Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Les Ogres De Barback

Pierre PERRET - Mon Petit Amour (1965)
Par NESTOR le 26 Novembre 2020          Consultée 469 fois

Surfant sur le succès de Le Tord-Boyau, son troisième album, Pierre PERRET entreprend une série de concerts qui le voient notamment effectuer la première partie des ROLLING STONES à l’Olympia.
C’est donc peu dire que l’entame de sa collaboration avec VOGUE se déroule sous les meilleurs auspices.
Début 1965, comme à son habitude, il sort plusieurs E.P (Toutes comm'ça, Mon petit amour, La Corrida) qui sont regroupés en fin d’année au sein d’un album complet : Mon petit amour.
A l’écoute de celui-ci, on ne peut que constater la mutation encore plus palpable, déjà largement entamée dans son précédent album. La tendresse et l’épicurisme occupent désormais une place majeure au sein de compositions qui sont majoritairement un moyen de clamer son amour pour les femmes et les bonnes tables. Mais à cela vient s’ajouter, et c’est nouveau, quelques textes dans lesquels il ose exprimer clairement sa vision de la société. Une vision assez largement empreinte de liberté et de refus de certains conformismes.
Chanter la liberté sexuelle, l’amour libre, le droit de disposer de son corps au début des années 60 n’est pas si neutre que ça. Mais Pierre PERRET ne s’impose pas beaucoup de limites dans ces domaines. Il dépeint l’infidélité, les relations de jeunesse, la frénésie sexuelle avec truculence et/ou une réelle jubilation. Et, même s’il est parfois difficile de savoir s’il endosse les habits d’un des personnages qu’il fait vivre dans ses chansons où s’il se projette personnellement dans celles-ci, on a le sentiment qu’il se livre enfin pour la première fois sans complexe, sans éprouver le besoin de faire le clown par pudeur.
C’est le cas de "L’amour et la Tendresse" dans lequel il dévoile une facette sentimentale et touchante de sa relation avec la femme de sa vie. Loin des fanfaronnades un tantinet misogynes dont il est coutumier par recherche d’effet comique, il se montre là fragile et passionné. Un chanson qui aurait pu donner son nom à l'album.
Il semble également ouvrir la porte de son univers familial avec "La petite" dans lequel il dresse un portrait espiègle et malicieux d’une enfant qui pourrait très bien être sa propre fille, même si celle-ci n’avait alors que 2 ans lorsqu’il a écrit ce morceau (il est possible qu’il s’agisse de la fille de sa femme qui avait déjà des jumeaux lorsqu’il l'a rencontrée).

Alors, bien sûr, il reste toujours des chansons dans lesquelles il brosse des portraits truculents de personnages haut en couleur. C’est ainsi le cas avec "La Corrida" qui met en scène une femme de ménage furieuse de la cuisse. Ou bien dans "Pépé la jactance", la complainte d’un truand parisien, souteneur à ses heures, qui, sur des sonorités d’accordéon, donne l’occasion à Pierre PERRET de ressortir son dictionnaire d’argot.
Un "Pépé la jactance" originaire de Gennevilliers, la ville d’accueil du Castelsarrasinois lorsqu’il a débarqué à Paris. Une ville qu’il quitte à la même époque pour s’installer à Nangis (77) dans une très grande bâtisse vétuste qu’avec sa famille il transformera en une bucolique et accueillante résidence dotée d’un grand jardin potager et où vaquent volailles, moutons, une chèvre et jusqu’à 19 chiens.
https://www.youtube.com/watch?v=ZtxuNK4UIRM
Cette mutation géographique et de style de vie fait échos à son évolution artistique, et notamment musicale.
Ce Mon petit amour présentant en effet une diversité d’ambiances musicales assez singulière.
Jugez plutôt :
Ambiance 17ème, avec clavecin et violons sirupeux, de "L’amour et la tendresse". Ambiance Cajun de "Toutes comm’ ça". Ambiance western de "Moi je sais ça", qui se voit également enrichi de parties de Harpes. Ambiance ibérique avec foison de castagnettes de "La corrida". Ambiance plus jazz swing de "La petite".
Sa collaboration avec Jean CLAUDRIC et son orchestre s’avère très riche et florissante. Celui-ci apportant ses talents d’arrangeurs qu’il mettra également au service d’un pléiade d’artistes (Michel POLNAREFF, SHEILLA, DALIDA, Gilbert BECAUD, Michel SARDOU, Nana MOUSKOURI, Enrico MACIAS, pour qui il composa "Les Filles de mon pays", Johnny HALLYDAY, Charles AZNAVOUR, et Mireille MATHIEU qu’il a accompagnée en tournée pendant des années).

Le résultat est très convaincant et on sent bien qu’album après album Pierre PERRET se forge un savoir-faire et une personnalité qui gagnent en richesse et en caractère.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par NESTOR :


Pierre PERRET
Mon P'tit Loup (1979)
Toute la richesse et la sensibilité du pierrot




Pierre PERRET
Les Deux Visages De Pierre Perret (1967)
Tonton Cristobal est dans la place


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Pierre Perret (chant)
- Jean Claudric Et Son Orchestre (tous instruments et arrangements)


1. Mon Petit Amour
2. Toutes Comm' ça
3. S'il Vous Plait, Merci, Encore
4. L'amour Et La Tendresse
5. Moi, Je Sais ça
6. Pépé La Jactance
7. La Corrida
8. La Petite
9. Quatorze Ans
10. Je Ne Sais Plus Sur Quel Pied Danser
11. Le Plus Mauvais D'entre Vous
12. J'peux Pas



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod