Recherche avancée       Liste groupes



      
M. CONTEMP. / H. ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Koichi Sugiyama , Yasunori Mitsuda
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video
- Style + Membre : The Black Mages , Sq Series

Nobuo UEMATSU - More Friends (2005)
Par CHIPSTOUILLE le 18 Juin 2013          Consultée 944 fois

Par où commencer ? Ordre-contexte-historique… Attention ça va être long. Peut-être faut-il se contenter de dire que More Friends est un début ? C’est également une fin. En fait pour être honnête, j’ai un peu perdu le fil. Reprenons l’historique un peu… Fithos Liusec Wicos Vinosec dotait Final Fantasy VIII d’un dernier réenregistrement orchestral dédié à un seul jeu. Une dernière fantaisie plutôt réussie même si un peu gnan-gnan sur les bords, et puis, rien. Le neuvième se contentera d’un piano collections tardif, UEMATSU doit se partager les miettes de gâteau sur le dixième. Le onzième est le terrain de jeu de l’artiste, mais toujours pas de réinterprétation. Le cœur des fans, de toute façon, n’y est plus. Je vous passe les détails sordides concernant les musiques de Final Fantasy X-2 qui officialisera un divorce de 9 ans entre le musicien et sa série fétiche, jusqu’au « quatorzième » épisode en 2010.

Côté « arrange » donc, c’est encore plus complexe. Une compilation (Potion), puis un concert (20020220). Malheureusement rien de neuf à se mettre sous la dent. On aura surtout eu vent des BLACK MAGES, une parenthèse hard rock instrumental, dont le constat final est plus que mitigé. Pourtant, au pays du soleil levant, quelque chose se passe, 20020220 est un coup d’envoi pour un « Tour de Japon » qui gagnera un certain succès. Ce succès dépassera les frontières, et c’est en la personne d’Arnie ROTH qu’UEMATSU trouve un chef d’orchestre qui lui sied. S’en suivra une tournée aux USA, Dear Friends, dont l’anniversaire sera fêté à Los Angeles, sur ce More Friends, en 2005.

Ce live résume à lui seul ce travail dans l’ombre, cette maturation par la collaboration, dont UEMATSU avait bien besoin. Mais lorsque l’on attend depuis 6 ans un « arrange » dont Final Fantasy IX est encore aujourd’hui injustement délesté, un rapide coup d’œil à la liste des titres de Dear Friends ne donne guère envie. Beaucoup de déjà vu : Le thème d’Aerith, « One Winged Angel », « Melodies of Life », bof, « Don’t be Afraid », « Terra’s Theme », « Final Fantasy », pfff, le thème des chocobos, encore ? Et pourtant ce concert possède deux grandes qualités.

La première, et non des moindres, ce sont les « arranges » inédits. « Bombing Mission » est une entame géniale, la meilleure introduction musicale qu’un jeu, Final Fantasy VII, ait pu connaître : fanfare festive et grandiose et entrain communicatif. Un titre de cape et d’épée, trompettes et rythmiques, cette version orchestrale ressuscite le chef-d’œuvre. L’autre incontournable de cet album live, c’est « Maria & Draco », la scène d’opéra du sixième opus. Opéra est un bien grand mot, lorsque l’on sait qu’il ne dure que douze minutes et que les airs chantés sont finalement peu nombreux. Pour être tout à fait honnête, le côté un peu expéditif (légèrement moins que sur Distant World) des excellentes parties instrumentales intermédiaires ne saurait rendre tout à fait justice à l’ingéniosité dont avait fait preuve UEMATSU en 1994. L’original, tout électronique qu’il fût, était composé d’un ensemble de cycles aux transitions, soumises à l’interactivité avec le joueur, particulièrement travaillées. Cette version reste à ce jour la meilleure sur disque, malgré les trémolos toujours un peu trop appuyés de Stéphanie Woodling. Cependant « Maria & Draco » est une bénédiction. Elle permet enfin une lueur d’espoir, pour tous les déçus des Grand Finale, et surtout du Piano Collection. D’autres interprétations acoustiques de qualité des musiques de Final Fantasy VI sont donc possibles. De l’aveu du compositeur son meilleur travail. Je confirme.

La seconde qualité, c’est que sous la direction d’Arnie Roth, UEMATSU rentre dans la cour des grands. Fini l’orchestre du pauvre, la prise de son maladroite et l’adaptation malhabile. Le chemin parcouru depuis le Final Fantasy Symphonic Suite de 1989 a été chaotique et laborieux, mais il trouve ici enfin un digne successeur, meilleur même dans l’absolu. Les titres précités reprennent ainsi des couleurs, ce qui élève subitement l’intérêt de l’ensemble. Question orchestre l’effectif est satisfaisant, pas d’invention de dissonances et on se plaît même à apprécier le disque sous l’angle de l’interprétation, un vrai travail de pro. Au niveau prise de son, à la très rare exception des souffles sur le chant de « Melodies of Life », c’est impeccable. Précisons, à nouveau, qu’il s’agit d’un live : applaudissements, rires et acclamations sont de rigueur. Rare en classique, mais More Friends était également un spectacle visuel, ce qui peut agacer les perfectionnistes.

Mais j’oublie l’essentiel, car il est impossible de parler de More Friends en 2013 sans le comparer à Distant World, le faux jumeau studio de ce concert, paru 2 ans plus tard. On peut compter les bons points, mais cet enregistrement live souffre d’un défaut majeur, à savoir les titres interprétés par les BLACK MAGES, qui tranchent avec le reste. Le groupe s’écoute jouer sur un « The Rocking Grounds » décousu et, malgré son solo de guitare réussi, « Maybe I’m a Lion » est peu mélodique et traine en longueur. On pourra questionner ces choix. C’est surtout le manque d’homogénéité de l’ensemble qui laisse sceptique, défaut dont ne souffre donc pas Distant World. Fin d’un cycle de maturation chaotique, début d’une collaboration fructueuse, il y a un avant et un après More Friends. L’évaluation finale tente donc maladroitement d’équilibrer tous ces paramètres divergents. Il faut bien avouer que je ne lui connais pas de détracteurs. Le live étant légèrement plus difficile à acquérir que l’album studio, inutile de vous faire un dessin.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par CHIPSTOUILLE :


Nobuo UEMATSU
Distant Worlds (2007)
Vous dites ? Redite ?




Kamran INCE
Symphonie N°2 The Fall Of Constantinople (miller) (1994)
Une musique ambitieuse à la hauteur de l'évènement


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Rikki (chant)
- Emiko Shiratori (chant)
- The Black Mages
- Stephanie Woodling (soprano)
- Chad Berlinghieri (tenor)
- Todd Robinson (bariton)
- Csuf University Singers
- The World Festival Symphony Orchestra
- Arnie Roth (direction)


1. Opening - Bombing Mission [ffvii]
2. Aerith' Theme [ffvii]
3. To Zanarkand [ffx]
4. Don't Be Afraid [ffviii]
5. Terra's Theme [ffvi]
6. Swing De Chocobo [ff Series]
7. Final Fantasy [ff Series]
8. The Rocking Grounds [ffiii]
9. Maybe I'm A Lion [ffviii]
10. Suteki Da Ne [ffx]
11. The Place I'll Return Someday - Melodies Of Life [
12. Opera 'maria & Draco'
13. One Winged Angel [ffvii Advent Children]



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod