Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Eric Dolphy , Duke Ellington
 

 Guide Jazz (391)

Charles MINGUS - Changes One (1975)
Par DERWIJES le 17 Décembre 2020          Consultée 119 fois

Nous l’avons vu dans les épisodes précédents, les années 70 furent une période mouvementée pour Charles MINGUS. Enfin, plus mouvementée qu’à l’accoutumée, entre problèmes de santé, problèmes personnels, problèmes en studio…Il parvient quand même à continuer à enregistrer, alors que les critiques et le public se désintéressent de lui. Pour ne rien arranger le quintet qu’il avait formé pour l’accompagner en concert le laisse tomber. Rien de dramatique, ce n’est pas la première fois que ça lui arrive, mais ce contretemps a de quoi l’énerver.

Bon gré mal gré il forme un nouveau groupe et repart en studio. Il en ressortira avec deux albums jumeaux, au titre sobre et à la pochette moche, Changes Volume One et Two. Disons-le d’office ce premier volume est le moins bon des deux. La différence qualitative n’est vraiment pas énorme mais elle est là. Si il vaut la peine d’être écouté c’est pour découvrir "Remember Rockfeller at Attica". Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas attaqué aussi frontalement l’actualité, le morceau faisant référence à une émeute à la prison d'Attica dans l’Etat de New-York menée par des prisonniers qui demandaient une amélioration de leurs conditions de vie. Le gouverneur de l’époque Nelson Rockfeller y vit une opportunité pour montrer ses muscles et mit fin de manière brutale à l’émeute, entraînant la mort d’une bonne partie des otages et des prisonniers. Bref, un sujet pas très joyeux mais qui a visiblement inspiré notre contrebassiste. Avec une possible référence au Fort Alamo ("Remember the Alamo !"), c’est un morceau énervé qui va vite, une sorte de punk-jazz avant l’heure, en bref, tout le MINGUS que l’on aime : énervé et engagé !

Avec un morceau d’introduction pareille c’était sûr que le reste n’allait pas suivre. Et ça ne déçoit pas, les autres morceaux de l’album sont on ne peut plus classique. MINGUS retombe en mode pilotage automatique. "Sue’s Changes" et "Devil Blues" sont sans saveur, la sauce ne prend pas. Le "Duke Ellington's Sound of Love" fait un peu mieux, mais c’est du réchauffé, il nous a déjà proposé ce genre de morceau des centaines de fois en mieux. Au final ce sont ceux-là les pires albums. Pas les grosses bouses radioactives, au moins on peut en rigoler…Non, le pire se sont ces disques qui sont juste ennuyants. On sent qu’il y a un travail derrière, qu’il y a des moments à sauver, mais l’ensemble est juste tellement…Gris, qu’on n’a pas envie d’en parler.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


The FREE SPIRITS
Out Of Sight And Sound (1966)
Garage jazz




Kamasi WASHINGTON
The Choice (2018)
Pourquoi choisir ?


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. Remember Rockefeller At Attica
2. Sue's Changes
3. Devil Blues
4. Duke Ellington's Sound Of Love



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod