste l'une des plus belles pièces cachées du disque, un véritable classique.

Chantez la Vie, L'amour et la Mort peut aisément être considéré comme l'un des meilleurs disques de Gilles SERVAT pour ces années 70. On pourrait seulement y déplorer une direction trop axée "chanson" justement. Des parties instrumentales supplémentaires n'auraient pas détonné, comme le prouve le très joli solo de guitare électrique par Bernard Grosmolard sur l'air de "Mon coeur ne s'habituera jamais". L'ensemble parvient néanmoins à convaincre sur la capacité de Gilles SERVAT à se rapprocher de ses origines autant dans la musique que le texte, même si d'autres disques futurs révèleront davantage de maturité.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Laurent VOULZY
Voulzy Tour (1994)
Tubes en force avec un groupe solide




Alain SOUCHON
Ultra Moderne Solitude (1988)
Pop-soft et ultra inspirée


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Gilles Servat (chant, guitare)
- Daniel Potet (claviers, psaltérion)
- Bernard Grosmolard (guitares, choeurs)
- Bernard Renaudin (batterie, choeurs)
- Bertrand Chapron (percussions, choeurs)
- Francis Tétaud (violon)


1. Chantez L'a Vie, L'amour Et La Mort
2. Complainte De L'île D'yeu
3. Dépliant Touristique
4. Son Al Louarn Kounnaret
5. Gwerz Ar Mengleuz
6. Madame La Colline
7. Mon Coeur Ne S'habituera Jamais
8. Ken Pell Zo Da C'hortoz
9. Arbres
10. Ni A Stourmo Gant Mein
11. Gavotte Des Frontières Naturelles



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod