Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  B.O FILM

Commentaires (5)
Questions / Réponses (3 / 8)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Jon & Vangelis, Aphrodite's Child, Irène Papas & Vangelis

VANGELIS - L'apocalypse Des Animaux (1973)
Par GOUNOUMAN le 9 Août 2007          Consultée 9133 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Ah, « L’Apocalypse des Animaux » ! Enfant, ce disque me fascinait déjà... Un nom énigmatique et vaguement effrayant, des étranges visuels d’animaux noyés dans la brume, accompagnant une musique originale et mélancolique… Toute cette sibylline atmosphère m’interpellait particulièrement. Quel bonheur de constater que les années n’ont point altéré ma profonde admiration pour ce grand disque et son génial créateur !

Album charnière dans l’œuvre de Vangelis, « L’Apocalypse des Animaux », fut le 6ème de sa carrière solo, mais le premier à obtenir une certaine reconnaissance médiatique, et à avoir marqué son époque. Les thèmes exploités dans cet album avaient déjà servi de bande originale au film du même nom, réalisé par le célèbre Frédéric Rossif, décédé en 1990, mais qui laisse derrière lui une œuvre considérable et notamment dans le documentaire animalier. Le film étant sorti deux années plus tôt, Vangelis était déjà parvenu à générer de l’intérêt pour sa musique avant même la sortie du fameux album en question. Et aujourd’hui encore, on ne peut que s’incliner devant la perfection du travail accompli à l’époque par le virtuose grec...

Dès l’introduction, développant brièvement un thème musical simple et relativement enjoué, sur fond de percussions africaines, nous voici happés dans une œuvre sombre et mystique pour 35 merveilleuses minutes dont on ne pourra ressortir indifférent.
A noter qu’aucune percussion, aucune voix humaine ne viendront ponctuer cette œuvre ténébreuse une fois l’introduction passée. Aucun son étranger ne doit venir troubler cette inquiétante quiétude…

L’équilibre établi entre la magie des synthétiseurs analogiques (majoritaires, comme sur tous les opus de Vangelis) et les rythmiques des autres instruments est absolument parfait. Toujours à la pointe de la technologie, notre hellène barbu (qui compose, produit et enregistre toute sa musique sans aucun apport extérieur) utilise pour la première fois dans cet album un son qui restera par la suite l’une de ses marques de fabrique. Tous les amateurs reconnaîtront de loin ce son doucereux et délicat, qui assure le lead sur les merveilleuses pièces que sont « La Petite Fille de la Mer » (thème maintes fois réutilisé depuis) et « La Mort du Loup ». Ces deux morceaux, tissant leurs mélodies de claviers sur de discrètes guitares acoustiques, sont des odes mélancoliques aux thèmes évidents, mais bouleversants de tristesse et de sincérité. Comment ne pas devenir accro à la musique de Vangelis après avoir entendu ces deux magnifiques pistes ? A noter qu’aujourd’hui encore, « La Petite Fille de la Mer » apparaît sur la plupart des compilations du maître.

Et la palme de la mélancolie est peut-être atteinte par « Le Singe Bleu », composition aux influences plus jazz, reposant sur des accords de claviers épars et tristes, qui servent d’assise à une trompette, qui développe sur plus de 7 minutes son envoutante lamentation. Appel de la nature, mélodie venue d’ailleurs ? On ne peut que rester pantois à l’écoute de cette si belle ode, moins accessible que les précédentes, mais tout aussi pure et bouleversante.

Et l’album de s’achever sur deux longues et lentes plages ambient, qui nécessitent une écoute calme et attentive afin de bien en saisir toutes les subtilités. Si « Création du Monde » nous charme avec ses ambiances mystiques et solennelles, « La mer recommencée » s’avère légèrement plus dispensable et reste à mes yeux la seule pièce plus faible de l’album. Mais cela démontre encore une fois le talent de Vangelis, même lorsqu’il s’aventure dans des styles différents.

Quoiqu’il en soit, cette ode à la nature s’adresse directement aux sens. C’est une complainte de la terre, un chagrin qui semble venir des origines même du monde et qui se manifeste avec grâce et douceur. Une œuvre qui nécessite donc d’être écoutée au calme, si possible dans un cadre reposant, les yeux fermés. C’est ainsi qu’elle révèlera tous ses secrets, vous conviera à découvrir son mystère. « L’Apocalypse des Animaux » peut aussi bien vous apaiser que laisser en vous un indescriptible et troublant sentiment d’angoisse et de tristesse… Peut-être était-ce la naissance du new age, auquel Vangelis, par défaut, est si souvent rattaché ? Une œuvre à la beauté et à la tristesse insondable, évidente et complexe… Jamais démodée, car immortelle.
Je ne peux donc que vous conseiller de découvrir ce chef d’œuvre… car il n’est, bien sûr, jamais trop tard.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par GOUNOUMAN :


VANGELIS
Voices (1995)
Le mythique successeur de l'incontournable "1492"

(+ 1 kro-express)



VANGELIS
China (1979)
Magnifique voyage oriental

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   GOUNOUMAN

 
   AIGLE BLANC
   ARP2600
   WALTERSMOKE

 
   (4 chroniques)



- Vangelis (tout)


1. Apocalypse Des Animaux - Générique
2. La Petite Fille De La Mer
3. Le Singe Bleu
4. La Mort Du Loup
5. L'ours Musicien
6. Création Du Monde
7. La Mer Recommencée



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod