Recherche avancée       Liste groupes



      
SMOOTH JAZZ VOCAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Michael Jackson , Marvin Gaye , Lionel Richie , Donna Summer
- Style + Membre : Chic

Diana ROSS - Blue (2006)
Par DERWIJES le 3 Janvier 2020          Consultée 474 fois

Officiellement Diana ROSS a pris sa retraite en 1999, à la sortie de son 23ème album solo Every Day Is A New Day. Lassée des manigances internes à la Motown et de ne plus avoir le même succès qu’à ses débuts, elle décida de se retirer du show-business pour se concentrer sur sa vie familiale. Le début du nouveau millénaire la présenta sous deux visages : Docteur Diana, celle qui reçoit toutes les récompenses et honneurs imaginables pour sa carrière, et Mrs Ross, celle qui, pendant les concerts réunions des SUPREMES, n’hésite pas à pousser et humilier ses collègues pour rester sur le devant de la scène, qui se fait arrêter au volant alors que son sang contient plus de drogues que de globules, et qui tyrannise ses aides. Pendant que Dr. Diana enchaîne concerts hommages et commémoratifs applaudis, Mrs. Ross est la coqueluche des tabloïds qui l’érigent en caricature de la diva insupportablement arrogante.

Survient alors George SOLOMON. Il est producteur pour la Motown et décide, un beau jour, de descendre aux archives. Là-bas il y trouve pléthore d’enregistrements de Marvin GAYE, et alors qu’il commence à les trier il tombe sur un petit trésor : un enregistrement non publié de Diana ROSS. Une seule écoute suffit à le convaincre du potentiel commercial de cette trouvaille, alors chop-chop, il se dépêche de le sortir, et c’est ainsi qu’en 2006 les journaux peuvent fièrement titre "Nouvel album de Diana Ross !" au lieu de "Diana Ross en cure de désintox !"
Le titre est passe-partout, la pochette anodine. D'où sort ce Blue ? Quelque part entre 1972 et 1973. Souvenez-vous, nous en avons déjà parlé : Diana remporte un grand succès en incarnant Billie HOLIDAY dans le film Lady Sings the Blues, l’album tiré du film se vend comme des petits pains. Face à ce succès la Motown demande à Diana d’enregistrer un autre album de reprises de standards de jazz, pour au final ne pas le sortir : voilà, c’est Blue. Alors pourquoi ne pas l’avoir sorti ? L’hypothèse la plus probable est que lorsque Diana ne remporta pas l’Oscar de la Meilleure Actrice cette année-là comme tout le monde l’avait prévu, Berry GORDY prit peur et préféra tourner la page. Vous connaissez l’histoire, l’album suivant de Diana sera Touch Me In The Morning, lui-même issu des cendres d’un autre album abandonné, To The Child, dédié à sa fille.

Pour résumer, Blue est un album de reprises de standards de jazz enregistrés dans les années 70 mais sortit en 2006. Il serait sorti à la suite de Lady Sings the Blues, il aurait bien marché. Mais 34 ans après ? La compétition est rude. Melody GARDOT, Stacey KENT, Diana KRALL, Madeleine PEYROUX… Elles ont remis le smooth jazz vocal à la mode en le remettant à jour en s’inspirant justement de Lady Sings the Blues, mais dans cette marmite Blue n’a que le nom de son auteure pour se distinguer – et ça a marché puisqu'il s’est bien vendu.
Musicalement les versions très lisses de ces standards ne tiennent plus le coup par rapport à celles qui ont été faites entre-temps et le tout sonne vieillot. Il serait sorti par exemple en tant que CD bonus sur une réédition de Lady Sings the Blues, comme l’album de BOWIE The Gouster est sorti sur un coffret, j’aurais été plus clément. Parce que la musique n’est pas mauvaise. C’est très lisse, fait sans aucun risque, mais Diana offre toujours une performance assez bonne pour rendre les choses intéressantes.

Il est bien connu que les producteurs et les médias nous prennent, nous autres acheteurs, pour des idiots et que l’on nous vend régulièrement les habits neufs de l’empereur, ce n’est pas près de changer, mais Blue est un exemple tellement évident d’hameçon lancé vers notre portefeuille que j’ai juste envie de lui lever mon majeur. Et si la question "quel intérêt ?" était rhétorique ?

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
E.sp. (1965)
Bijou bien caché.




Lawson ROLLINS
True North (2020)
Un album qui ne perd pas le nord !


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. What A Difference A Day Makes
2. No More
3. Let's Dot It
4. I Loves Ya Porgy
5. Smile
6. But Beautiful
7. Had You Been Around
8. Little Girl Blue
9. Can't Get Started With You
10. Love Is Here To Stay
11. You've Changed
12. My Man
13. Easy Living
14. (in My) Solitude
15. He's Funny That Way
16. T'ain't Nobody Bizness If I Do



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod