Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  REMIX

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Koichi Sugiyama , Yasunori Mitsuda , Yoko Shimomura
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video
- Style + Membre : The Black Mages , Sq Series, Square Enix

Nobuo UEMATSU - Benyamin Nuss Plays Uematsu (2010)
Par CHIPSTOUILLE le 18 Novembre 2014          Consultée 1151 fois

Jeune adolescent, avant l’apparition d’internet, découvrant les joies du jeux-vidéo, je m’abreuvais d’information par le biais de magazines spécialisés. Le premier, « Nintendo Player », dédié à la firme, possédait un avantage certain sur la concurrence lorsque l’on ne possédait qu’une seule machine du marché. Un beau jour, « Nintendo Player » afficha en couverture ce macaron doré, le « Seal of quality » made in Nintendo. Un gage de qualité qui, je l’apprendrai plus tard, devait permettre à la société de s’armer solidement face au risque de réplique de la crise de 1983 (1). Le magazine rentrait ainsi dans la cour des grands, arborant fièrement la médaille (méritée ?) que papa Nintendo venait de lui offrir. Le lecteur un peu naïf que j’étais, n’avait pas encore conscience du conflit d’intérêt induit, passons.

Les lecteurs m’excuserons cette anecdote video-ludique, mais cette impression de reconnaissance « paternelle » m’est revenue en mémoire quand, chose incroyable, je découvrais ce disque faisant cohabiter Nobuo UEMATSU et la Deutsche Grammophon. Comprenez, des années durant j’ai du lutter contre des « Baisse le son – Mais Maman… - Ca m’énerve tes tutulut ! », alors voir UEMATSU agrémenté du même label que Karajan personnifiant BEETHOVEN, Abbado incarnant VERDI ou Bernstein ressuscitant MOZART a comme un goût de petite revanche personnelle. Pourtant, on aurait peut-être tort de s’emballer. La Deutsche Gramophon n’a plus tout à fait l’aura des meilleurs jours, dans la seconde moitié du XXième siècle. Les grands noms cités précédemment, ont hélas tous passé l'arme à gauche. On y trouve toujours des Anne-Sophie Mutter, Rolando Villazon ou autre Martha Arguerich. De grands noms, bien sûr, mais les stars d’aujourd’hui se sont toutefois autrement dispersées.

Benyamin Nuss a fait ses preuves en Allemagne par les voies classiques et mérite ses galons de poulain de l’écurie allemande. Loin de s’être fait une spécialité du jeu vidéo, c’est lui-même qui a donc proposé la confection de ce disque, avec un piano seul: entrée par la petite porte. L’espace de 3 morceaux, on croit dur comme fer que Nuss va faire rentrer ainsi UEMATSU chez les grands. Ces 3 arrangements sont signés Shiro Hamagaushi, le même qui a officié sur de nombreuses versions orchestrales chez UEMATSU depuis les Final Fantasy VII reunion tracks jusqu’aux meilleurs « piano collection ». Hamagaushi maitrise son sujet et respecte le produit, Nuss nous fait ainsi rêver un instant.

Hélas, trois fois hélas, concernant le reste, le choix de Nuss s’est porté sur d’autres arrangeurs. Bill Dobins, Alexander Rosenblatt, Torsten Rash et John Valtonnen (le même qui officiait sur Symphonic Fantasies) font ainsi tristement suite à Shirou Satou (Piano Collections FFIV, V et VI) et nous balancent plus de faux accords qu’on ne peut en digérer. Les fans de DEBUSSY vont peut-être adorer, ceux de UEMATSU déjà beaucoup moins. C’est donc du contemporain, ce qui n'est pas nécéssairement un gage de médiocrité (aller m'écouter la chute de Constantinople par Kamran INCE), mais ça sonne presque tout le temps faux. Mention spéciale à "My tears and the sky" reprise de Blue Dragon, abominable. C'est même réalisé avec un sadisme assez certain, les arrangeurs étant progressivement, par ordre d’apparition dans les écouteurs, plus enclins à nous faire du grand écart tonal. L’agonie est longue.

Quand tout n’est pas noyé sous une effervescence de n’importe quoi, on n’est guère plus enthousiaste. On parvient aisément à reconnaitre les thèmes originaux d’un Final Fantasy VII. Ceux-ci sont malheureusement agglomérés dans un medley labyrinthique. Comble peut-être de la faute de goût, deux compositions inédites figurent sur cet album. Nuss s’essaie à la composition en dédicaçant un morceau à Nobuo, le pianiste est techniquement irréprochable mais devra encore faire ses preuves à l'écrit. Nobuo avait également voulu rendre hommage au pianiste et fit de même, sans plus de réussite. A Benyamin Nuss de reprendre donc à son compte un morceau qui lui a donc été dédié… Ego Ego quand tu nous tiens?

On pourra, peut-être, en dehors des 3 arrangements de Lost Odyssey, retenir un "Serpent Trench" rarement repris à ce jour. Il sauve les apparences, sans toutefois regagner notre estime. On ne peut pas tellement en vouloir à Nuss, qui ne fait que suivre une tendance instaurée il y a des années. Ce n'est pas de sa faute, c'est "accepté". Résulte toutefois un disque d’arrangements pour piano qui verse à nouveau dans les travers du contemporain. Du « nimportequisme », comme dirait un certain Mikhail Zardü (2).

(1) Une crise du marché vidéo-ludique qui précipita les consoles de salon américaines dans une longue nuit noire, permettant aux japonais d'être les maîtres du secteur, avant la sortie de la X-Box 20 ans plus tard. La légende a relaté durant des années que des cartouches invendues du jeu E.T., largement surproduit, avaient été enterrées dans le désert. Elle fut confirmée en 2013, des copies du jeu furent détérrées lors d'un évènement organisé par... Microsoft!
(2) Bon, là, j'admets, je fais presque dans la private joke. C'est pas bien. Alors pour ceux qui ne connaissent pas Mikhail Zardü, je les invite à lire les chroniques d'un pas grand chose (ici: http://www.pasgrandchose.com/) qui évoque cet étrange mais néanmoins sympathique personnage. Pour le nimportequisme, c'est ici que vous trouverez l'explication: http://metal.nightfall.fr/index_8648_zybillin-sprch-rien-a-se-mettre-sous-l-ame-.html). Oui oui, c'est le même Zardu! La bise, si tu me lis.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par CHIPSTOUILLE :


Nobuo UEMATSU
Final Fantasy Symphonic Suite (1989)
Prémices du john williams des jeux-vidéo




Nobuo UEMATSU
Distant Worlds Ii (2010)
...Enfin!


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Benyamin Nuss (piano)


1. Prologue (lost Odyssey)
2. A Sign Of Hope (lost Odyssey)
3. A Mighty Enemy Appears! (lost Odyssey)
4. Terra's Theme (ffvi)
5. Liberi Fatali (ffviii)
6. Where I Belong (ffviii)
7. The Serpent Trench (ffvi)
8. Nobuo's Theme
9. A Place To Call Home (ffix)
10. Themes Of Final Fantasy Vii
11. Main Theme (blue Dragon)
12. Waterside (blue Dragon)
13. My Tears And The Sky (blue Dragon)
14. Release The Seal (blue Dragon)
15. Years And Years



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod