Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Céline DION - D'elles (2007)
Par BAKER le 13 Juin 2019          Consultée 147 fois

Il y a eu D'Eux. Féminisme oblige, Céline DION nous vendra également D'Elles. Un album basé sur des textes exclusivement écrits par des femmes. Pourquoi pas, nonobstant le fait qu'être écrit par une femme ne signifie pas automatiquement être de qualité, comme ce sera plusieurs fois le cas ici. Mais au-delà de ce concept intéressant, D'Elles souffre d'une certaine schizophrénie. Comment faire aboutir un projet mettant en valeur la force des créations féminines tout en voulant conserver le côté romantique et sensuel, mais en réfutant tout sentimentalisme à deux balles, le tout en réutilisant les musiciens des derniers albums français, mais avec en ligne de mire la réalisation d'un album anglo-saxon virant vers le heavy rock ?

Bref, un calvaire de foutoir, tabarnak !

D'Elles est donc un disque un peu malade du cholestérol, mais aux entournures, pas de façon franche, du moins pas dans ses deux premiers tiers. On pourra même trouver de bonnes choses dans ce qui s'apparente à une mise à jour plus musclée, plus électro mais pas totalement hors de propos, de "Gangbang". Le single d'ouverture met les points sur les i : c'est opératique, mélodique, avec un son assez gros bien qu'un peu sur la réserve, et les choeurs font largement plus penser à NIGHTWISH qu'à "J'irai où tu iras". Et ce côté moderne à tout prix n'est pas si ennuyeux que ça. La pop/rock à la TEXAS des "Paradis" passe bien, tout comme la techno bourrine de "A cause", qui est si putassièrement vulgaire qu'elle finit par remporter l'adhésion, à grands coups de strings proto-disco d'un goût particulièrement douteux. On dirait plus du ZAHO que du Barbra STREISAND, mais pourquoi pas ?

Deux premiers tiers qui passent correctement donc. Ca ne vole pas forcément très haut, des chansons comme "Immensité" ou "Si j'étais quelqu'un" sont écoutables sans avoir non plus la force nécessaire, un peu rabotées. "La diva", ballade hommage à la CALLAS, n'est pas non plus repoussante, même si elle possède un côté prétentieux qui lui colle à la peau (et elle n'est pas aidée par sa transition avec "Femme comme chacune" qui est copieusement minable). En réalité, parmi toute cette débauche de moyens, la meilleure chanson est "Je cherche l'ombre", douce, gaélique, avec un petit côté progressif et mystique, une merveille mineure (que, j'espère, notre ami Marco aura eu le loisir d'apprécier !).

Ca aurait donc pu être, tout comme Taking Chances, un album correct de Céline DION, voire plutôt bon, avec un mélange intéressant de ballades agréables et de rock plus fouillé. Mais à partir de "Je ne suis pas celle", une énième chanson larmoyante sur le thème je-suis-une-femme-comme-les-autres (moi et ma demi-douzaine de résidences secondaires), ça s'écroule inexplicablement. Enfin si, explicablement : à force de bons sentiments, ça patauge. "Le temps qui compte" n'a pas la puissance attendue. "Berceuse" qui clôt l'album a été formellement identifié par Venkman : c'est le salaud qui l'a tout englué. "Maman t'aime" répété TREIZE FOIS en deux minutes trente, c'est au-dessus de mes forces, tendresse (mode Poclain) ou pas.

Un petit mot sur "Lettre de George Sand", le titre qui plombe définitivement le disque, et par-delà son concept. C'est du grand n'importe quoi, une mélodie Royco aux 5 champignons rafistolée à la Bricoflex pour soutenir un texte qui n'est ab-so-lu-ment pas fait pour ça. Le résultat est si ridicule qu'il en est, après plusieurs écoutes difficiles, gênant, honteux. Elle réciterait un manuel d'installation de serveur Oracle qu'on ressentirait la même émotion. C'est clairement le point le plus faible d'un disque parti sur une fausse bonne idée et tourne un peu trop vite en rond. La preuve ? La meilleure chanson de cette seconde partie est "On s'est aimé à cause". A cause, encore ? Oui, et pour... cause (hu hu hu hu), c'est la même, arrangée très différemment (cette version ballade folk est d'ailleurs meilleure et une des dernières vraies bonnes chansons de Céline).

Classe dans sa version digipak, très prétentieux et heureusement pas exécrable, D'Elles est un album bancal qui essaie des choses tout en tentant de ne pas dépasser l'eau tiède. Peu de choses sont à mettre au ban de l'infamie, et c'est malheureux mais les fautes de goût stylistiques deviennent quasiment attendues, on n'y fait presque plus attention. Ce n'est donc en aucun cas un album essentiel pour découvrir l'univers de DION, mais les plus coûlants d'entre vous pourront éventuellement se laisser tenter : deux chansons quatre étoiles, ma foi, on a connu pire.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Eddy MITCHELL
Le Cimetière Des éléphants (1982)
Et si abandonner le rock avait été sa salvation ?




Eddy MITCHELL
Seul (1966)
Le premier vrai tournant de sa carrière.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Céline Dion (chant)
- David Gategno (claviers, prog, guest)
- Emmanuel Guerrero (piano)
- Thierry Blanchard (claviers, prog)
- Erick Benzi (claviers, prog,choeurs)
- Tino Izzo (claviers, prog, guitare, basse)
- Patrick Hampartzoumian (prog)
- Jacque Veneruso (guitare, choeurs)
- Michel Aimé (guitare)
- Gildas Arzel (guitare, basse)
- Nicolas Mingot (guitare)
- Laurent Vernerey (basse)
- Jean-marc Haroutiounian (basse)
- Zizou Sadki (basse)
- Christophe Deschamps (batterie)
- Laurent Coppola (batterie)
- Mario Telaro (batterie)
- Hervé Cavelier (violon)
- Caroline Collombel-damas (violon)
- Claire Lisiecky (violon)
- Florene Veniant (violon)
- Caroline Lasfargues (violon)
- Nathalie Carlucci (alto)
- Constance Schacher (alto)
- Cécile Brillard (alto)
- Vanessa Menneret (alto)
- Cyril Guignier (alto)
- Florence Hennequin (violoncelle)
- Carla Antoun (violoncelle)
- Delphine Elbe (choeurs)
- Sandrine François (choeurs)
- Paris Pop Orchestra (cordes)
- Orchestre Phlharmonique De Prague (orchestre)


1. Et S'il N'en Restait Qu'une
2. Immensité
3. A Cause
4. Je Cherche L'ombre
5. Les Paradis
6. La Diva
7. Femme Comme Chacune
8. Si J'étais Quelqu'un
9. Je Ne Suis Pas Celle
10. Le Temps Qui Compte
11. Lettre De George Sand à Alfred De Musset
12. On S'est Aimé à Cause
13. Berceuse



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod