Recherche avancée       Liste groupes



      
POP/AOR  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Alan Simon , Stevie Nicks
- Style + Membre : Peter Green , Peter Green Splinter Group , Mick Fleetwood , Christine Mcvie

FLEETWOOD MAC - Behind The Mask (1990)
Par MARCO STIVELL le 7 Mai 2015          Consultée 1298 fois

Cela faisait longtemps que FLEETWOOD MAC n'avait plus connu la remise en question et dû rebondir. Quinze ans se sont écoulés depuis l'album blanc et le début d'un succès aussi incroyable qu'inattendu ; mesurez le chemin parcouru, et encore avant... Cependant, en cette fin d'année 1987, Lindsey Buckingham se fâche avec tout le monde et s'éclipse avant même de débuter la tournée Tango in the Night. Mick Fleetwood lui en tiendra une sacrée rigueur...

Le groupe recrute alors deux guitaristes, chose pas vue depuis 1973 : Rick Vito et Billy Burnette. Le premier, occupant la fonction de lead guitariste, s'est fait remarquer auprès de Bob SEGER et de nombreuses autres personnalités. Accessoirement, il est à l'époque le compagnon de Stevie Nicks... Billy Burnette, fils de Dorsey Burnette et neveu de Johnny Burnette (deux vedettes du fameux Rock'n'Roll Trio), se démarque du jeu blues et slide de Vito par une influence majoritairement country-rockabilly.

FLEETWOOD MAC redevient donc un sextet, même si la pochette de Behind the Mask reflète un caractère éphémère pour cette formation. La photo, où les membres du groupe sont figurés par d'autres personnes, montre une Stevie Nicks à part, regardant ailleurs... Elle part en effet aussitôt après. Entretemps, le groupe s'est réconcilié avec Lindsey Buckingham, qui apparaît en guest ici. Drôle d'ambiance !

Naturellement, après quinze ans d'unité musicale exemplaire, en dépit des déboires relationnels, Behind the Mask donne un sentiment de grande nouveauté. On le sait grâce aux inédits du Greatest Hits paru en 1988, FLEETWOOD MAC s'oriente vers un son AOR (adult oriented rock), puissant, très clair et quasi obligatoire pour qui voulait sortir des 80's électroniques. Ce disque se place auprès des Diesel and Dust et The Road to Hell, fortement taillé pour une virée en mode highway, direction le Far West, toujours plus loin du blues anglais des débuts.

Rappelons malgré cela que FLEETWOOD MAC conserve son empreinte, ainsi qu'il l'a toujours fait, adoptant plus ou moins certains styles sans jamais s'y fondre totalement. Ici, le mot qui ressort de la manière le plus évidente est «country» (la maman du rock, pour mémoire), grâce à Stevie Nicks et, donc, à Billy Burnette. Mais figurez-vous que Christine McVie s'y met aussi ! Autant dire que cet opus ne s'adresse pas à tout le monde... Et en même temps, si !

Rien à voir avec Then Play On, tant mieux. Behind the Mask est léché, léger, ouvertement pop, plus encore que lorsque l'ami Lindsey était présent : exit les chansons délirantes et gamines. Pour autant, ce quinzième disque studio contient sa part d'audace : «In the Back of My Mind». Long de sept minutes, avec une longue intro instrumentale au Synclavier, ce titre épique se laisse admirer, notamment pour son registre sombre et pour les réponses entre les différentes voix.

Les voix ! Toujours là, bien sûr, et dès le départ, grâce à la pop-song «Skies the Limit», du Christine McVie tout craché. Une mélodie qui reste en tête, un chœur soigné, une véritable bouffée d'oxygène... Plus loin, toujours par la dame, comment échapper à «Save Me», son up-tempo et son lick de synthé délicieusement racoleur ? C'est le « tube » de l'album. La cohésion du groupe est évidente, comme sur la tournée 88. Les pères John et Mick suivent de près...

Dame Christine n'a cependant pas le monopole de l'efficacité, et bien que progressivement détachée, Stevie Nicks reste plus impliquée que sur les deux disques précédents : écoutez «Freedom», «Affairs of the Heart», ses réponses au chant de Rick Vito sur «Love is Dangerous» (pas besoin de détailler le sens global des textes)... Mais cela fonctionne, jusque sur la ballade acoustique finale «The Second Hand», où les intonations aigües de la belle nous charment une dernière fois.

La guitare acoustique de maître Lindsey fait une apparition sur le morceau-titre classieux. Quant à Rick Vito et Billy Burnette, eux-mêmes chanteurs honorables, ce sont les splendides «Hard Feelings», «Do You Know» et l'entraînant «When the Sun Goes Down» qui leur permettent de s'imposer au niveau de l'écriture. Côté guitare, ça fuse, entre riffs rockabilly et soli slidés. Le blues reste lointain, subtil. Les sons de claviers sont beaux, aériens. Une empreinte différente, donc.

Pour la qualité, c'est bien sûr à chacun de décider, mais les années 90 de FLEETWOOD MAC méritent meilleure considération. Mick Fleetwood et John McVie ne renient rien, ils se cantonnent à leur rôle tout en montrant qu'ils sont bien là. On peut remercier le groupe d'avoir échappé au syndrome du passage au format CD. Behind the Mask, destiné à séduire les Etats-Unis, cartonne au Royaume-Uni seulement. Il est certain qu'une page se tourne...

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Murray HEAD
Voices (1981)
Pop de luxe




GENESIS
Turn It On Again - The Hits (1999)
Rien que pour la réunion sur "the carpet crawlers"


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Stevie Nicks (chant)
- Billy Burnette (guitares, chant)
- Rick Vito (guitares, chant)
- Christine Mcvie (claviers, synthétiseurs, chant)
- John Mcvie (basse)
- Mick Fleetwood (batterie, percussions)
- + Lindsey Buckingham (guitare acoustique)
- Asanté (percussions)
- Stephen Croes (synclavier, synthétiseurs, claviers, percussions)


1. Skies The Limit
2. Love Is Dangerous
3. In The Back Of My Mind
4. Do You Know
5. Save Me
6. Affairs Of The Heart
7. When The Sun Goes Down
8. Behind The Mask
9. Stand On The Rock
10. Hard Feelings
11. Freedom
12. When It Comes To Love
13. The Second Time



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod