Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL/POP/DISCO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Michael Jackson , Marvin Gaye , Lionel Richie , Donna Summer
- Style + Membre : Chic

Diana ROSS - Baby It's Me (1977)
Par DERWIJES le 12 Octobre 2019          Consultée 322 fois

Avez-vous noté la différence de ton entre cette pochette et les précédentes ? Ici Diana ROSS apparaît beaucoup plus sensuelle qu’à l’accoutumée, avec cette pose provocatrice dans cette belle robe sous cette lumière crue. C’est qu’elle évolue dans le monde : de star de la chanson, elle devient la superstar, la diva que l’on connaît aujourd’hui. Finit donc de la présenter sous son visage le plus humain, dorénavant elle doit apparaître comme une femme fatale, l’incarnation-même de la féminité. Le sexe fait vendre, voilà tout !

Vous me direz qu’en matière de ventes d’albums elle n’a pas vraiment à se plaindre, elle qui sort tout juste de sa grosse tournée An Evening with Diana Ross, sorte de concert/one-woman show lui ayant valu un Tony. La voilà qui retourne déjà en studio pour enregistrer un autre album. Là-bas, l’y attendent le patron de la Motown Berry GORDY et Richard PERRY, le gars qui a produit l’album solo de Martha VANDELLA au succès d’estime, mais son travail a tellement plu à Perry qu’il a décidé de le faire travailler avec sa poulaine favorite.
Pour la première depuis 1971, il n’y a qu’un seul producteur aux manettes, et cela permet d’apporter à l’ensemble une cohésion qui manquait aux albums précédents. Perry et Ross décident ensemble de leur but : enregistrer un disque qui donnera envie aux gens de faire l’amour. A F.P. on leur avait bien proposé de mettre Erwin sur le coup mais ils nous ont répondu que les résultats n’auraient pas étés tout public. Pfff !

Des albums d’amour, le collègue Marvin GAYE en a déjà sorti deux : Let’s Get It On en 1973 et I Want You en 1976. Ce sont des albums plus sexuels que sensuels. Le côté sensuel, c’est Diana qui s’en occupe ici, en y rajoutant une bonne dose de guimauve. Alors, c’est sûr que si vous me demandiez de choisir entre Baby It’s Me et Let’s Get It On pour une nuit de folie je choisirais toujours le Requiem de MOZART (effet garanti ou remboursé !), mais Diana ROSS a une arme fatale dans sa poche : Stevie WONDER !
Les deux se connaissent depuis longtemps, les SUPREMES avaient même été les premières à reprendre ses chansons alors qu’il venait tout juste d’entrer dans l’écurie Motown. Pour l’occasion, il lui écrit « Too Shy To Say », et franchement, du Stevie WONDER chanté par Diana Ross, ce n’est pas recommandé aux diabétiques mais c’est quand même pas dégueu. Un coup d’œil au line-up dans le livret nous apprend que le charmant jeune homme qui tient ici les synthés n’est autre que James NEWTON HOWARD, futur compositeur hollywoodien à succès sur le point de rejoindre Elton JOHN après avoir composé la partie de cordes de « Don’t Go Breaking My Heart ». Ça vous la coupe hein ? Non ? Bon bah on continue alors.

Du côté des singles, la Motown prit son temps avant de se décider pour « Getting Ready For Love », titre qui fit un effet bœuf lorsqu’il fut joué pour la première fois pendant la fête d’anniversaire de Smokey ROBINSON, ce qui n’est guère surprenant vu que le mélange de soul, de jazz et de pop du morceau est taillé pour le succès.
Manque de pot, le single sort en Octobre alors que l’album est sorti en Septembre. Les DJs, eux, n’ont pas perdu de temps et ont choisi de passer « Your Love Is So Good For Me ». Ce morceau aux oripeaux disco connaît un bon succès dans les discothèques et finit par faire de l’ombre aux ventes de « Getting Ready For Love ».

Musicalement, l’album est donc plus concentré que ses prédécesseurs. Finies les excursions dans le blues ou le music-hall, on resserre le son et on reste sur un mélange de jazz, de pop et de soul. Surtout de la soul, historiquement les gens font plus facilement l’amour sur Otis REDDING que sur John COLTRANE (quoiqu’il existe sûrement une catégorie de personnes capables de d’être excitées par Ascension). Diana reste en terrain connu et se défend avec aise, livrant une série d’excellentes performances vocales. Elle profite aussi de la popularité naissante du smooth jazz sur « Top of the World » dans une imitation d’Al JARREAU et de Georges BENSON. Aucun risque n’a été pris, nous sommes dans une zone de sécurité. On sent pourtant poindre sur quelques morceaux, notamment ce fameux « Your Love Is So Good For Me », une envie de se libérer de la soul traditionnelle de la Motown pour s’évader vers de nouveaux horizons funk ou disco. Souvenez-vous de « Love Hangover » sur l’album précédent qui avait assuré à Diana une bonne place dans les charts disco.

Ce tiraillement crée une frustration au sein du disque. On a envie d’entendre plus de ce nouveau son, mais l’on se contente de ce qui a déjà été fait une centaine de fois : c’est bien fait, je serais hypocrite de dire que « The Same Love That Made Me Laugh » (emprunté à Bill WITHERS) me laisse de marbre, mais il est temps que Diana décide enfin sur quel pied danser.

Note finale : 3.5/5, arrondie à 3/5 à cause de l’aspect très consensuel de l’ensemble.

A lire aussi en SOUL par DERWIJES :


Diana ROSS
The Boss (1979)
C'est qui le patron ?




Diana ROSS
Why Do Fools Fall In Love ? (1981)
Du disco, de l'aérobic et un brin de Gene Simmons


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. Gettin' Ready For Love
2. You Got It
3. Baby It's Me
4. Too Shy To Say
5. Your Love Is So Good For Me
6. Top Of The World
7. All Night Lover
8. Confide In Me
9. The Same Love That Made Me Laugh
10. Come In From The Rain



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod