Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (11)
Questions / Réponses (1 / 6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rover
- Membre : Iggy Pop , Brian Eno , Uriah Heep, Naked City, Tin Machine
 

 Billboard : Let's Dance (530)

David BOWIE - The Rise And Fall Of Ziggy Stardust & The Spiders From Mars (1972)
Par CYRIL le 29 Avril 2006          Consultée 18679 fois

Ziggy Stardust ! Qui n’a jamais entendu parler de lui, de son allure androgyne et de ses errances au beau milieu de Londres ? De façon infiniment pompeuse, disons que son nom est désormais gravé au Panthéon du rock… David Bowie a effectivement tapé dans le mille avec ce disque éclatant de beauté (nous y reviendrons) mais surtout avec la création de ce personnage qu’est Ziggy Stardust. On pense bien sûr à Iggy Pop dès la lecture de ce nom, mais il s’agit là d’un détail. En revanche, on restera bouche bée devant les géniales inspirations du grand David, qui introduit dans son répertoire des éléments théâtraux, des costumes interchangeables et novateurs, un maquillage outrancier et surtout un jeu ambigu et troublant avec son icône, dont on nous conte ici l’ascension et la chute.

La plupart des titres sont d’ailleurs poignants, comme c’est le cas de « Five Years » où l’on apprend avec stupeur que la Terre n’a plus que cinq ans à vivre. On enchaîne sans vergogne avec « Soul Love » et surtout l’atmosphérique « Moonage Daydream », où la voix de Bowie est aguicheuse et compromise. Les paroles sont complètements déjantées et tout cela nous donne deux perles de glam-rock. On ne peut s’empêcher de lier ces deux titres avec « It Ain’t Easy » et « Lady Stardust », qui sont totalement décadents et sans arrêt sur la corde raide. Plus classique, le très connu « Starman » aura le mérite d’exploser les charts comme « Space Oddity » trois ans plus tôt… Plus violents, « Star » et « Hang On To Yourself » sont menés tambour battant, sans nous laisser souffler ne serait-ce qu’une seconde... Plus rapide encore, on retiendra l’exceptionnel « Suffragette City » rappelant les urgentes compositions des Stooges, sur lequel Bowie se retrouve dans ses derniers retranchements. A ce stade, l’album est déjà parfait ; il devient intemporel à l’écoute de « Ziggy Stardust » et son riff légendaire signé Mick Ronson, guitariste flamboyant et hallucinant s’il en est. Le disque se clôt sur « Rock And Roll Suicide », titre mémorable et prophétique, évoquant bien sûr la chute de Ziggy mais aussi les morts par overdose de Janis Joplin, Jimi Hendrix et Brian Jones.

Dès lors, que rajouter qui n’ait été déjà dit sur ce mythe absolu qu’est ce disque ? On aura bien entendu une pensée pour les Spiders From Mars, ce groupe légendaire qui accompagne David Bowie de 1971 à 1973 et qui contribue de façon non-négligeable (doux euphémisme !) au succès planétaire de son leader. On retiendra également que la démarche de David Bowie est ici extrême, que ce soit dans l’univers parfois glauque qu’il crée ou dans son attitude vis-à-vis de son personnage. En effet, la notoriété exponentielle de Ziggy Stardust, loin de passer aussi inaperçue qu’une poussière d’étoile (je n’ai pas pu m’empêcher de la faire, celle-là !) devient dangereuse pour David Bowie, qui aura par moment du mal à établir une frontière limpide entre le mythe et la réalité.

A lire aussi en GLAM-ROCK :


Joan JETT
I Love Rock'n'roll (1982)
So do I !




Joan JETT
Up Your Alley (1988)
Sois ma chienne!


Marquez et partagez





 
   CYRIL

 
   BAAZBAAZ
   ERWIN
   WALTERSMOKE

 
   (4 chroniques)



- David Bowie (chant, guitare, saxophone)
- Mick Ronson (guitare, piano)
- Mick 'woody' Woodmansey (batterie)
- Trevor Bolder (basse)


1. Five Years
2. Soul Love
3. Moonage Daydream
4. Starman
5. It Ain't Easy
6. Lady Stardust
7. Star
8. Hang On To Yourself
9. Ziggy Stardust
10. Suffragette City
11. Rock 'n Roll Suicide



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod