Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Céline DION - All The Way...a Decade Of Songs (1999)
Par BAKER le 29 Mai 2019          Consultée 150 fois

Céline DION est probablement une des artistes les plus compilées au monde. L'une des raisons, et non des moindres, étant que ses premiers albums français n'ont jamais été édités de façon officielle ailleurs qu'au Québec et donc ont été charcutés/volaillés dans moultes compiles plus ou moins douteuses, le pire étant la très célèbre "Gold volume 2" présentant l'album Incognito dans son intégralité et dans l'ordre. L'une des autres raisons, c'est son catalogue conséquent, dans deux langues qui plus est. En France, sans nul doute la plus importante est la très belle "On ne change pas". Mais en 1999, alors que la miss débute un hiatus vital, c'est la compil All The Way...A Decade (8 ans, à une vache près) of Songs qui fera office de "canon" du genre. Pour le meilleur et pour le pire.

Ne tournons pas autour du pot, en tant que compile de Céline DION, c'est à chier. Passons sur le fait qu'en Tarjeant le français, le public est privé de quelques bijoux, mais bon, c'est le jeu ma pauvre Lucette ; en revanche, que l'album Unison soit totalement absent, c'est d'un crétinisme fini. Après tout, ce n'est QUE son second meilleur album et "Where Does my Heart Beat Now" a juste été un petit peu le single qui l'a révélée aux USA, mais bon, c'est pas si grave. Il vaut mieux à la place mettre "To Love You More", mignonne mais aussi transparente que sur album, ou encore mieux, "I'm Your Angel" en duo avec R KELLY. I'm your angel. Sur un best-of. A la place de "Where Does". Vous vous foutez de moi, Bohort !

Et puis, c'est connu, Céline est une chanteuse de chansons d'amour, alors hop, on va en mettre. Plein. Enquillées comme des poivrons sur une brochette. Et brickwallées, tant qu'à faire, on est 1999, faut vivre avec Montand (sourd comme impôt) ! Donc si "The Power of Love" débute la compil de façon pas plus mauvaise qu'une autre, le reste des ballades s'écroule. "If You Asked Me To" en seconde position ? Non seulement c'est stupide, mais foutre en seconde position une chanson que plusieurs millions de spectateurs connaissent en tant que générique de fin, eh bien... outstanding move ! "Because You Loved Me" reste jolie mais le brickwall booste les infrabasses qui vous tournebouleront l'anus (ce qui est peut-être le but de la chanson, mais APRES l'écoute, pas PENDANT), "My Heart Will Go On" retrouve le même status que sur l'album de 97, à savoir qu'elle est aussi paumée au milieu de l'océan que DiCarpaccio l'anachorète sur son frêle esquif Ben & Jerry's. Bon, au moins, vous l'aurez, cette chanson.

Et "Beauty and the Beast" ? Troisième ballade de suite, brickwall, c'est pas compliqué, c'est pas la rose qui se fane, c'est Gaston qui détruit le château. Hans ! Get ze flammenwehrfer ! Quant à "It's All Coming", on rentre dans le domaine du burlesque, avec l'intro si charcutée qu'elle donne l'impression que Céline rentre dans ta chambre à coucher telle un vampire en hurlant "REPENTANCE, VILS DEMONS COPULATOIRES !". Et faut voir comment ils ont raccourci le pont : c'est bien simple, s'il n'y avait pas le lyrisme de Roy Bittan, on se croirait dans un épisode de Spectroman. Seule, bien seule, "Love Can Move Mountains" relance le nourrin de façon éclatante. A noter que c'était déjà son job sur l'album de 96.

Donc en tant que best-of d'une artiste, c'est très décevant, pour rester poli. Mais en tant que best-of avec inédits ? C'est là que ça se gâte, les croquants : Céline n'a pas hésité à mettre SEPT inédits, soit presque la moitié du CD. Ce qui n'a pas manqué d'ailleurs de faire râler certains fans. Mais valent-ils le coup ? Là, ça devient drôle : oui, carrément. Meilleur titre, et accessoirement gros tube, "That's The Way" est une gâterie pop-électro entre mélodie à la MORODER et prod' très à la mode, une réussite, qui mérite clairement de figurer sur un best-of - chose très rare avec les inédits. "If Walls Could Talk" n'est qu'une ballade gentille sans grand intérêt, mais son pont totalement foutraque entre électro barrée et big rock est loin d'être déplaisant. Calmant le jeu, "The First Time Ever I Saw Your Face" sera reprise sur l'album Miracle, sauf qu'ici elle fonctionne mille fois mieux ! Sa douceur diaphane brille de mille feux, là où sur Miracle elle passait aussi inaperçue qu'un chèque en bois dans un banquet municipal.

"Then You Look At Me" est aussi une ballade gentille, sauf que déjà elle n'est pas accordée en 440, donc elle attire habilement l'oreille, et les interventions de l'orchestre la rendent par moments super-épique. James HORNER dans toute sa gloire ! "I Want You to Need Me" donne dans le grandiloquent : ce n'est pas une ballade, mais une POWER ballade, et ça fait tout son sel, avec ce petit côté "fin". Double fin puisque Céline se fend d'une reprise en anglais de Notre-Dame de Paris où les harmonies sont assez délicieuses. Seul, le duo virtuel "All the Way" avec Frank SINATRA est un ratage, pas honteux mais qui ne fonctionne pas du tout, le mariage de la carpe et du lapin. Sans compter que les duos avec les morts, c'est facile : ils ne peuvent pas refuser !

Difficile donc de juger cet album. Si vous recherchez un best-of de la dame, déjà il sera forcément très incomplet (tous le sont), et il est aussi mal branlé qu'un ânon mort-né. En revanche, c'est assez paradoxal, mais "All The Way" est le meilleur semi-album de Céline DION ! Et le pire, c'est que la partie "inédits" est plus variée et mieux conçue que la partie tubes, et ça, c'est la lose terminale. La note devrait donc être moyenne, pour rester mathématiquement étanche, mais nous pencherons du côté généreux, pour la raison toute simple que ce disque désormais obsolète, comme toute compile, se trouve facilement à un prix très raisonnable pour 7 inédits dont 6 bons.

Sauf si vous êtes millionnaire, auquel cas vous apprendrez que ce disque existe également en SACD multi-canal qui est 1/ très cher et assez rare (ou assez cher et très rare), 2/ parait-il tout à fait sympathique, et 3/ rassurez-vous, le brickwall est tout aussi atroce, sauf qu'au lieu de vous flinguer deux enceintes, il vous en flingue six.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par BAKER :


Tim CURRY
Simplicity (1981)
Le clown de ca fait de la variété, et bien !




Giorgio MORODER
Solitary Men (1983)
Le superflu a parfois du bon !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. The Power Of Love
2. If You Asked Me To
3. Beauty And The Beast
4. Because You Loved Me
5. It's All Coming Back To Me Now (radio Edit)
6. Love Can Move Moutains
7. To Love You More
8. My Heart Will Go On
9. I'm Your Angel
- inédits
10. That's The Way It Is
11. If Walls Could Talk
12. The First Time Ever I Saw Your Face
13. All The Way
14. Then You Look At Me
15. I Want You To Need Me
16. Live (for The One I Love)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod