Recherche avancée       Liste groupes



      
DISCO/SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Michael Jackson , Marvin Gaye , Lionel Richie , Donna Summer
- Style + Membre : Chic

Diana ROSS - The Boss (1979)
Par DERWIJES le 24 Octobre 2019          Consultée 491 fois

Si ce n’était pas encore clair pour tout le monde le dixième album solo de Diana ROSS affiche le message clairement : c’est elle la Boss de Motown, la superstar ! En 1979 elle doit pourtant le crier haut et fort. Depuis le succès monstre de "Love Hangover" en 1976 sa carrière semble être sur la pente descendante, ses albums se vendent moins bien, ses singles ne finissent plus en tête des charts, même ses concerts commencent à se dépeupler… Nous pourrions choisir la facilité et blâmer cette perte de popularité sur l’échec du film The Wiz, mais la vérité est que Diana a un train de retard en cette fin de décennie. Ses rivales CHER, Gloria GAYNOR et autres Donna SUMMER ont compris depuis longtemps qu’elles ont intérêt à devenir les reines du dancefloor pour rester dans la lumière alors que Diana semble timide face au disco, même après le succès de "Love Hangover". Ses albums Baby It’s Me et Ross ne touchent au genre que doucement, par à-coups, préférant jouer la carte de la sécurité en restant principalement dans les sphères soul/pop qui lui ont assurée le succès depuis toujours.

De New-York où elle s’est installée suite au tournage de The Wiz Diana peut voir deux étoiles filantes enchaîner les hits : Nickolas ASHFORD et Valerie SIMPSON. Elle les connaît bien, et nous aussi d’ailleurs, puisqu’ils ont travaillé avec elle sur ses premiers albums solos. Ce sont eux qui lui ont conseillés de reprendre "Ain’t No Mountain High Enough", le single qui lui a permis de prouver qu’elle pouvait avoir une vie après les SUPREMES. Ils ont quitté la Motown en 1973 et poursuivent depuis lors une carrière fructueuse alternant entre albums personnels et song-writing, notamment pour Chaka KHAN. Cette nouvelle collaboration entre eux se fait différemment des précédentes. Cette fois-ci Diana ne se contente plus de chanter les chansons qu’on lui donne, elle s’investit dans la production du disque et choisit elle-même les morceaux qu’elle veut chanter. Ils mélangent ensemble les influences gospel toujours présentes dans la musique du couple avec la pop de Diana, et y ajoutent les beats de dance à la mode. C’est un passage important dans la carrière de la chenille Diana Ross star du gospel, sur le point de devenir Diana ROSS, super-star du disco. C’est la conclusion de la première partie de sa carrière, la piste de décollage avant que la CHIC Organization la fasse décoller vers de nouveaux sommets.

Tout ça met pas mal de pression sur les épaules du disque, et fort heureusement on peut dire qu’il s’en sort avec les honneurs. A l’exception du morceau "Once In The Morning" qui semble tout droit sorti du "Disco pour les Nuls", toutes les chansons ici sont composées avec le professionnalisme que l’on est en droit d’attendre d’Ashford & Simpson. L’ensemble est résolument disco, évidemment, mais le bon disco, celui qui rappelle que le genre a du charme, quand on n’en fait pas de manière générique. Il me suffit de comparer "No One Gets the Prize" au déjà mentionné "Once in the Morning", la façon dont le premier vous verra battre du pied sur la mesure suffit à appuyer mon argument. Ces tempos s’alternent entre rythmiques funks ("I Ain’t Been Licked" et "It’s My House") à d’autres faites pour être jouées en boîtes de nuit ("Once in the Morning" et "The Boss"). Elles sont toutes accompagnées d’un solide orchestre de cordes et de claviers, nouveaux arrivants chez Ross, qui les met bien à contribution. Sauf sur les ballades, au nombre de trois ici, "All for One", "Sparkle" et "I’m In The World".

The Boss sera la dernière collaboration de Ross avec Ashford & Simpson. L’album remportera un certain succès public et critique, mais c’est surtout pour la nouvelle jeunesse qu’il lui apporta qu’il vaut la peine d’être écouté aujourd'hui. Qu’on le considère comme un brouillon avant la suite ou l’autre face d’une même pièce c’est en tout cas un album solide et appréciable. Oui, Diana ROSS est bien la Boss !

A lire aussi en SOUL par DERWIJES :


Diana ROSS
Diana (1980)
Diana disco




Diana ROSS
Why Do Fools Fall In Love ? (1981)
Du disco, de l'aérobic et un brin de Gene Simmons


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Diana Ross (chant)


1. No One Gets The Prize
2. I Ain't Been Licked
3. All For One
4. The Boss
5. Once In The Morning
6. It's My House
7. Sparkle
8. I'm In The World



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod