Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Thin Lizzy, Electric Sandwich, Uriah Heep, Eloy, Led Zeppelin, Scorpions
- Membre : California Breed, Msg, Flying Colors, Gary Moore , Kansas, Rainbow, Billy Cobham , Tony Iommi , Black Sabbath, Captain Beyond, Who Cares, Blackmore's Night, Ian Gillan , Tommy Heart , Ozzy Osbourne
- Style + Membre : Glenn Hughes , Joe Lynn Turner , Warhorse, Whitesnake
 

 Site Officiel (618)
 The Deep Purple Appreciation Society (493)

DEEP PURPLE - Live In Montreux 1969 (1969)
Par TOMTOM le 14 Décembre 2011          Consultée 2828 fois

Dur exercice que la chronique d’un bootleg. Comment considérer un enregistrement à la prise de son souvent approximative, à la production inexistante, sorti des années après et par des maisons de disque n’ayant cure de l’appréhension de groupes à la gloire déchue ? Ces considérations étant, pourquoi s’en priver quand ledit enregistrement est foutrement bon et se paye même le luxe de la mention « officiel » ?

Au printemps 1969, alors que partout ailleurs dans les plaines d’Albion oiseaux et hippies gazouillent de leur plus beau timbre, Ritchie BLACKMORE entame la crise d’asociabilité la plus célèbre du monde de la musique. Out Nick SIMPER et Rod EVANS fin mai, place à Roger GLOVER et Ian GILLAN. Laissons LORD en finir avec sa blague Concerto For Group And Opera dont la chute tombe définitivement à l’eau le 24 septembre. Ce Live At Montreux arrive donc ici : une semaine après la prise de contrôle totale du groupe par l’homme en noir, quelques jours avant que le même taré n’entre en studio poser l’intro de « Speed King ».

Un document historique, donc. En témoigneront les versions de ladite « Speed King » (encore appelée « Kneel And Pray », au riff ralenti et où les cris sont là où manquent les dernières paroles) et de « Child In Time », toutes deux jouées comme si le Casino de Montreux s’était transformé en salle de répétition géante. Pas étonnant que la bâtisse s’écroule deux ans plus tard, vu le volume déployé par les cinq lascars qui allaient bientôt devenir « the loudest band in the world », détrônant par la même occasion BLUE CHEER dans le cœur de tous les freaks avides de décibels. Assurément, les fondations ont dû en prendre un coup…

1969, c’est aussi l’époque des instrumentaux déments, « Wring That Neck » et « Mandrake Root » (42 minutes à elles deux, et « Wring… » ici dans sa version ultime), exercices de haut vol mêlant hard, jazz, classique et amplis hendrixiens, une formule encore capable à l’époque de faire tripper deux ou trois hippies devant la scène. Monstrueuses joutes orgue/guitare en perspective, permises par une rythmique dopée au speed et dont la violence (BLACKMORE avait l’habitude de faire son cirque sur « Mandrake Root ») me laisse pantois… Marrant aussi, le riff de « Paint It Black » dynamité et servant de prétexte à un solo de batterie plus tard assuré par PAICE sur « The Mule ». « Hush » et « Kentucky Woman » sont quant à elles les dernières reliques des jeunes années de DEEP PURPLE, beaucoup plus couillues que leur interprétation studio par le Mark I, mais bientôt abandonnées pour laisser place aux titres futurs.

Un bootleg comme celui-ci (et comme je le disais, « officiel » de surcroît) c’est donc l’occasion d’admirer les bourgeons d’une des plus grandes machines live de l’histoire de la violence en musique, entre improvisations débridées et volume maximal, entre chansons bientôt laissées de côté et d’autres en pleine gestation. Quant à la prise de son, elle est ce qu’elle est. Ne vous attendez pas au son léché de Made In Japan ni à distinguer chaque note enfilée par Ritchie BLACKMORE. Ce « Live At Montreux » n’est pas là pour nous caresser les oreilles, la voix de GILLAN est sursaturée, le tout un brin foutraque, mais pour un enregistrement de l’époque cela reste globalement de très bonne qualité et reste largement recommandable, aux ultras fans de la période comme à ceux qui croient encore que Ritchie BLACKMORE était sain d’esprit.

A lire aussi en HARD ROCK par TOMTOM :


BLACK SABBATH
Sabbath Bloody Sabbath (1973)
Bagatelles pour un massacre

(+ 3 kros-express)



SPINAL TAP
This Is Spinal Tap (1984)
Trop beau pour être vrai.


Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
  N/A



- Ritchie Blackmore (guitare)
- Ian Gillan (chant)
- Roger Glover (basse)
- Jon Lord (orgue)
- Ian Paice (batterie)


- disc 1
1. Kneel And Pray
2. Hush
3. Child In Time
4. Wring That Neck

- disc 2
1. Paint It Black
2. Mandrake Root
3. Kentucky Woman



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod