Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rover
- Membre : Iggy Pop , Brian Eno , Uriah Heep, Naked City, Tin Machine
 

 Billboard : Let's Dance (932)

David BOWIE - Scary Monsters (1980)
Par CYRIL le 20 Février 2006          Consultée 17855 fois

1980. David Bowie a quitté Berlin-Ouest pour New York. Il y est devenu en trois ans (et trois disques) un des représentants les plus influents de la new-wave. Scary Monsters, publié en septembre 1980 et produit avec Tony Visconti, fait partie intégrante de cette mouvance. Très audacieux, ce disque est aussi celui qui montre à David Bowie les limites de l’expérimentation. Après sa (fameuse) trilogie berlinoise, il ne peut en effet plus vraiment surprendre dans ce domaine. Ceci eut été un problème (de taille) pour de nombreux artistes, mais curieusement pas pour Bowie. En décuplant l’ironie et la dérision, il se permet de livrer un de ses meilleurs opus, ni plus ni moins.

On ne met d’ailleurs pas longtemps à rentrer dans cet album avec « It’s No Game (Part 1) », morceau un peu barré, assez tranchant, qui met aux prises Michi Hirota et David Bowie. La voix très calme de la Japonaise est contrebalancée par celle d’un Bowie qui n’a jamais autant maltraité ses cordes vocales et ce tout en versant dans l’autodérision, allant même jusqu’à s’infliger un « shut up » final presque salvateur. Ensuite, nous avons droit à « Up The Hill Backwards » qui se révèle sympathique sans être pour autant transcendant. Les choses vraiment sérieuses commencent avec le titre éponyme : guitare stridente, chant halluciné et claviers hurlants pour ce qui sera l’un des morceaux les plus heavy de sa carrière. Deux véritables hits suivent ce bijou. Tout d’abord, « Ashes To Ashes » - et son clip révolutionnaire signé David Mallet – est le prétexte du come-back du major Tom, ce personnage présent sur « Space Oddity » (1969) devenu ici junkie. David Bowie maltraite ici son personnage avec une dérision sans pareil. Ensuite, « Fashion » lorgne plus vers le disco tout en gardant un côté rock plutôt guindé. La première partie du disque s’achève en beauté, la seconde étant presque conceptuelle.

La rage adolescente est le thème des morceaux suivants, « Teenage Wildlife » en premier lieu. Ce titre presque fleuve (sept minutes) alterne les ambiances tout en servant des paroles géniales, pleines d’ironie et de détachement. « Scream Like A Baby » est ensuite l’occasion pour Bowie de montrer ses capacités vocales, il chante admirablement bien ce titre plus puissant mais à la rythmique parfois lourde. Le contraste avec « Kingdom Come » est important, la chanson étant plus entraînante et plus accessible. Les chœurs font merveille, jonglant parfaitement avec la voix de Bowie, franchement attachante sur ce disque. Le titre suivant est l’occasion pour notre protagoniste d’inviter Pete Townshend, guitariste des Who, qui débute par des notes dépouillées et envoûtantes ce « Because You’re Young » qui s’avère être par la suite très (trop ?) synthétique. Cette relative baisse de régime est stoppée net par « It’s No Game (Part 2) » qui clôt l’album comme il avait commencé, de façon tordue et déchirée.

Soyons maintenant honnêtes : Scary Monsters peut (et doit) être considéré comme un sommet de la carrière de David Bowie ne serait-ce que pour la présence des tubes « Ashes To Ashes », « Fashion » et « Scary Monsters (And Super Creeps) ». Le reste est moins évident au premier abord mais quelques écoutes attentives suffiront pour se persuader de la qualité de ce disque. Pour les « vrais » fans, il s’agit du dernier grand album de leur idole avant longtemps – 1995 et la sortie d’Outside marquant traditionnellement le renouveau artistique de Bowie – mais il y a une chose qui m’énerve : personne n’apprécie vraiment Scary Monsters pour ce qu’il est, on l’aime surtout parce que les (pseudo) intellos ont décidé que c’était le dernier véritable témoin d’un Bowie artistiquement en forme. A tort !

A lire aussi en NEW-WAVE par CYRIL :


David BOWIE
Lodger (1979)
Méconnu, abrupt, génial !

(+ 2 kros-express)



PROPAGANDA
A Secret Wish (1985)
Le meilleur de la new wave est là !


Marquez et partagez





 
   CYRIL

 
   CAMEO172
   ERWIN
   WALTERSMOKE

 
   (4 chroniques)



- David Bowie (chant, claviers)
- Robert Fripp (guitare)
- Carlos Alomar (guitare)
- Pete Townshend (guitare)
- George Murray (basse)
- Dennis Davis (percussions)
- Roy Bittan (piano)
- Andy Clark (synthétiseur)
- Tony Visconti (guitare acoustique, choeurs)
- Lynn Maitland (choeurs)
- Chris Porter (choeurs)
- Michi Hirota (voix)


1. It's No Game (part 1)
2. Up The Hill Backwards
3. Scary Monsters (and Super Creeps)
4. Ashes To Ashes
5. Fashion
6. Teenage Wildlife
7. Scream Like A Baby
8. Kingdom Come
9. Because You're Young
10. It's No Game (part 2)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod