Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Céline DION - S'il Suffisait D'aimer (1998)
Par BAKER le 24 Mars 2019          Consultée 286 fois

Allez, on va l'avouer, ç'aurait été con de ne pas profiter du momentum... Qu'on l'aime ou pas (moi pas), "D'eux" est l'album francophone de chanson le plus vendu dans le monde. Na.

Bon, ce n'est pas l'album FRANCAIS le plus vendu dans le monde, icelui le dépassant de quelques millions mais n'ayant pas de paroles. Que de la musique. Vous savez, le truc qui... que... qu'on... bref. Oubliez, c'est trop vieux. Déjà que l'album dont je vais vous causer dans le poste...

Parce que oui, SSDA (quel acronyme empli de sensualité) n'est sorti que trois petites années après D'Eux. Et on ne peut pas dire que la mère DION ait chômé entre temps (ah ça, c'est pas elle qui serait refusée par Pole Emploi...) ; deux albums anglais remplis jusqu'à ras-bord, plus un autre album de Noël en préparation. En tout, presque 220 minutes de musique en 36 mois : joli palmarès. Et il faut donc rajouter ces 50 minutes qui se sont, elles aussi, bien vendues. très bien. Pas tout à fait autant que le précédent, et c'est dommage.

C'est dommage, parce que SSDA (non, ce n'est pas un nouveau système de sauvegarde automatique de disques durs) est clairement, très clairement, "D'eux" version 2.0. La même chose, mais mieux, mieux produite, mieux composée, mieux tout quoi. Mieux produite ? MORRICONE a écrit l'adieu au colonel, GOLDMAN signe l'adieu au général. Midi, de son petit nom. Si SSDA (non, ce n'est pas une pratique sexuelle fétichiste déviante) n'a pas la luxuriance de Unison ou Falling Into You, il reste tout à fait correct et met très bien en valeur les musiciens. Tison, Arzel, Da Costa, Landau, Hardouin, ça va aller merci. Mieux composée ? On retrouve tous les "tics" de GOLDMAN, mais les bons : les riffs de synthé 80s (l'anecdotique "Zora sourit", l'excellent pont avec strings synthétiques de "En attendant ses pas", le synthé qui pique très fort sur "Dans un autre monde"), mais surtout les transposes à la con. Il y en a, des transposes à la con, dans ce disque. Une bonne grosse vingtaine. Aucune ne choque.

Pourtant, le titre d'intro laisse présager du pire : "Je crois toi" partage beaucoup d'éléments avec "Pour que tu m'aimes encore", y compris un texte d'une teneur poétique cruelle et Hegelienne dans son essence : "ce froid si froid". Mais au final, ce titre intrigue carrément, se montre réussi malgré son côté extrêmement tarabiscoté (transposes partout, final en mode déliquescence, sans compter un pont avec lent solo de synthé qui fait irrésistiblement penser à... IQ !!!). Le reste du disque se montre à son image : pas parfait, mais avec de très solides arguments.

Des chansons mélodiques, très mélodiques, irrésistibles à ce niveau. "On ne change pas" malgré des arrangements un peu creux, "En attendant ses pas" qui fait mouche direct. Des chansons où les arrangements se montrent malins, bien faits : "Terre" en mode rock grandiloquent tout à fait correcte, "Dans un autre monde" qui fricote avec le hard boogie, "Tous les blues" qui joue à fond une carte risquée, à savoir la power ballad heavy blues à la Gary MOORE avec toutes les figures imposées du style, y compris de succulents choeurs féminins. Opportuniste ? Oui, mais carrément réussi. Pour moi, c'est l'essentiel.

L'album n'est pas exceptionnel, n'allons pas jusque là. Régulièrement il est un peu rabaissé par quelques titres corrects sans plus : "Je chanterai" cucul et un peu paresseuse malgré les éléments gospel, "L'abandon" un peu vide et qu'on jurerait sortie d'un album de 83/85 (...de Céline, bien sûr !), et puis le cas de conscience "Sur le même bateau". Au niveau texte, on est entre "Plus près des étoiles" de GOLD et... Titanic, ben tiens ! Céline en joue, c'est sur la corde raide. Musicalement, ça n'a ni la puissance de GOLD ni le mielleux de HORNER, et bien que GOLDMAN tente le gros choeur grandiloquent à la "Rouge", ce sont les bruits de chalutier qui forment l'essentiel de son intérêt.

Ceci dit, bien que globalement bon, "S'il suffisait d'aimer" brille surtout dans un domaine dans lequel, à force de s'y enterrer, Céline n'était au final plus vraiment attendue : la ballade pure et dure faite pour la voix et que pour la voix. Curieusement, ce seront les deux meilleurs titres. "Papillon", extrêmement mélodique, donne dans le grandiose avec une poussée de fièvre vocale à en détruire les tympans, tandis que le morceau-titre qui clôt intelligemment l'album se montre tout en douceur. Deux chansons complémentaires qui prouvent qu'une mélodie solide est la première des armes fatales.

Connu et plutôt apprécié, SSDA (non, ce n'est pas un protocole d'hormono-thérapie) ne sera pas autant porté aux nues que son grand frère. Il lui est pourtant supérieur à tous les niveaux, et il s'agit d'un album dont Céline n'a franchement pas à rougir, bien que composé d'un tiers de titres moins percutants. Une certaine forme de classicisme racé, à la CABREL ou HARDY, lui donne une certaine intemporalité qui mène à ce paradigme délicat, voire douteux, mais pas insensé : SSDA est peut-être le dernier vraiment bon album de Céline DION, son chant du cygne. Il y a pire comme façon de terminer une décennie, et même un siècle. Elle fera après ce très bon CD (et désormais double vinyl classe) sa première vraie pause, le temps de faire un enfant, activité ô combien glorifiante mais qui ne suffira pas à l'éloigner définitivement des studios. Comme disait René : s'il suffisait qu'on sème...

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Alain CHAMFORT
Impromptu Dans Les Jardins Du Luxembourg (dvd) (2005)
Concept culotté, concert génial, Alain réhabilité.




Lara FABIAN
Carpe Diem (1994)
Maître mot : efficacité


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Céline Dion (chant)
- Luc Bertin (piano)
- Mitch Daughton (guitare)
- Gildas Arzel (guitare)
- Jean-jacques Goldman (guitare)
- Michael Landau (guitare)
- Patrice Tison (guitare)
- Michel Alibo (basse)
- Yannick Hardouin (basse)
- Catherine Bourgeat (violon)
- Karen Brunon (violon)
- Pascale Jaupart (violoncelle)
- Raphaël Pidoux (violoncelle)
- David Théodore (hautbois)
- Paulinho Da Costa (percussions)
- Carole Fredericks (choeurs)
- Yvonne Jones (choeurs)
- Maria Popkiewicz (choeurs)
- The London Studio Orchestra (orchestre)
- Choeur De Radio France (chorale)
- Les Chérubins De Sarcelles (chorale)


1. Je Crois Toi
2. Zora Sourit
3. On Ne Change Pas
4. Je Chanterai
5. Terre
6. En Attendant Ses Pas
7. Papillon
8. L'abandon
9. Dans Un Autre Monde
10. Sur Le Même Bateau
11. Tous Les Blues Sont écrits Pour Toi
12. S'il Suffisait D'aimer



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod