Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (313)

KISS - Creatures Of The Night (1982)
Par TOMTOM le 10 Octobre 2013          Consultée 2664 fois

J’ai toujours été frappé par la tolérance de toute une partie de la population envers les méfaits commis par Kiss entre 1979 et 1981. La question n’a jamais été d’être fan du groupe on non. La preuve : ce sont parfois les plus fanatiques qui relativisent le plus la médiocrité de la « trilogie de la honte » Dynasty-Unmasked-Music From The Trucmuche. Le chroniqueur plein de sagesse a, lui, trouvé sa voie depuis bien longtemps. En 1994, sur le premier album de Weezer, Rivers CUOMO s’était chargé, au détour d’un couplet, de résumer toute l’affaire : « I’ve got posters on the walls/My favorite rock group Kiss/I’ve got Ace Frehley, I’ve got Peter Criss/Waiting There For Me. » Trois ans plus tard, c’est bien une affiche de la tournée 76 que Daft Punk colle au dessus d’un bureau d’ado dans le livret de l’album Homework.

Alors laissons aux Enfoirés le soin de célébrer « I Was Made For Lovin‘ You » sans jamais oublier une chose : les années 79-81 avaient à jamais flingué le Kiss originel, le Kiss incisif et implacable, celui de Peter CRISS et d’Ace FREHLEY, celui que des millions de gens n’auront jamais honte de défendre.

Le lecteur attentif pourrait se demander : « Comment ce crypto-fasciste donneur de leçons peut-il accrocher quatre étoiles à Creatures Of The Night alors que ni CRISS ni FREHLEY ne jouent dessus ? » Justement parce que Creatures Of The Night finit de reléguer une fois pour toute Dynasty et le reste au rôle de parenthèse honteuse. Love Gun – Creatures of The Night, la succession eut été parfaite : même agressivité, même son parfait, même volonté d’enregistrer un foutu bon album.

D’une certaine manière, Gene SIMMONS et Paul STANLEY avaient dû remarquer qu’ils avaient fait fausse route pendant deux ans. Remarquez cette pochette : reprise de celle de Dynasty en beaucoup plus sombre, bad ass jusqu’au bout de la langue. Comme un retour no bullshit après les paillettes et les capes fluos. Lancez la galette et ça devient évident : le groupe qui faisait peur aux parents est de retour. Celui qui les faisait danser dans les discothèques vient de périr sous les assauts du heavy metal triomphant.

Entre nous, il était temps de se bouger : les eighties adoubant tour à tour Van Halen, Judas Priest, Maiden, bientôt le Crüe, il s’agissait de rattraper la locomotive hard pour ne pas perdre l’attention des kids. Ce n’est pas anodin si, pour remplacer Ace FREHLEY, liquidé par un cocktail alcool+drogue+mon-groupe-me-fait-chier, la paire SIMMONS/STANLEY fait appel à toute une batterie de gratteux biberonnés au metal (Van Halen himself avait fait part de son intention de rejoindre le Kiss nouveau). N’en retenons qu’un : Vinnie VINCENT, dont la seule guitare suffira à donner une odeur de souffre à la tournée 82.

Et puis il y a Eric CARR… Après avoir assuré le strict minimum sur Music bidule, le renard est lâché dans le poulailler. Pas de quartier : le mec défouraille à tout va, se paye un son de batterie parmi les plus violents jamais enregistrés (« I Love It Loud »), maltraite ses toms même jusque dans la ballade « I Still Love You » et dans un style que John BONHAM lui-même n’aurait pas renié. CARR aurait pu être la star ultime de cet album Si SIMMONS et STANLEY n’avait pas été en aussi grande forme. Pour s’en persuader, il suffit de se repasser le diptyque hystérique « Saint And Sinner »/ « Keep Me Comin’ ».

Restent tous ces titres incroyables que se paye Gene SIMMONS: « Killer », ce « War Machine » d’une lourdeur incroyable, le single « I Love It Loud »… Partout la basse est impeccable, aussi bien travaillée que les riffs et les solos. Alors bien sûr la recette s’essouffle de temps à autre : « Creatures Of The Night », « Danger » et « Rock And Roll Hell » sont beaucoup moins inspiré que le reste. A part ça, on tient avec Creatures Of The Night un très bon album, ni machine à tubes, ni exercice joué en roue libre. Un album qu’on réécoute toujours les crocs sortis, prêt à bondir sur tout ce qui bouge. Une boule de nerfs heavy metal à des années lumières de ce qu’a pondu le groupe au début des années 80. Et surtout, Creatures Of The Night sait comment le fan aime Kiss : LOUD.

A lire aussi en HARD ROCK par TOMTOM :


KYUSS
Blues For The Red Sun (1992)
L'été meurtrier




KYUSS
Welcome To Sky Valley (1994)
Au premier ampli, à droite.


Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
  N/A



- Paul Stanley (guitare, chant)
- Gene Simmons (basse, chant)
- Eric Carr (batterie)
- Ace Frehley (sur la pochette)
- Vinnie Vincent (guitare solo, choeurs)
- Bob Kulick (guiare solo sur 'danger')
- Robben Ford (guitare solo sur 'rock and roll hell' et 'i still )
- Steve Farris (guitare solo sur 'creatures of the night')


1. Creatures Of The Night
2. Saint And Sinner
3. Keep Me Comin'
4. Rock And Roll Hell
5. Danger
6. I Love It Loud
7. I Still Love You
8. Killer
9. War Machine



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod