Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Alan Simon , Stevie Nicks
- Style + Membre : Peter Green , Peter Green Splinter Group , Mick Fleetwood , Christine Mcvie

FLEETWOOD MAC - Mystery To Me (1973)
Par MARCO STIVELL le 28 Juillet 2014          Consultée 1730 fois

La pochette de Mystery to Me est un concept à elle toute seule, une de celles dont on se dit «mais où est-ce qu'ils veulent en venir ?...», avec une moue dédaigneuse. Le coup du gorille goûteur à lorgnon sur une plage paradisiaque, il fallait oser, même avec une forte dose d'humour anglais... Elle se laisse pourtant apprivoiser, à force, ou serait-ce l'adaptation ? L'album devient disque d'or en 1976, preuve que l'habit ne fait pas le moine.

Dave Walker venant d'être limogé pour comportement jugé «inapproprié», FLEETWOOD MAC se recentre autour des éléments qui ont contribué à son succès. Mystery to Me est un album plus long que ses prédécesseurs, et Bob Welch se pose en principal artisan. Un morceau à retenir en priorité de cette expérience demeure «Hypnotized», pour son succès mineur en radio certes, mais avant tout pour cet esprit fleur bleue typique du guitariste, lancé sur un tempo ternaire et gorgé d'élégance soul. Hypnotisant, rien de mieux... Tout comme «Emerald Eyes», placé en début d'album. De splendides odes aux femmes, à l'amour...

Welch, souvent cantonné à la guitare rythmique, prouve sur un certain nombre de morceaux du milieu de l'album combien il est efficace en tant que «riffeur», brillant autant que Bob Weston qui demeure soliste. On peut noter ça et là quelques clins d'oeil subtils à Stevie Wonder. Les paroles de «The City», blues de la grande ville, sont habillées d'effets musicaux urbains. Massif et tribal, inspiré par «Goin' Down», grand succès de Freddie KING, le morceau est couronné d'une slide cinglante par Weston et d'un effet «raw» de Welch à la wah-wah, renforçant la sensation d'écouter un harmonica plutôt qu'une guitare.

En revanche, la créativité de l'américain blond se voit contrebalancée par des moments presque forcés, comme ce «Somebody» un peu trop étiré alors qu'il figure clairement parmi les moins bons morceaux de FLEETWOOD MAC pour l'époque. Mystery to Me contient son lot de curiosités, à commencer par «Forever». Composition de Welch autant que de Weston et de John McVie, fortement liée à l'univers de la pochette, cette petite récréation caribéenne apporte une certaine fraîcheur, même si elle ne sera pas au goût de tout le monde. Malgré un John McVie toujours enthousiasmant, le groupe a voulu suivre la mode en tentant d'utiliser la toute première forme de boîte à rythmes, une Hugh au son rudimentaire (ah, cette charleston gazeuse...).

À l'inverse, la reprise de «For Your Love», qui n'a pas la prétention d'égaler la version des YARDBIRDS, favorise Mick Fleetwood ainsi que son amour pour la musique africaine. Welch y met plus de hargne dans sa voix, claire et calme d'ordinaire. En termes de surprises, c'est lui-même qui décide de laisser sa place à Christine McVie au micro sur «Keep on Going», chanson qu'il a écrite, pensant que cela serait meilleur ainsi. Un fait rare pour un groupe dont les membres sont habitués à chanter eux-mêmes leurs compositions. Mais l'idée est excellente, pour ce titre soul groovy à souhait, pré-disco et enrobé d'un arrangement de cordes tout sauf envahissant. On retrouve ce dernier sur le sublime «Why», où la guitare de Bob Weston brille de mille feux.

Elle accompagne encore dame Christine sur «The Way I Feel», plus épurée mais pas moins fantastique. De toute manière, chaque chanson sur laquelle la musicienne pose sa voix ici est une perle. Tout semble couler de source, «Believe Me» en particulier. Enchaînée à «Emerald Eyes» en guise de coda et introduite de manière aérée, comme en suspension, cette chanson offre des contrastes pour le moins saisissants, entre une influence country et un final épique, d'une forte teneur symphonique qui rappelle les groupes Renaissance ou Barclay James Harvest. Ah, ces parties de piano sur fond de Mellotron...

Malgré cela, FLEETWOOD MAC entame une nouvelle période de troubles. Durant la tournée, Mick Fleetwood s'aperçoit que Bob Weston flirte avec sa femme, Jenny Boyd... Le guitariste est viré sans ménagement. On le retrouve deux ans plus tard aux côtés de Murray Head, et aux rênes d'une carrière solo très confidentielle. Bob Weston est décédé en 2013, quelques semaines avant Bob Welch...

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


Richard THOMPSON
Henry The Human Fly (1972)
Début d'un mythe




SAD CAFé
Misplaced Ideals (1978)
Soul-rock


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bob Welch (guitares, basse, chant)
- Bob Weston (guitares, choeurs)
- Christine Mcvie (claviers, chant)
- John Mcvie (basse)
- Mick Fleetwood (batterie, percussions)
- + Richard Hewson (arrangements des cordes)


1. Emerald Eyes
2. Believe Me
3. Just Crazy Love
4. Hypnotized
5. Forever
6. Keep On Going
7. The City
8. Miles Away
9. Somebody
10. The Way I Feel
11. For Your Love
12. Why



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod