Recherche avancée       Liste groupes



      
CHIPTUNES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Koichi Sugiyama , Yasunori Mitsuda , Yoko Shimomura
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video
- Style + Membre : The Black Mages , Sq Series, Square Enix

Nobuo UEMATSU - Final Fantasy V Ost (1992)
Par CHIPSTOUILLE le 20 Mai 2019          Consultée 174 fois

Squaresoft et Sakagushi ne faiblissent pas question rythme de sortie, et Final Fantasy V voit le jour 1 an et demi après son prédécesseur en 1992. Envisagé un temps pour une sortie sur le continent nord-américain sous le nom de "Final Fantasy Extreme" (1), il s'agit du dernier épisode qui se refusera au marché occidental à l'heure de sa sortie. La demande était pourtant là, F.F.V. est également le premier projet majeur de traduction pirate par des fans, aidé par les premiers jours d'Internet et la première vague de rétro-gaming sur émulateurs (2). Squaresoft sent alors qu'une opportunité lui a échappé et concocte sa version anglaise à l'arrachée en 1999. Il faut attendre 2002 pour une sortie européenne.

Côté musiques, UEMATSU enchaîne les épisodes et explose de nouveau les statistiques. Du haut de ses 2h10, il faut bien 2 CD pour contenir ce "Final Fantasy V Original Sound Version", sur lequel on a pris soin de reléguer à la fin les "Fanfares" éphémères et autres "Piano Lessons" à l’intérêt musical très discutable. Avouons que l'épreuve de l'écoute sur album s'avère bien moins irritante que nos souvenirs du jeu ne le laissaient présager. Mais pourquoi d'aussi mauvais souvenirs ?

On y voit trois raisons principales. Premièrement, nous n'avons jamais vraiment joué à la version originale. Que ce soit sur émulateurs PC, sur Playstation ou sur Game Boy Advance, chaque support a grimé l'OST de Final Fantasy V de petits défauts bien désagréables. Les adaptations du jeu ont en particulier tendance à souffrir de lags récurrents en début de combat. Les 2 thèmes principaux répètent chacun la même note dans leurs introductions, ce qui s’accommode très mal de ces hésitations techniques. Même aujourd'hui, malgré les progrès effectués en 20 ans d'émulation, le jeu souffre encore de sauts dans ses plages sonores. Comme ces premiers autoradio CD à la fin des années 90, qui supportaient mal le moindre choc et les suspensions fatiguées. La version originale et sa transition sur CD ne souffre pas de ce problème (3), que nous tenterons donc d'ignorer.

Nobuo UEMATSU est déjà plus à l'origine du second problème. Contrairement aux deux précédents épisodes qui enchaînent les chef-d’œuvres dès l'ouverture, Final Fantasy V souffre d'une exposition calamiteuse. A l'exception de "A Presentiment", qui a le bon goût d'être rythmée sur les évènements qu'elle dépeint, et de la superbe "Fate in haze", les premiers thèmes sont les plus ratés. "Four Valiant Hearts" (le thème du premier monde), "The Battle" & "The Fierce Battle", l'horripilant "Hurry! Hurry!", le laborieux "Cursed Earth" ou l'épouvantable cornemuse synthétique de "Harvest" sont autant de coups assénés à vos petites oreilles dans les 3 premières heures. Ces thèmes sont pour certains répétés ad nauseam dans le jeu, ce qui pose donc moins de problème sur CD. Ayant fait partie de la "forte demande" de la fin des années 90, nous avons avorté plus d'une partie de Final Fantasy V et revisité ces premières heures plusieurs fois. D'où l'importance de cette exposition. La seconde moitié du jeu offre a contrario d'agréables surprises, et en nombre.

Nous n'avons pas évoqué "Pirates Ahoy" ou "Sealed Away", avec lesquels nous avons plus d'affinités. Ils partagent pourtant le troisième problème majeur de cette OST avec plusieurs titres déjà cités. Les "Royal Palace", "Run" et autres "The Airship" poursuivent la torture bien après l'exposition. Le pire exemple étant sans doute "Musica Machina", dont la version revisitée de Dear Friends nous avait pourtant enchantés. Venons-en au fait : trop de titres font un usage immodéré de timbale (4). Certains poussant le vice en itérant des boucles très courtes, par conséquent ultra-répétitives. Que l'on se promène dans la nature, qu'on visite des bateaux hantés, des temples en ruines ou que l'on décime des monstres élémentaires, tout se fait au rythme de "BANG BANG BANG BANG" épuisants. Ajoutez une basse "chewing gum" visiblement en vogue à l'époque (cf. Belle et Rebelle de TRI YANN) et une cymbale parfois invasive (en particulier sur la néanmoins excellente "Battle on the big bridge", sommet de l'OST) et nous obtenons une section rythmique complètement ratée. La version CD ne corrige en rien ce problème, c'est aussi agréable à écouter que l'album St Anger de METALLICA.

Cela n'empêche pas Nobuo UEMATSU de parfois réussir son coup. Il faut adjoindre à ces timbales plus d'une expérimentation rythmique réussie. C'est notamment le cas des thèmes bucoliques qui nous procurent quelques plaisirs coupables. "What?" et sa boîte à camembert qui meugle, c'est tellement nul que ça en devient génial. "Mambo de Chocobo" balance du derche et ponctue ses phrases avec des "OH!" bien placés. On manque de place pour vous parler une fois de plus des Moogles (Timbale toujours présente, mais largement éclipsée par son xylophone) et du mime Gogo, qui referont chacun leur apparition dans l'épisode suivant (avec les même thèmes musicaux). Même du côté des titres plus sérieux, "The decisive Battle" démontre qu'une fois qu'il abandonne son rythme de croisière en galère romaine, UEMATSU est capable de jouer sur les rythmes avec réussite.

Enfin, c'est bien sûr du côté des thèmes plus émotionnels que UEMATSU réitère dans la course à l'excellence. On ne présente plus "Music Box", "Dear Friends", "As I feel you feel" ou encore "Faraway Hometown" pour lesquels on vous renvoie une nouvelle fois à l'album Dear Friends. Ils nous décrochent une larme de nostalgie à chaque écoute. "Nostalgia", "Reminiscence", "Beyond the deep blue sea" et même "The silent beyond" n'ont pas eu la chance d'être reprises, mais constituent plus d'un argument contraire à ce que nous avons essayé de démontrer sur trois paragraphes.

En résulte une OST pour laquelle nous avons des sentiments contradictoires. Le passage sur CD gomme une partie des problèmes rencontrés par les joueurs, ce qui nous invite à une certaine forme de clémence. Final Fantasy V, malgré quelques rares perles, manque cependant de hits rythmés pour pouvoir concurrencer d'autres œuvres moins polarisantes. Ses nombreux ratés ne suffisent pas à nous faire bouder le jeu.

(1) Sortie envisagée après celle du 6ème épisode aux Etats-Unis et au Canada, d'où le changement de nom, les épisodes IV et VI sortis en Amérique du Nord ayant été respectivement renumérotés II et III lors de leurs premières sorties respectives.
(2) Un émulateur est une application (software) qui reproduit le comportement d'une machine (hardware). C'est donc le cas de nombreux softwares qui émulent le comportement de consoles de jeu disposant à l'origine d'un hardware non compatible avec celui des ordinateurs domestiques. Ces émulateurs permettent donc de jouer sur ordinateur à des jeux consoles (notez que c'est souvent illégal), et surtout de jouer à des versions modifiées desdits jeux, dont en particulier des traductions non-officielles. Squaresoft à l'époque, et la plupart des éditeurs depuis, ressortent leurs vieux jeux avec des émulateurs intégrés, ce qui explique souvent les défauts inhérents à de telle ressorties.
(3) Tant que vous ne lisez pas le CD avec l'autoradio précité, donc.
(4) Au point qu'on aurait presque envie de parler de gong

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


VITALIC
Ok Cowboy (2005)
Techno fraiche et revigorante




Motoi SAKURABA
Star Ocean The Second Story: Arrange Album (1998)
Ainsi parlait sakuraba


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Nobuo Uematsu (composition)


1. Main Theme Of Final Fantasy V
2. Opening Theme
3. Four Valiant Hearts
4. Hurry! Hurry!!
5. Lenna's Theme
6. Dungeon
7. Battle 1
8. Victory Fanfare
9. Requiem
10. Pirates Ahoy
11. Town Theme
12. Good Night
13. Sealed Away
14. Cursed Lands
15. Deception
16. Harvest
17. To The North Mountain
18. Close Call
19. Battle 2
20. Spreading Grand Wings
21. Royal Palace
22. Fire Ship
23. Run!
24. Sorrows Of Parting
25. Library Of Ancients
26. Reminiscence
27. Musica Machina
28. The Day Will Come
29. What?
30. Mambo De Chocobo
31. Home, Sweet Home
32. Music Box
33. The Airship
34. The Evil Lord Exdeath

1. Exdeath's Castle
2. The Dawn Warriors
3. Clash On The Big Bridge
4. Unknown Lands
5. Moogles' Theme
6. The Castle Of Dawn
7. Beyond The Deep Blue Sea
8. Legend Of The Deep Forest
9. Tycoon Waltz
10. Boko's Theme
11. A New World
12. Sealed Book
13. Slumber Of Ancient Earth
14. Prelude To The Void
15. In Search Of Light
16. The Decisive Battle
17. The Final Battle
18. The Silent Beyond
19. Dear Friends
20. Final Fantasy
21. Ending Theme
22. The Prelude
23. Fanfare 1
24. Fanfare 2
25. Piano Lesson 1
26. Piano Lesson 2
27. Piano Lesson 3
28. Piano Lesson 4
29. Piano Lesson 5
30. Piano Lesson 6
31. Piano Lesson 7
32. Piano Lesson 8



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod