Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK / JAZZ  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bob Dylan , Tracy Chapman , Jackson Browne , Leonard Cohen , Joan Baez
- Membre : David Crosby
- Style + Membre : Neil Young , Jaco Pastorius, Wayne Shorter , Charles Mingus , The Band , Stephen Stills

Joni MITCHELL - Shadows And Light (1980)
Par DERWIJES le 13 Octobre 2021          Consultée 442 fois

Mingus était une conclusion sous plusieurs formes : dernier projet de Charles MINGUS avant son décès, et pour Joni MITCHELL son dernier album des années 70 et le dernier de sa pentalogie jazz entamée avec Court and Spark de 1974. C’est le bon moment pour faire une petite pause et de profiter de la tournée promotionnelle dite du Mingus Tour pour sortir un double-album live, le deuxième et dernier de sa carrière (en ne comptant pas ses Archives) après Miles of Aisles de 1974.

Enregistré en Septembre 1979 au Santa Barbare Bowl en Californie, ce concert filmé (mais dont le film ne sera publié qu’en 2003) sert de rétrospective à sa période 1975-1979. Elle est accompagnée d’un all-star band comprenant Pat METHENY à la guitare, Jaco PASTORIUS à la basse, Michael BECKER au saxophone et Lyle MAYS au synthétiseur.
Tous les griefs que je peux avoir contre les versions studios des morceaux de la set-list sont ici oubliés : c’est excellent du début à la fin ! Sans trop s’éloigner de l’original les chansons bénéficient d’une énergie absente en studio et de la liberté accordée aux musiciens pour s’amuser avec. Pat Metheny et Jaco Pastorius se font d’ailleurs bien plaisir dessus, on peut dire ce que l’on veut de Metheny mais le gars n’est pas un manche (vous l’avez?) et il s’adapte très bien au jeu de basse atypique de Pastorius. Un duo de choc inattendu mais qui fonctionne, cela fait déjà un bon point pour l’album. Nous sommes même gâtés de non pas une mais bien trois plages réservées à des solos ! D’abord la basse de Jaco Pastorius, puis la guitare de Pat Metheny et enfin la batterie de Don ALIAS (qui a joué pour Miles DAVIS, SANTANA, Lou REED, WEATHER REPORT, Nina SIMONE…). Pas facile d’en choisir un plutôt qu’un autre même si le solo de basse est particulièrement classe.

Après une introduction reprenant un extrait audio de la Fureur de Vivre, c’est The Hissing of Summer Lawns qui est mis à l’honneur avec "In France They Kiss On Main Street" puis "Edith and the Kingpin" qui font un peu office d’échauffement avant que les choses sérieuses ne commencent à partir de "Coyote", même si je reste toujours peu convaincu par "Goodbye Pork Pie Hat" qui reste à mes oreilles le gros point noir de l’album. Mais peu importe car c’est vite oublié après "Amelia" et "Hejira" qui me font quand même dire que c’est son meilleur album, mieux que Blue, oui j’assume ! Ce trio avec -le solo de Metheny entre les deux- justifie l’achat, même si l’enchaînement de "Free Man In Paris" après "Dreamland" en est aussi un argument valable. Bon, "Furry Sings the Blues" perd un peu de son charme sans l’harmonica de Neil YOUNG, nous ferons avec si cela nous permet d’avoir en échange "Raised on Robbery" suivie d’une très jolie reprise de "Why Do Fools Falls In Love" qui préfigure avec vingt ans d’avance ce qu’elle fera sur Both Sides Now en 2000. Et puis, pour finir, "Shadows and Light", "God Must Be A Boogie Man", dans une version plus complète et plus satisfaisante et évidemment l’inévitable "Woodstock". Je persiste à dire que ce morceau ne fonctionne réellement que dans sa version folk d’origine, mais tant pis !

Joni Mitchell ne pouvait pas faire mieux pour boucler ce qui fut sa plus grande période créatrice, celle où elle repoussa de la manière la plus impressionnante ses limites. A l’opposé même du très décevant Miles of Aisles, Shadows and Light est un live impeccable, solide qui nous offre une set-list aux petits oignons servie sur une performance parfaite.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Dave BRUBECK
Bravo! Brubeck! (1967)
Saveur mexicaine




Miles DAVIS
Agharta (1975)
Un après-midi au japon


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Joni Mitchell (guitare électrique, chant)
- Pat Metheny (guitare solo)
- Jaco Pastorius : (basse fretless)
- Don Alias (batterie, percussions)
- Lyle Mays (piano électrique rhodes, synthétiseur)
- Michael Brecker (saxophones)
- The Persuasions (chœurs)


1. Introduction
2. In France They Kiss On Main Street
3. Edith And The Kingpin
4. Coyote
5. Goodbye Pork Pie Hat
6. Jaco's Solo
7. The Dry Cleaner From Des Moines
8. Amelia
9. Pat's Solo
10. Hejira

1. Black Crow
2. Don's Solo
3. Dreamland
4. Free Man In Paris
5. Band Introduction
6. Furry Sings The Blues
7. Raised On Robbery
8. Why Do Fools Fall In Love
9. Shadows And Light
10. God Must Be A Boogie Man
11. Woodstock



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod