Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Jon & Vangelis, Aphrodite's Child, Irène Papas & Vangelis

VANGELIS - Earth (1973)
Par ARP2600 le 25 Décembre 2011          Consultée 2774 fois

La carrière de VANGELIS était déjà plutôt riche en 1973. Il avait fondé et mené le groupe progressif greco-parisien APHRODITE’S CHILD à la fin des années 60, dont il avait réalisé l'album 666 quasiment seul. A la même époque, on lui doit également quelques œuvres solo, telles que « Hypothesis », « The Dragon » ou « Fais que ton rêve soit plus long que la nuit ». Celles-ci comptent cependant au rang des raretés, on considère donc souvent Earth comme son vrai premier album.

Quoi qu'il en soit, Earth est une vraie charnière. En général, quand on parle de VANGELIS, on pense bien sûr aux synthétiseurs. S'ils sont déjà nettement présents ici, ce sont bel et bien les instruments à cordes qui dominent. On trouve quelques passages rock, mais le plus gros du disque est occupé par des morceaux plutôt ambiants et contemplatifs, avec une orchestration qui ne laisse aucun doute sur le fait que VANGELIS soit grec. D'ailleurs, pour être précis, il n'avait apparemment pas encore décidé de se limiter à son diminutif, on devrait donc créditer ce disque à «Vangelis O. Papathanassiou» – ses prénoms étant en fait Evángelos et Odysséas. Précisons encore que Vangelis a enregistré cette musique avec l'aide de deux comparses, Argiris Koulouris et Robert Fitoussi.

Mais ce qu'il faut que je dise sans plus attendre, c'est à quel point la musique est belle ici. Ça sonne grec, oui, et c'est très beau. La première face débute par « Come on », un petit rock aux paroles particulièrement recherchées. Les percussions et les guitares y sont quand même déjà étonnantes. Et puis, c'est le ravissement, avec l'enchaînement de « We Were All Uprooted », « Sunny Earth » et « He-o ». Il est difficile de résister à l'invitation à la méditation que propose cette séquence. Je ne pense pas me tromper en disant qu'elle compte parmi ce que VANGELIS a écrit de plus fin. La façon dont les guitares résonnent, judicieusement complétées par des percussions exotiques et du synthé, est tout bonnement incroyable.

Notons qu'il y a des paroles. En fait, VANGELIS a beau écrire majoritairement de la musique instrumentale, la plupart de ses albums présentent au moins un passage chanté ou déclamé voire de simples paroles d'ambiance. Et puis, Earth étant encore nettement inscrit dans la démarche rock, il est logique qu'on y trouve plusieurs textes, pas très clairs et donc pas très importants, et tous écrits par Richelle Dassin, fille de Jules et sœur de Joe. «We Were All Uprooted» présente un peuple... déraciné. Dans «He o», je suspecte une adaptation d'un texte religieux mais je ne suis pas assez calé là-dedans. Sur la deuxième face, «Let It Happen» propose de vivre sa vie comme elle vient, «My Face in the Rain» s'extasie sur la réflexion du visage dans la pluie. Enfin, « A Song » parle du désir d'écrire la chanson parfaite. Mais je dois préciser que tout ça est très poétique et donne très bien avec la musique, et c'est bien suffisant.

Musicalement, la deuxième face alterne les chansons conventionnelles et les morceaux d'ambiance. « Ritual » consiste essentiellement en des chants tribaux. « Let It Happen » est superbe, et est sans doute par défaut la meilleure chanson de VANGELIS – je précise que je distingue morceau et chanson. « The City », de simples bruits de ville s'ajoutant à des percussions martelées, fait le lien avec la ballade « My Face in the Rain », très douce et essentiellement électronique, et donc annonciatrice du futur de VANGELIS. « Watch out» revient à la contemplation de la première partie puis l'album se conclut avec « A Song » et son texte déclamé complété par une vocalise, un peu kitsch mais également tournée vers l'avenir.

Earth est donc l'album le plus hybride de VANGELIS, peut-être le plus aventureux dans son exploration du paysage sonore avec ce mélange d'instruments acoustiques et synthétiques. Si on ajoute à cela la simple qualité de l'écriture musicale, je pense qu'on a affaire à un authentique chef-d’œuvre oublié. En ce qui me concerne, je le préfère nettement à L'Apocalypse des animaux, trop tourné sur l'électronique pure à un moment où le compositeur ne maîtrisait pas encore totalement son matériel. Une dernière précision, j'ai classé ce disque en rock progressif par défaut... En fait, je suis d'avis que VANGELIS a toujours été très proche du mouvement progressif, que ce soit avec son groupe ou en solo. Son travail avec Jon Anderson le confirme d'ailleurs. Et pourtant, curieusement, alors qu'il y a des guitares et beaucoup de chant, Earth est une de ses œuvres qui me paraît le moins progressive... Décidément, rien n'est simple dans la classification musicale.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ARP2600 :


RUSH
A Farewell To Kings (1977)
Cette fois, rush devient vraiment progressif.




Peter HAMMILL
The Silent Corner And The Empty Stage (1974)
Un incontournable de l'art rock.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Vangelis O. Papathanassiou (claviers, percussion, flute, choeurs)
- Argiris Koulouris (guitares, flute, choeurs)
- Robert Fitoussi (basse, chant)


1. Come On
2. We Were All Uprooted
3. Sunny Earth
4. He-o
5. Ritual
6. Let It Happen
7. The City
8. My Face In The Rain
9. Watch Out
10. A Song



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod