Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Koichi Sugiyama , Yasunori Mitsuda , Yoko Shimomura
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video
- Style + Membre : The Black Mages , Sq Series, Square Enix

Nobuo UEMATSU - Phantasmagoria (1994)
Par CHIPSTOUILLE le 28 Mai 2019          Consultée 158 fois

Les dates concordant presque, on pourrait croire que Phantasmagoria est l'OST du jeu homonyme de Sierra sorti en 1995. Mais Squaresoft et Sierra n'ont que peu de rapport. Le Phantasmagoria qui nous intéresse aujourd'hui n'a que des vertus musicales. Il s'agit du véritable premier album studio de Nobuo UEMATSU. Mise a part une reprise du thème principal de la saga Final Fantasy, il n'a même aucun rapport avec le moindre jeu-vidéo.

Il s'agit donc d'une bien étrange curiosité, diamétralement opposée aux ambitions classiques et aux élans dramatiques de Final Fantasy VI. UEMATSU venait réellement de tourner une page. Le lien avec la saga Final Fantasy existe. Il se trouve du côté de l'album Final Fantasy V Dear Friends. L'arrangement de "As I feel, you feel" est celui qui nous intéresse le plus.

On retrouve en effet sur Phantasmagoria des titres New Age, caractérisés par leur approche très optimiste. Un côté presque naïf, que seule l'euphorie des années 90 pouvait réellement engendrer. Quelques instruments acoustiques de tous horizons jouent des mélodies très simples. Le tout est accompagné de synthétiseurs d'un âge avancé, pas suffisamment encore pour qualifier le tout de vintage. Certains citent Ray LYNCH comme possible influence. Une rapide écoute de son best of semble nous confirmer cette parenté. Avouons notre méconnaissance du genre. Nos écoutes attentives nous font voyager au gré des scènes les plus paisibles des Final Fantasy VII à X.

Le lien avec "As I feel, you feel" l'est d'autant plus qu'à l'image de l'arrangement, 3 des 10 titres sont accompagnés d'une narration, cette fois-ci en japonais. Des palabres racontés avec toute la gentillesse du monde, que l'on jugerait sortis d'un livre illustré, ayant pour cible les plus petits. La naïveté apparente et quelques maladresses dans les arrangements n'empêchent pas le compositeur d'atteindre néanmoins son but. Quelques répétitions de structure optimisées, des mélodies justes ainsi qu'un sens approprié de la variation permettent à l'album d'atteindre une forme d'équilibre. On connaît la tendance du compositeur à partir dans le bucolique, positif ne veut en rien dire humoristique.

Ainsi, nous sommes invités à suivre simplement les instructions de l'auteur pour apprécier Phantasmagoria à sa plus juste valeur. Citons-le :

"Qui est capable de décrire les émotions ressenties en écoutant de la musique? La musique n'est pas faite pour réfléchir. [...] Ressentez-la simplement. Si vous souhaitez être pleinement touché par la musique, essayez d'entrer en phase avec elle. [...] Ne soyez pas honteux d'être ému par la musique. Félicitez-vous d'être si honnête". (1)

Tenter de décrire l'effet produit par Phantasmagoria semble en effet dérisoire. Sur le papier, tout conduit au zéro pointé. UEMATSU cependant, parvient à composer des mélodies simples et positives, avec une légère touche de nostalgie en elles. Tant et si bien que l'on ne peut rester indifférent à ce flot de bons sentiments. Le manque de souvenirs auxquels rattacher cette débauche de nostalgie est probablement ce qui nous déroute le plus ici. Entre fantasme et allégorie, sa conclusion sous forme d'interview dans une langue que nous ne savons identifier (2), renforce davantage son parfum d'exotisme. On reste positivement surpris bien que dubitatif.

(1) Extrait des notes de l'album Final Fantasy VI Piano Collection. Traduction tirée du livre "L'histoire de Final Fantasy VI - La Divine Epopée" par Romain Dasnoy et Nathanael Bouton-Drouard sorti aux éditions Pix'n Love
(2) Instinctivement, pour y avoir vécu quelques mois, je dirais l'une des nombreuses langues parlées dans le sud de l'Inde. Nos maigres connaissances en katakana japonais (oui, je me la pète) nous permettent de retranscrire "Agastia", ce que Wikipedia nous désigne comme un sage révéré de l'hindouisme. Ce qui corroborerait en partie cette intuition. J'invite les linguistes à se prononcer.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT :


Julee CRUISE
Floating Into The Night (1989)
Une ode synthétique à la nuit des amours défuntes




WOOB
1194 (1994)
Le meilleur de l'electro des années 90


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Nobuo Uematsu (claviers, synthétiseurs)
- Chinatsu Kuzuu (chant, lecture, claviers, synthétiseurs)
- Minoru Miura (lecture)
- Fujiyo Ide (lecture)
- Hironobu Houki (programmation)
- Kohji Honda (flute)
- Hideyoshi Katsumata (hautbois, cor anglais)
- Keisuke Nojima (basson)
- Gizaemon Furuta (cor français)
- Akira Tanaka (kena)
- Naboru Murakami (violon)
- Hitoshi Miyazawa (violoncelle)
- Tatsuya Aikawa (guitare 10 cordes)
- Hiroshi Hata (guitare acoustique)
- Francesco Nakano (mandoline)
- Ilich Montezinos (charango)
- Tetsuo Miura (basse)
- Takahito Seki (piano)


1. Rainy Day, Children
2. Angel Hands
3. Lots Of Little...
4. Revival Of A Tender Experience
5. Dogs On The Beach
6. Phantasmagoria
7. Deep Ocean Blue
8. People Of Maya
9. Mirrors
10. Final Fantasy



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod