Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Pierre PERRET - 1 (les Fraises) (1958)
Par NESTOR le 13 Octobre 2020          Consultée 216 fois

Cet album est peut-être le premier album de Pierre PERRET. Pourquoi peut-être ?
Parce qu’en 1958, il existait plusieurs formats de disques et qu’un artiste débutant passait souvent par des formats courts. Et ce que l’on peut considérer comme son premier album est en fait la compilation de deux mini-albums (format 25 cm) sortis en 1957 : Moi, j'attends Adèle et Si je t'envoie des fraises. Chaque face reprenant l’un de ceux-ci.

En 1958, le castelsarrasinois d’origine a 24 ans et est sur Paris depuis quelques années. Sa montée à la capitale est née de sa volonté de voir Georges BRASSENS qui se produit au théâtre Des Trois Baudets. Il en résulte une forte amitié entre les deux hommes que 14 ans séparent pourtant. Et très rapidement, Pierre PERRET monte également sur scène, principalement pour y accompagner d'autres artistes. L'ombre de BRASSENS plane toujours sur sa carrière puisque c’est PUPPCHEN, la compagne de celui-ci, qui incite Pierre PERRET à composer pour lui-même et à se créer un tour de chant.
Il se lance alors sur le devant de la scène et, très rapidement, part en tournée en première partie des PLATTERS. Un contrat avec Barclay lui donne l’opportunité de sortir un premier 45-tours : Moi j’attends Adèle constitue la fondation de cet album, et que l’on retrouvera sur le 5 titres du même nom (1957), puis sur ce premier véritable album.
La filiation avec BRASSENS est ici évidente, tant au niveau de la musique que de la vision polissonne de la vie.
L’attirance du Pierrot pour les cuisses accueillantes est déjà bien présente, et on trouve déjà ce mélange de grivoiserie, parfois un peu lourdingue, et de tendresse amoureuse que PERRET affinera par la suite pour la délester des quelques relents machistes qui traînent encore ça et là.
Accompagné de musiciens également estampillés « Barclay », François CHARPIN et son Trio (Contrebasse, guitare, piano et quelques percussions), Pierre PERRET axe ses compositions sur le chant, clair et mixé très en avant.
A l’exception de certaines introductions, parmi lesquelles celle de "Le Poulet" fait figure d’amusante étrangeté, son backing band donne plutôt dans la Pompe, se limitant principalement à procurer un lointain accompagnement à ses mélodies vocales. Le chant occupe en effet tout l’espace, et les dix historiettes qui composent cet album en sont le point d’orgue.
Historiette car le sens de la concision est ici particulièrement soigné/ Songez que cinq des dix titres ne durent pas plus de 1mn45 ! Et aucun ne dépasse les 2mn10. En ce domaine, l’ami Pierrot fait plus fort que le Speak English Or Die des STORMTROOPER OF DEATH, qui fait pourtant office de maître étalon en la matière. Puisque dans ce dernier 3 chansons dépassent des 2mn10.
De fait, ce premier album en « format large » peine à dépasser les 15 minutes. Alors que le VAN HALEN période David LEE ROTH, qui faisait pourtant figure de radin en matière de durée d’album, émargeait en moyenne entre 31 et 32 minutes !

Mais cela permet tout de même au joyeux drille de nous conter, avec humour, les déboires d’un gentil cocu amoureux ("Qu'elle était jolie, qu'elle était belle"), d’illustrer tout le bien qu’il voue aux tenants de l’autorité ("Le Prince") ou bien de trousser une étrange déclaration d’amour sous ambiance de Rumba ("Le moulin à café").

Ce premier album se révèle au final assez paradoxal tant il peut tout à la fois être considéré comme un brillant ersatz de BRASSENS et comme une première ébauche de chansonnettes aux textes encore un peu trop stéréotypés. Si on sent clairement chez Pierre PERRET un amour du français et une réelle maîtrise de la langue, nous sommes souvent confrontés à des facilités de sa part dont le seul but semble être de chercher à faire rire à tout prix.

Pierrot n’a pas encore totalement développé cette finesse et cette philosophie de la vie qui seront sa marque de fabrique par la suite.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par NESTOR :


CLARIKA
La Tournure Des Choses (2013)
Une fois de plus, le charme est au rdv.




HOSHI
Il Suffit D'y Croire (2018)
Nouvelle étoile


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Pierre Perret (chant, guitare)
- François Charpin Et Son Trio (piano, guitare, contrebasse)


1. Qu'elle était Jolie, Qu'elle était Belle
2. Le Prince
3. Le Poulet
4. Le Moulin à Café
5. Moi J'attends Adèle
6. Si Je T'envoie Des Fraises
7. Si J'étais Veuf
8. C'est Mon Cœur
9. La Gamme



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod