Recherche avancée       Liste groupes



      
DIVERS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Koichi Sugiyama , Yasunori Mitsuda , Yoko Shimomura
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video
- Style + Membre : The Black Mages , Sq Series, Square Enix

Nobuo UEMATSU - Lost Odyssey Ost (2007)
Par CHIPSTOUILLE le 12 Septembre 2014          Consultée 1171 fois

Le tant attendu retour de Hironobu Sakagushi aux commandes d’un jeu d’envergure, après la parenthèse récréative qu’était Blue Dragon, se fit sur Lost Odyssey. Exit Akira Toriyama qui sera ici remplacé par Takehiko Inoue (Slam Dunk) concernant les pinceaux ; Nobuo UEMATSU fidèle de toujours reste aux commandes pour les musiques. Si le jeu aura séduit quelques afficionados du genre, sans toutefois faire l’unanimité, un problème d’équilibrage en cause, Lost Odyssey reste l’un des témoins clés du passage du relais entre l’Orient et l’Occident. Bastion d’un temps passé, dans un écrin imparfait, Lost Odyssey a manqué de réussite. L’un des ingrédients qui a peut-être manqué à son succès, malgré un verni feignant la qualité, fut sa section musicale.

Dans la continuité de Final Fantasy X, Lost Odyssey se pare de dialogues sans toutefois être bavard. Les nombreuses séquences d’exploration ou de visites de village seront autant d’occasions de ressentir les vides laissés béants par une musique souvent insipide. UEMATSU reprend gauchement la formule qui n’avait déjà pas marché sur Final Fantasy VIII, sans se faire épauler. En résulte de longues pistes de musique urbaine, tantôt jazzy, soul, trainant la patte. Quand il se rythme, Lost Odyssey fait dans le kitch, boîte à rythmes à l’appui et manque d’envie flagrante, sortez les mouchoirs.

Pourtant, il feint, et il feint bien. Le thème principal, que l’on retrouve à bien des occasions, est superbe. Sur l’introduction, c’est aussi réussi que la marche militaire du thème de Terra (FFVI). Repris à la flûte de pan et paré d’un superbe solo de guitare lors des passages sur la carte du monde, c’en est que plus beau. Quelques autres thèmes tirent leur épingle du jeu. Avec sa pédale au clavecin et sa flûte glauque, reprenant les dernières notes du thème de fin de Final Fantasy, en les parant d’une certaine poésie, « Sad Tortan » est une superbe litanie. UEMATSU se mute l’espace d’un instant en Koichi SUGIYAMA des meilleurs jours, à la manière des thèmes les plus mélancoliques que l’on trouvait sur Valkyrie Profile. On pourrait, les jours d’humeur maussade, vous évoquer les descentes de gamme gauches sur « The Witch House » qui produisent leur petit effet… On pourrait également évoquer la subtile grandiloquence qui se cache derrière les quelques secondes de « Blizzard Field », on pourrait…

Enfin, quiconque a joué au jeu n’a pu oublier ces instants magiques. Ces sessions de lecture, où les mots dansaient au rythme emprunté des évènements accompagnés de la plus belle des musiques. Ces flashbacks de la vie immortelle de Kaim, narrés sous forme de nouvelles, trouvaient de touchantes conclusions animées par les thèmes mélancoliques de Nobuo UEMATSU. On pourra regretter que sur disque ceux-ci ne prennent pas le temps d’instaurer les ambiances qui auront été chères aux joueurs. « Parting Forever » s'en trouve un peu entachée, la faute à un chant lyrique se faisant rare dans le jeu, « Invasion » et « Demons Invasion » restent cependant superbes.

Le reste n’est qu’un beau gâchis. Que ce soient les thèmes des vilains pas beaux avec de la guitare électrique juste pour faire impressionnant, les épuisants thèmes de combats bourrés de synthé d’un autre temps accompagnés de boîtes à rythmes cheap, les ambiances militaires, la chanson pop obligatoire et racoleuse, les trucs d’ascenseur, l’épouvantable thème des Kelolons… UEMATSU est épuisant sur ce double disque, soit par manque d’intérêt, soit par faute de goût. Il y a bien quelques thèmes plus classiques, à l’image d’« A Mighty Enemy Appears ! » qu'un Final Fantasy IV n’aurait pas renié, mais on est dans ces cas-là au mieux dans une simple redite. Lost Odyssey a voulu se prendre trop au sérieux et UEMATSU a voulu suivre la tendance, oubliant derrière lui la fraîcheur bienvenue qu’il avait su instaurer juste au préalable sur Blue Dragon. A la manière du jeu, l’OST de Lost Odyssey réitère de nombreuses erreurs, en ne sachant que succinctement se distinguer. Bien trop souvent, elle ne fait que rappeler à notre bon souvenir des heures magiques appartenant malheureusement au passé.

A lire aussi en DIVERS par CHIPSTOUILLE :


Nobuo UEMATSU
Blue Dragon Ost (2006)
Ne paye pas de mine, et pourtant...




BANDE ORIGINALE DE FILM
Snatch (2000)
Do you know what "nemesis" means?


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



Non disponible


1. Prologue
2. Battlefield
3. Fire Above The Battle
4. Stopping Blow
5. Immortal Life
6. Wohl Highlands
7. Battle Conditions
8. Victory
9. The Capital Of Uhra
10. Neverending Journey
11. Epsylon Range
12. Sad Tortan
13. Gangara's Plot
14. An Enemy Appears!
15. World Of Ice
16. March To War
17. Crisis & Warning
18. White Depot Ship
19. Eclipse Of Time (harp Version)
20. Numara Palace
21. The Capital Of Numara
22. Small Recollections
23. Kelelon Forest
24. A Mighty Enemy Appears!
25. Parting Forever
26. A Return, Indeed... (piano Version)
27. Flashback
28. Invasion
29. A Sign Of Hope
30. Theme Of Pirates
31. Yosolo
32. Tosca Village
33. House Of The Witch

1. A Return, Indeed... (vocal Version)
2. The Mysterious Machine Of The Demons
3. Escape!
4. Saman, Town Of Merchants
5. The Capital Of Gotsa
6. Demons Invasion
7. The Man Possessed By The Demons
8. Decision
9. Blizzard Field
10. What You Are (guitar Version)
11. Battle With The Demons
12. The Wanderer Of Darkness
13. Ruins Of The East
14. Dark Saint
15. Large Cruise
16. Interval Of Dimensions
17. Distorted Space
18. Roar Of The Departed Souls
19. Theme Of Seth
20. Light Of Blessing ~ A Letter
21. What You Are (vocal Version)
22. Main Theme
23. Eclipse Of Time (vocal Version)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod