Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  LIVE

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rover
- Membre : Iggy Pop , Brian Eno , Uriah Heep, Naked City, Tin Machine
 

 Billboard : Let's Dance (1024)

David BOWIE - Stage (1978)
Par CYRIL le 3 Août 2006          Consultée 11391 fois

Déconcertants, expérimentaux et importants. Tels sont les adjectifs qui qualifient les deux premiers disques de la trilogie berlinoise de David Bowie. Après l’écoute des titres en studio, on peut d’emblée se demander comment la mayonnaise allait prendre en live. La question est légitime mais force est de constater que les longs instrumentaux froids, lugubres et chargés d’émotion passent à merveille l’épreuve du live comme on le constate dès l’entame de ce Stage avec un « Warszawa » splendide, définitivement LA pièce maîtresse de l’album Low (1977). Choix audacieux qui donne sans détour l’esprit de ce live épuré et minimaliste (les fameux néons en guise de décor) basé sur les deux premiers disques de la période berlinoise de l’Anglais.

En cela, ce disque est intéressant car il nous offre un panel représentatif de titres assez érudits de David Bowie. Certes, les tubes sont là, à commencer par « Heroes » qui ne perd pas une once de son efficacité. « Fame » est également au programme et fait une nouvelle fois mouche sans être transcendant. Pourtant, l’essentiel n’est pas là et le reste de ce premier disque le prouve en nous proposant certains morceaux inhabituels comme « Speed Of Life » et « Sense Of Doubt », deux instrumentaux complètement décalés aux caractéristiques différentes. Plus accessibles, « Beauty And The Beast » et « What In The World » gagnent en énergie tout en restant en retrait. Les véritables réussites de cette première partie sont « Be My Wife » toujours aussi incisif et insistant, « Breaking Glass » terriblement accrocheur et rallongé de plus d’une minute tandis que « Blackout » est totalement imparable.

Le second disque marque un retour à la période Ziggy Stardust. On commence avec un « Five Years » qui n’atteint pas des sommets d’inspiration tandis que « Soul Love » et « Star » sont bien meilleurs. Le public de Philadelphie (le concert a été enregistré au Spectrum Arena) est en tout cas ravi de ce retour aux sources. Et ce n’est pas tout puisque David Bowie enchaîne avec « Hang On To Yourself » dont l’interprétation manque de fluidité, et « Ziggy Stardust » qui reste égal à lui-même malgré un accompagnement musical bien loin de la tonalité rock habituelle. On revient du côté de Berlin-Ouest avec un « Art Decade » glacial, énième instrumental issu de Low tandis que « Alabama Song » d’ordinaire poussif est plus léger, plus enjoué et largement plus intéressant que dans sa version studio. Les trois morceaux qui clôturent le disque sont tous tirés de Station To Station (1976). Tout d’abord, l’envoûtant « Station To Station », qui dure ici près de neuf minutes, est toujours aussi génial. On retrouve ce morceau sur la bande originale du film « Moi, Christiane F. ». Ensuite, le funky « Stay » qui n’était pas disponible dans la version originale de l’album est d’une rapidité et d’une efficacité déconcertantes. Enfin, « TVC 15 » est quant à lui accrocheur mais reste un ton en dessous de ses épatants compagnons.

En conclusion, Stage est un disque à redécouvrir sans plus tarder. Il s’agit d’un bon effort live de David Bowie, qui est d’ailleurs plutôt avare dans ce domaine. Le choix des morceaux, assez curieux, se révèle payant. On sent que le Thin White Duke veut en découdre durant cette tournée, où il défend avec brio des compositions peu évidentes. On constate également chez David Bowie une véritable science du show, les enchaînements étant toujours surprenants mais jamais ratés. Enfin, il serait injurieux de ne pas saluer le travail des musiciens, Carlos Alomar, George Murray et Dennis Davis pour ne citer qu’eux, qui est totalement en phase avec l’esprit décalé et novateur proposé sur Low et Heroes.

N.B. : La réédition de ce disque datant de 2005 contient deux titres inédits : « Be My Wife » et « Stay ».

A lire aussi en POP par CYRIL :


David BOWIE
Heathen (2002)
L'art d'être païen tout en étant mystique...




Roger TAYLOR
Electric Fire (1998)
Le sommet de la carrière solo de Roger Taylor...


Marquez et partagez





 
   CYRIL

 
  N/A



- David Bowie (chant, claviers)
- Carlos Alomar (guitare, chant)
- Adrian Belew (guitare, chant)
- Roger Powell (claviers, chant)
- Sean Mayes (piano, claviers, chant)
- George Murray (basse, chant)
- Dennis Davis (batterie)
- Simon House (violon)


1. Warszawa
2. 'heroes'
3. What In The World
4. Be My Wife
5. Blackout
6. Sense Of Doubt
7. Speed Of Life
8. Breaking Glass
9. Beauty And The Beast
10. Fame

1. Five Years
2. Soul Love
3. Star
4. Hang On To Yourself
5. Ziggy Stardust
6. Art Decade
7. Alabama Song
8. Station To Station
9. Stay
10. Tvc15
11. Alabama Song



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod