Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUITS  |  STUDIO

Commentaires (25)
Questions / Réponses (2 / 16)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Velvet Underground , John Cale , Lou Reed And John Cale , Metallica, Antony And The Johnsons

Lou REED - Metal Machine Music (1975)
Par MANIAC BLUES le 27 Novembre 2010          Consultée 5586 fois

A Guantanamo, ils diffusent du rock à longueur de journée dans les cellules pour casser les dernières résistances psychologiques des détenus. Le rock, ça peut vous briser un homme. Certains sont même proches du suicide à force d'écouter « We Will Rock You ». Et si les gardiens passaient en boucle Metal Machine Music, qu'est-ce que ça donnerait à votre avis ? Tous les prisonniers seraient matés, morts moralement, au bord du suicide au bout de cinq heures, préférant mille fois mourir que d'entendre encore une minute de plus cet enfer musical. Musical est même un bien grand mot. Le Music du titre ressemble plutôt à une énième provocation de la part de Lou Reed. Quatre faces de bruit : voilà ce qu'ont découvert les fans de Lou Reed en 1975 croyant d'abord tenir entre leurs mains le nouveau chef d'oeuvre du new-yorkais. Bien mal leur en a pris d'avoir acheté cet instrument de torture que seuls des masochistes ou à la rigueur des drogués peuvent apprécier.

Lou Reed est un extrémiste du rock. Rien ne l'arrête, rien ne lui fait peur, il ose tout, expérimente aussi bien les drogues dures que de nouveaux concepts jugés aujourd'hui avant-gardistes. C'est au fond du trou et saturé de drogues que Lou reed a crée ce monstre composé de bruits électroniques, de bandes trafiquées et de diverses expérimentations. Lou Reed a même affirmé avoir juxtaposé de courts extraits de musique symphonique comme la Cinquième de Beethoven ce qui est finalement difficile à vérifier.

Metal Machine n'est en fait pas spécialement novateur. On peut par exemple rapprocher MMM de la musique concrète et électroacoustique de Pierre Schaeffer. En outre, le new-yorkais n'a fait que pousser à son paroxysme ce qu'il avait déjà entrepris avec le Velvet Underground : sauf que ce qui était encore de la musique s'est transformé en une bouillie sonore informe n'ayant ni queue ni tête. Le travail de Lou Reed se résume en effet à un néant artistique qui ne témoigne d'aucune recherche musicale particulière. C'est un peu comme si un grand peintre avait pris un pot de peinture et l'avait jeté sur une toile. Il y aura toujours quelques hypocrites pour dire qu'il s'agit d'un chef d'oeuvre, d'un coup de génie, de l'affirmation de la liberté artistique et je ne sais quoi encore : NON! MMM est la négation même de la musique, le rejet de l'art, l'avilissement du rock à son point le plus bas.

Lorsque Lou Reed se présente chez RCA tel un cadavre ambulant avec le fruit de son travail entre les mains, il sait très bien qu'il va être à l'origine d'un joyeux bordel. Quand il voit la tête de ses patrons qui écoutent avec stupeur les quatre faces inaudibles de MMM, il s'excuse même pour aller exploser de rire aux toilettes. Sacré Lou Reed! Le patron de RCA a des sueurs froides quand ce dernier l'oblige à faire paraître cette bombe à retardement. Avec arrogance et un malin plaisir, le new-yorkais a mis tout le monde K.O. : ses fans et sa maison de disque qui a du retirer MMM du marché au bout de trois semaines.

Beaucoup de monde s'est emmêlé dans la toile d’araignée que Lou Reed a tissé avec une certaine ironie. D'une interview à l'autre, il n' a cessé de se contredire, brouillant les cartes afin de faire rentrer un peu plus MMM dans la légende. Certains affirment que MMM symbolise toute la liberté dont pouvaient jouir les artistes à l'époque, liberté qui semble impossible aujourd'hui. Cela n'était vrai qu'à partir du moment où l'artiste en question bénéficiait d'un certain succès, ce qui était le cas pour Reed. Les pieds et poings liés par un contrat laissant une trop large marge de manœuvre à son artiste, RCA a sous doute espéré que le nom de Lou Reed et une pochette affriolante suffiraient à faire vendre un certain nombre de copies. En ce sens, ce disque est une arnaque.

Mais est-ce que Lou Reed a vraiment voulu se moquer de ses fans? De son public hard-rock peut-être, mais certainement pas de la terre entière. Une oeuvre d'art n'existe vraiment que si elle est partagée avec un auditoire, aussi rare soit-il. Ce n'est qu'en concert que la musique prend réellement tout son sens. C'est pourquoi, Lou Reed a joué MMM avec son Metal Machine Trio en France en avril 2010. Cette volonté de produire sur scène ce monstre et de partager son oeuvre avec un public (aussi dingue que Lou Reed) prouve sans doute qu'il ne s'agit pas d'une simple supercherie mais d'une oeuvre qui a été conçue avec une conviction suicidaire et beaucoup de provocation. MMM n'est rien d'autre qu'une expérience amusicale, nihiliste et insupportable visant à détruire tous les codes établis. D'une certaine manière, MMM est le disque le plus punk qui n'ait jamais été créé. Lou Reed prouve également qu'expérimenter en rompant avec toute tradition ne peut qu'aboutir à une oeuvre vide, sans âme, stérile. Cependant, certains artistes comme Sonic Youth ont revendiqué la qualité de MMM. Commme quoi, même les musiques les plus insupportables à l'oreille trouvent un public.

MMM fait encore couler beaucoup d'encre aujourd'hui. Lou Reed a donc réussi à merveille son coup de provoc'. Il reflète en tout cas l'état physique et psychologique déplorable de l'américain dans les années soixante-dix. En 1972, le new-yorkais chantait brillamment « I'm So free ». En 1975, il prouve en effet qu'il a même la liberté de faire n'importe quoi. Tant mieux pour lui, tant pis pour nos oreilles.

A lire aussi en DIVERS :


IONA
Woven Cord (1999)
Live avec orchestre




THESE NEW PURITANS
Hidden (2010)
La guerre est déclarée


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
   JOVIAL
   PINHEAD
   RED ONE
   TARTE

 
   (5 chroniques)



- Lou Reed (bruits, sons...)


1. Metal Machine Music, Part 1
2. Metal Machine Music, Part 2
3. Metal Machine Music, Part 3
4. Metal Machine Music, Part 4



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod