Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ VOCAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bob Dylan , Joan Baez , Leonard Cohen , Jackson Browne
- Membre : David Crosby
- Style + Membre : Charles Mingus , Wayne Shorter , Jaco Pastorius, Stephen Stills , Neil Young , The Band

Joni MITCHELL - Both Sides Now (2000)
Par DERWIJES le 26 Octobre 2021          Consultée 125 fois

Paul McCARTNEY, Bob DYLAN, Rod STEWART, Robbie WILLIAMS… Quand l’inspiration n’est pas là, quoi de mieux que de piocher quelques vieux standards du Great American Songbook ? Tant pis si le résultat est au mieux tout juste passable, ça permet de faire parler de soi à moindre coût et puis c’est flatteur de lire les critiques vous comparer immédiatement à SINATRA. Tant mieux pour eux, mais pour l’auditeur ce genre de disques est surtout synonyme de grosse flemme dont on connaît d’avance le contenu…

Oui, mais il y a un mais. Un mais qui s’appelle Joni MITCHELL, toujours elle, pas foutue de faire comme les autres et de nous sortir un petit bousin vite fait bien fait histoire de se remplir la caisse retraite ? Non, ce n’est pas le genre de la Canadienne qui se dit que tant qu’à se lancer dans le jazz vocal, autant le faire bien et ressusciter dignement la grande époque ! Alors elle embauche Vince MENDOZA, un orchestrateur qui a travaillé avec Elvis COSTELLO, YELLOWJACKETS, Al DI MEOLA et Kyle EASTWOOD pour balancer quelques noms comme ça et va chercher quelques guests : Mark ISHAM à la trompette, Wayne SHORTER au saxophone et Herbie HANCOCK. Et hop, rien qu’avec ça elle obtient deux Grammy, Meilleur Album Pop Vocale et Meilleurs Arrangements Vocaux et Instrumentaux.

Pour appâter le chaland elle choisit la plus belle pochette de sa carrière, un superbe autoportrait désabusé avec alcool et cigarettes à un comptoir. Elle sait qu’on dira de l’album qu’il est mièvre, alors elle joue le jeu à fond et le sort en édition spéciale pour la Saint-Valentin dans un emballage en forme de boîte de chocolats, avec à l’intérieur des lithographies de ses peintures. Un pari risqué, Joni n’étant pas vraiment connue pour chanter des amourettes et des relations réussies. Cerise sur le gâteau, elle inclut dans la tracklist deux de ses propres morceaux, rien de moins que "A Case of You" et "Both Sides Now". Pas essentiel mais pourquoi pas ? Que vous aimiez ou pas, préparez-vous quand même, elle prépare un double-album de reprises de ses morceaux dans le même genre…Mais ne nous avançons pas trop.

Bon. La critique alors. C’est… bien. Une bonne surprise. Certainement pas son meilleur album, même pas réellement indispensable, mais à ce petit jeu-là elle fait quand même mieux que les autres. Elle a la voix pour déjà, qui rappelle un peu Billie HOLIDAY (merci la cigarette) ça aide bien avec le côté cœur brisé qui en a vu de toutes les couleurs. Elle compense son manque de puissance vocale, qu’elle n’a jamais eue mais qui a été réduit à peau de chagrin par le tabac, par une interprétation tout en justesse avec un timing parfait. En tout cas Mendoza mérite amplement son Grammy. Il a utilisé pour l’album un orchestre de soixante-et-onze musiciens, alternant entre une formation classique et une formation proche des big bands de jazz. La rencontre entre le jazz ("Comes Love") et le classique ("You’re My Thrill", où elle sonne le plus comme Billie HOLIDAY) permet d’éviter que la lassitude ne s’installe trop vite, même si elle finit par s’installer dans la seconde moitié du disque. Ça aurait été bien d’avoir plus de morceaux un peu plus rythmés comme "Don’t Worry ‘bout Me" et "I Wish I Were In Love Again" plutôt que cette longue succession de chansons déprimantes… Joni n’a jamais fait de la musique joyeuse mais ça aurait allégé l’album qui paraît long et lourd du coup.

Cette réinvention tardive fonctionne bien. On n’est pas au niveau des American Recordings de Johnny CASH mais Joni MITCHELL en interprète de chansons d’amour du siècle dernier, ça paraît logique. Les amateurs du genre l’ont déjà sûrement chez eux, les amateurs de Joni aussi, les moins curieux ne perdront pas grand-chose à passer leur tour. Mentionnons pour finir la tournée que Joni entama à la sortie du disque. Fait rare, elle joua l'album dans l'ordre de la track-list. Elle entamait ses concerts par une reprise de "Nuage", issue des Nocturnes de DEBUSSY, qui lui permettait d'instaurer l'ambiance romantique de l'album...Et, avec un clin d'oeil, de rappeler ainsi discrètement que Both Sides Now se trouvait à l'origine sur son second album... Clouds.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Pat MARTINO
Interchange (1994)
Le véritable retour




Alice COLTRANE
Journey In Satchidananda (1970)
Something about alice coltrane


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Joni Mitchell (chant)
- Mark Isham (trompette)
- John Anderson (hautbois)
- Julie Andrews (basson)
- Nick Bucknall (clarinette)
- Stan Sulzmann (clarinette, flûte)
- Philip Todd (clarinette, flûte et flûte alto)
- Jamie Talbot (clarinette, flûte, flûte alto et saxophone alto)
- Andrew Findon (flûte)
- Dave Arch (piano)
- Vaughan Armon (violon)
- Kate Wilkinson (alto)
- Dave Daniels (violoncelle)
- Philip Eastop (cor d'harmonie)
- John Barclay (trompette)
- Pete Beachill (trombone)
- Wayne Shorter (saxophones soprano et ténor)
- Owen Slade (tuba)
- Richard Henry (trombone basse)
- Peter Erskine (batterie)
- Chris Laurence (contrebasse)
- Frank Ricotti (percussions)
- Herbie Hancock (piano)
- Skaila Kanga (harpe)


1. You're My Thrill
2. At Last
3. Comes Love
4. You've Changed
5. Answer Me, My Love
6. A Case Of You
7. Don't Go To Strangers
8. Sometimes I'm Happy
9. Don't Worry 'bout Me
10. Stormy Weather
11. I Wish I Were In Love Again
12. Both Sides, Now



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod