Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW JACK SWING  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Michael Jackson , Marvin Gaye , Lionel Richie , Donna Summer
- Style + Membre : Chic

Diana ROSS - The Force Behind The Power (1991)
Par DERWIJES le 19 Décembre 2019          Consultée 362 fois

En 1991 Diana ROSS fait partie de cette catégorie d’artistes qui, après des décennies dans le business, remplissent toujours les stades mais dont les albums ne se vendent pas. Cette dichotomie n’est pas sans raison d’être, les concerts de la diva restant des spectacles lumineux de paillettes et de glamour alors que ses albums deviennent de plus en plus médiocres. Une médiocrité qui semblait avoir atteint son sommet –ou plutôt son nadir- en 1989 avec Workin’ Overtime, opus soporifique dans lequel Diana tente de copier le style New Jack Swing alors à la mode.

Malgré une réception critique plutôt froide, il faut croire que ses fans répondirent au rendez-vous puisque l’album se vendit dans des proportions relativement correctes –rien de bien impressionnant, mais assez rentable pour que Motown ne rechigne pas trop à ce qu’une suite soit faite. La subtilité quand on parle de Diana Ross, c’est qu’il faut bien se dire que se sont surtout ses singles qui se vendent le mieux, en particulier à partir dans les années 80. Lecteurs attentifs que vous êtes, vous aurez sûrement remarqués qu’à l’exception de celui de 1980, ses albums sont principalement des habillages à singles.

J’en parlais déjà sur Workin’ Overtime, mais la dernière grosse vente de Diana Ross était justement un single, celui composé pour le film The Land Before Time (en français, Le Petit Dinosaure). « If We Hold On Together », de son petit nom, profitera que le succès du film lui retombe dessus, mais aura surtout un destin improbable : le morceau sera utilisé dans une émission japonaise qui connaîtra beaucoup de succès, et deviendra le single d’une artiste étrangère le plus vendu de toute l’histoire du Japon, record qui tient aujourd’hui, si je ne m’abuse (je me ferais sûrement étriller dans les commentaires si je me trompe de toute manière.)

D’ailleurs, les singles de cet album furent une source de discorde entre Diana Ross et les producteurs de la Motown. Il était convenu à la base que le premier single à sortir, place importante pour le succès de l’album, serait « Change of Heart ». Mais Ross demanda à la dernière minute de faire décaler la sortie de l’album d’un mois car Stevie WONDER, qui lui promettait depuis longtemps déjà de lui écrire une chanson, tint sa promesse en lui offrant « The Force Behind the Power », que Diana voulait comme single. Les autres pontes de la Motown, revanchards, choisirent finalement « When You Tell Me That You Love Me ». Sur ce, Diana Ross, encore plus revancharde, intitula l’album « The Force Behind the Power » comme un dernier majeur levé bien haut.

Ces histoires sont bien belles, mais l’album n’en bénéficie pas. Workin’ Overtime était un album de New Jack Swing qui se voulait dansant, The Force Behind the Power est la même chose… mais avec des ballades. Diana a découvert « l’adult pop », cette soupe encore plus fadasse que du bouillon (qui lui au moins a des valeurs nutritives) qui fait des ravages depuis bien trop longtemps. On la sent essayer de copier les grandes heures de Stevie WONDER, mais la masse d’arrangements sur chacune des chansons fait que l’on n’entend pas la merveille cachée à l’intérieur. Il faut bien plusieurs écoutes pour dégager quelques morceaux, et encore ceux-ci ne sont pas brillants. Je retiens « Change of Hearts » qui s’en sort grâce à la performance vocale de Diana, et « If We Hold On Together », assez jolie. Je serais plus clément avec lui qu'avec Workin' Overtime. Au moins ici Diana semble arrêter d'essayer d'imiter les autres chanteuses pour reprendre son chant habituel.

Avec ce nouvel échec Diana Ross commence bien mal les années 90. Est-ce la fin ? Est-il temps de passer le flambeau à la nouvelle génération et de profiter d’une retraite bien méritée ? Il est encore trop tôt pour le dire, car pour l’instant il ne lui faudra rien de moins qu’un miracle de Noël pour lui permettre de se remettre sur pieds.

A lire aussi en POP par DERWIJES :


TEENAGE FANCLUB
Songs From Nothern Britain (1997)
De la chanson comme fenêtre.




Charlie WINSTON
Square 1 (2018)
Le hobo revient chez lui.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. Change Of Heart
2. When You Tell Me That You Love Me
3. Battlefield
4. Blame It On The Sun
5. Heavy Weather
6. The Force Behind The Power
7. Heart (don't Change My Mind)
8. Waiting In The Wings
9. One Shining Moment
10. You're Gonna Love It
11. If We Hold On Together



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod