Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bob Dylan , Tracy Chapman , Jackson Browne , Leonard Cohen , Joan Baez
- Membre : David Crosby
- Style + Membre : Neil Young , Jaco Pastorius, Wayne Shorter , Charles Mingus , The Band , Stephen Stills

Joni MITCHELL - Dog Eat Dog (1985)
Par DERWIJES le 17 Octobre 2021          Consultée 372 fois

L’horreur ! L’horreur ! semble s’écrier une Joni MITCHELL méconnaissable sur la pochette de son douzième album, entourée de ce qui se rapproche plus des Hellhounds ayant poursuivi Robert JOHNSON que de gentils toutous. Avec un an d’avance sur l’annus horribilis du classic rock (1986 : Landing on Water pour Neil YOUNG, |i]Dirty Work pour les STONES, Press to Play pour McCARTNEY, Constrictor pour ALICE COOPER…), voilà son nadir musical sur Dog Eat Dog.

Sur Wild Things Run Fast elle avait déjà des envies de pop, de simplicité par rapport à ses précédents disques, un filon qu’elle continue d’explorer ici. Mais quelque chose d’important a changé depuis : elle est mariée à Larry KLEIN, le bassiste qu’elle a rencontré pendant l’enregistrement de Wild Things Run Fast. De quoi lui donner une nouvelle perspective sur la vie et de quoi, selon son propre aveu, la pousser à aborder des thèmes plus politiques dans ses textes que les troubles sentimentaux.
Pour l’aider à moderniser leur musique, le jeune couple embauche Thomas DOLBY, nom alors très en vogue à ce moment, dans l’idée qu’il leur prodigue quelques conseils utiles. Il finira par s’installer durablement derrière la console, créant au passage quelques frictions avec Joni qui ne le voyait pas devenir si important si rapidement. Sacrilège ultime, elle laisse de côté sa guitare pour ne jouer uniquement que du synthétiseur, un Fairlight CMI Sampler, celui-là même qu'a inauguré Kate BUSH sur Never For Ever (je laisse les spécialistes venir nous instruire sur l’instrument dans les commentaires) ! Toutes les parties de guitare sont jouées par son ami de longue date, Michael LANDAU. Pendant ce temps, Joni s’amuse bien avec son nouveau jouet, la voilà qui part enregistrer des samples à droite et à gauche, au grand dam de son mari, comme lorsqu’elle part se promener dans une ruelle près de chez elle à New-York pour enregistrer le son d’une carcasse de tôle frappée à coups de barre de fer pour l’incorporer à The Three Great Stimulants ou lorsqu’elle va enregistrer le bruit du distributeur de cigarettes du parking du studio pour Smokin’ (Empty, Try, Another), une expérimentation aussi inutile que gênante.

Tous les excès d’un album des années 80 sont présents au garde-à-vous et il n’y a pas grand-chose à sauver, ne nous le cachons pas. Boîte à rythmes, synthés omniprésents, effets d’écho sur les instruments, chœurs sur les refrains…Même les paroles semblent tirées d’un album de GENESIS période Phil COLLINS, l’humour en moins : Reagan, les télévangélistes, la famine en Ethiopie. Ses guests habituels Wayne SHORTER, Steve LUTHAKER, James TAYLOR et Don HENLEY sont toujours là mais bon, pour ce qu’ils apportent, ils auraient pu rester à la maison. Si ce n’était pas encore clair, alors disons-le franchement, Dog Eat Dog est un mauvais album, un virage raté, une tentative de changer d’identité qui ne prend pas. C’est énervant de voir une artiste de son calibre se compromettre et enchaîner autant de mauvais choix, mais, en même temps, avec une carrière aussi longue, il y a forcément des ratés. La lueur d’espoir de ce disque, c’est qu’après avoir touché le fond, elle ne peut que remonter pour la suite, ce qu’elle fera lentement mais sûrement.

A lire aussi en POP par DERWIJES :


Diana ROSS
Silk Electric (1982)
Production caverneuse pour morceaux soignés




Charlie WINSTON
Square 1 (2018)
Le hobo revient chez lui.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Joni Mitchell (chant, piano, claviers, synthétiseurs, effets audi)
- Michael Mcdonald (chant, chœurs)
- Larry Klein (claviers, synthétiseurs, basse, programmation)
- Thomas Dolby (claviers, synthétiseurs, programmation)
- Michael Landau (guitare)
- Steve Lukather (guitare)
- Larry Williams (flûte, saxophone ténor)
- Kazu Matsui (shakahachi)
- Wayne Shorter (saxophone soprano )
- Jerry Hey, Gary Grant (trompette, bugle)
- Vinnie Colaiuta (batterie, samples)
- Alex Acuña (batá)
- Michael Fisher (samples de percussions)
- Don Henley, James Taylor, Amy Holland (choeurs)


1. Good Friends
2. Fiction
3. The Three Great Stimulants
4. Tax Free
5. Smokin (empty, Try, Another)
6. Dog Eat Dog
7. Shiny Toys
8. Ethiopia
9. Impossible Dreamer
10. Lucky Girl



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod