Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  COFFRET

L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

- Style : Rover
- Membre : Iggy Pop , Brian Eno , Uriah Heep, Naked City, Tin Machine, Bad Company
- Style + Membre : Mott The Hoople
 

 Billboard : Let's Dance (1553)

David BOWIE - Sound + Vision (1989)
Par DERWIJES le 28 Octobre 2018          Consultée 177 fois

Au vu de l’importance de son héritage artistique, il est aisé d’oublier que David BOWIE fut aussi un homme d’affaires avisé. Il fut notamment l’un des premiers à comprendre l’intérêt d’Internet pour la musique et fut le premier à vendre un album en téléchargement avant sa sortie CD (il s’agissait en l’occurrence de Hours, en 1999).
A la fin des années 80, durant ce qu’il définit lui-même comme son nadir musical, c’est ce sens des affaires qui l’aida à amortir les dégâts. A l’époque, il vient tout juste de récupérer les droits de son catalogue à ses anciennes maisons de disques Phillips, Mercury Records et RCA Records. Cette dernière avait été la première à sortir des albums de Bowie en CD pour un résultat considéré mauvais et bâclé. Ce fut l’une des principales raisons pour l’artiste de reprendre le contrôle de ses droits, qu’il transféra à sa compagnie MainMan.

Arrive alors Rykodisc, un nom important pour cette chronique. C’est à l’époque l’un des tout premiers labels indépendants à produire et diffuser des CD's. Ce sont eux qui ont sortis les albums de Frank ZAPPA en CD, et considérant l’intransigeance de ZAPPA sur la qualité sonore de ses disques, c’est un gage de qualité suffisant pour David BOWIE, qui s’empresse de les contacter et de leur proposer de ressortir tous ses albums sortis entre 1969 et 1980 (soit de Space Oddity à Scary Monsters).
Evidemment, Rykodisc accepte et ils préparent ensemble un plan d’envergure. Car il ne s’agit pas juste de sortir d’un coup 11 albums et d’attendre que la presse en parle, non, non, David BOWIE est un showman, il sait qu’il peut frapper un grand coup ! Non seulement les albums ne sortiront pas tous d’un coup mais au compte-gouttes, histoire de faire durer le plaisir, mais en plus BOWIE se lance dans une nouvelle tournée et surtout sort un coffret pour promouvoir la ressortie en CD's de ses albums.
L’idée est osée : quand on parle de coffret à l’époque, on finit toujours par parler du Biograph de Bob DYLAN qui fut le premier à poser les standards d’un coffret : rétrospective d’un artiste incluant ses grands classiques, quelques morceaux oubliés et des versions alternatives ou enregistrées en concert. BOWIE et Rykodisc choisissent de penser le coffret non pas comme un retour en arrière sur une carrière de déjà 20 ans, mais comme un avant-goût des choses à venir. Une manière de dire « Vous aimez ce qu’il y a dans ce coffret ? Venez donc découvrir et redécouvrir David BOWIE avec ses nouveaux CD's ! ». Et pour ce faire, ils piochent non pas dans les best-of mais dans les archives pour en ressortir les bras chargés d’inédits.
Le pari est payant. Rolling Stone Magazine classe le coffret comme le meilleur de l’année, il reçoit le Grammy Award du Meilleur Packaging en 1989 et se vend à plus de 200.000 exemplaires en à peine un an, fait exceptionnel pour un coffret ! La première version sortie en 1989 couvre la période 1969-1980 en six vinyles, trois cassettes ou trois CD's selon le support choisi. Néanmoins, nous nous intéressons pour cette chronique à la ressortie du coffret par Virgin/EMI en 2003 sortie uniquement en CD's, rajoute des chansons de 1982 jusqu’à 1997, remplace certains morceaux de la première édition par des versions alternatives et propose plus de morceaux que la première édition.

Ouf ! Maintenant que le cours d’histoire est terminé, nous pouvons nous poser la question qui nous brûle les questions : « Mais il est bien ce coffret au moins ? » Eh bien oui ! Pas la peine de tourner autour du pot, c’est un très bon coffret. Il contient assez de morceaux connus pour attirer les nouveaux venus et assez d’inédits pour satisfaire le fan. Pas la peine de parler ici des morceaux déjà présents sur les albums, leurs chroniques respectives le font mieux, mais au niveau des nouveautés, quelques-unes retiennent l’oreille. Mais là encore il y a inédits et inédits. Des morceaux comme la démo de « Space Oddity », la version de « John I’m Only Dancing » ou « Helden », soit « Heroes » chantée en allemand, font plus offices de bonus. Les vraies surprises, ce sont « After Today », enlevée de Young Americans alors qu’elle y aurait eu parfaitement sa place avec son groove infectieux, et le medley « 1984/Dodo », un espèce d’ovni bien sympathique rythmé par des cordes dont on ne se lasse pas. Et puis il y a ma favorite : « Cat People ». Oubliez la version présente dans Let’s Dance, préférez celle-ci, que vous reconnaitrez si vous avez vu Inglorious Bastards de Tarantino ! A l’origine composée pour le remake du film La Féline, c’est un morceau d’anthologie. On trouve sur le même disque « Baal’s Hymn », composé pour un projet de BOWIE complètement tombé aux oubliettes.

Au final, le meilleur argument de ce coffret est qu’il est toujours pertinent 30 ans après sa première et 15 ans après sa ressortie. A l’heure où l’œuvre de BOWIE ressort en coffrets collectors à plus de cent euros chacun (Five Years / Who Can I Be Now / A New Career in a Town et Loving the Alien, dernier en date lors de l’écriture de cette chronique), pourquoi ne pas retourner vers Sound + Vision, que l’on peut aujourd’hui trouver à moins d’une quarantaine d’euros sur internet ? Pour cette somme, vous aurez accès à un astucieux panorama musical dans lequel chacun y trouvera ce qu'il cherche, que ce soit les grands classiques, des versions lives, des morceaux inédits ou des B-Sides oubliées, c'est un grand buffet à volonté !

A lire aussi en ROCK par DERWIJES :


Patti SMITH
Gung Ho (2000)
Cri de guerre.




Patti SMITH
Wave (1979)
La vague à l'âme


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. Space Oddity (démo)
2. Wild Eyed Boy From Freecloud (avec Introduction Pa
3. The Prettiest Star (version Single En Mono Avec Ma
4. London Bye Ta Ta (version Stéréo Inédite)
5. Black Country Rock
6. The Man Who Sold The World
7. The Bewlay Brothers
8. Changes
9. Round And Round
10. Moonage Daydream
11. John, I'm Only Dancing (version Au Saxophone)
12. Drive-in Saturday
13. Panic In Detroit
14. Ziggy Stardust (live)
15. White Light/white Heat (live)
16. Rock'n'roll Suicide (live)
17. Anyway, Anyhow, Anywhere
18. Sorrow
19. Don't Bring Me Down

1. 1984/dodo
2. Big Brother
3. Rebel Rebel (version Single Américain)
4. Suffragette City (live)
5. Watch That Man (live)
6. Cracked Actor (live)
7. Young Americans
8. Fascination
9. After Today
10. It's Hard To Be A Saint In The City
11. Tvc 15
12. Wild Is The Wind
13. Sound And Vision
14. Be My Wife
15. Speed Of Life
16. Helden
17. Joe The Lion
18. Sons Of The Silent Age

1. Station To Station (live)
2. Warszawa (live)
3. Breaking Glass (live)
4. Red Sails
5. Look Back In Anger
6. Boys Keep Swinging
7. Up The Hills Backwards
8. Kingdom Come
9. Ashes To Ashes
10. Baal's Hymn
11. The Drowned Girl
12. Cat People (putting Out Fire)
13. China Girl
14. Ricochet
15. Modern Love (live)
16. Loving The Alien
17. Dancing With The Big Boys

1. Blue Jean
2. Time Will Crawl
3. Baby Can Dance
4. Amazing
5. I Can't Read
6. Shopping For Girls
7. Goodbye Mr. Ed
8. Amlapura
9. You've Been Around
10. Nite Flights (remix Moodswings Back To Basics)
11. Pallas Athena (remix Gone Midnight)
12. Jump They Say
13. The Buddha Of Suburbia
14. Dead Against It
15. South Horizon
16. Pallas Athena (live)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod