Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  LIVE

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rover
- Membre : Iggy Pop , Brian Eno , Uriah Heep, Naked City, Tin Machine
 

 Billboard : Let's Dance (664)

David BOWIE - A Reality Tour (2010)
Par ERWIN le 11 Octobre 2010          Consultée 6767 fois

Il y a un seul David Bowie, et quand un des artistes les plus influents de la galaxie musicale sort un nouveau Live, l’heure est au recueillement. La set list est… Comment dire ? De qualité ? Oui voila on va dire ça. Constatons d’ailleurs que les aficionados de la période « Let’s dance » seront déçus puisque l’éponyme titre manque à l’appel. David a toutes les difficultés du monde à l’interpréter. Oh pas techniquement, c’est juste qu’il ne la supporte plus. Il a bien tenté des versions Reggae et Techno, mais non, il en a ras la casquette…

Pas bien grave me direz-vous, il reste quelques titres à se mettre sous la dent. Il ne manque pas grand-chose d’autre en fait, tous les grands classiques sont présents. Chacun déplorera à titre personnel et égoïste l’absence de telle ou telle chanson, moi par exemple j’aurais bien aimé une petite version live de « The Pretty Things are Going to Hell », « Jean Genie » ou « Suffragette City ».
Question personnel, on aura rarement fait aussi bien, Sterling Campbell au tambourin, Earl Slick et Gerry Leonard au ukulélé électrique, la splendide Gail Ann Dorsey au doumbadoum, et qui partage avec David certaines portions vocales dont le classique « Under pressure », on finit cette « dream team » avec LE Mike Garson au Bontempi. Bref ça calme !

David est plus beau que jamais en cette sémillante année 2003, coupe décolorée, sourire ravageur et superbe guitare en bandoulière, le voila armé pour un tour du monde de première bourre. Les avis sont partagés sur cette tournée qui a déjà 7 ans. Des amis étaient à Lyon et Nice, ont détesté le show, j’étais à Marseille, et croyez-moi ce fut de la haute volée. Quand je vous dirai que ma nana d’alors m’a quitté peu de temps après, il faut bien admettre aussi que la comparaison est rude avec le « « Thin white duke », hein? Non elle m'a pas largué pour le Duke, ça vous fait marrer ? Bref... A Paris, le concert fut là aussi à la hauteur, on ne sait donc pas à quel saint se vouer. Bref tachons de nous concentrer sur cette date Dublinoise pour la ballade irlandaise de David Bowie.

Voyons donc en premier lieu les extraits du « Reality » album, sa dernière œuvre en date -toujours à ce jour, magnes toi un peu Man !-. Le single « New Killer Star » fait son job de hit et met le public sur le grill. « The Loneliest Guy », mon titre préféré de l’album, nous plonge dans une transe spatiale tout à fait démente. Du grand art ! « Never Get Old », dans une version un poil plus rock, avec un Bowie agressif sur le joli refrain qui est resté dans toutes les mémoires suite à une pub vantant les mérites d’une marque de flotte, non ? Puis nous avons « Bring me the disco king » au ton assez groovy.

L’énigmatique « Heathen » occupe une position finalement prépondérante sur ce skeud puisque de nombreux extraits en sont issus : à commencer par le phénoménal morceau titre « Heathen » et son ambiance sépulcrale, nimbée d’une lumière éblouissante. La voix de David, raide mais vibrante y dégage une belle émotion. S’ajoutent ensuite « Cactus » au ton résolument agressif et une « Afraid » assez différente de son originale, la guitare y tient une position centrale pour une version raw, on gagne en force ce que l’on perd en sophistication, terme qui sied sacrément bien à la suivante « Sunday », durant laquelle ce coquin d’Earl Slick se tire bien les doigts pour un solo d’anthologie. On déplorera en revanche l’absence de la puissante « I’ve been waiting for you »…

Sinon? Bah on évolue de standards en classiques « The Man who Sold the World », “Ashes to Ashes”, “Rebel Rebel”, “Changes” ou “Fame”, notez que la liste n’est pas exhaustive et puis quoi, vous croyez que je vais me farcir tous les noms des classiques de Bowie les uns après les autres, z’avez qu’à lire bande de feignasses ! En tout cas, le beau David est tellement à l’aise avec ce répertoire, SON répertoire qu’il est inutile d’en rajouter. Bien sur pour quiconque souhaite découvrir l’étendue du talent de notre extraterrestre, ce live est une bonne introduction, en toute simplicité. En parlant de répertoire, la « reprise » de Mott the Hoople est rigolote, et « All the Young Dudes » fait depuis longtemps partie des sets du Duke.

Vous avez encore faim ? C’est pas croyable, moi j’aurais déjà volé l’album quelque part ! Bon, la version de « Life on Mars » vaut son pesant de pancakes, et nous avons une version originale de « Heroes » avec une orchestration minimale qui rend ma foi pas mal du tout. Le concert s’achève sur « Ziggy Stardust » de manière somme toute classique.
Alors pour moi, mais pas moi seul, je signale l’incroyable « Hallo Spaceboy », ma chanson préférée du génie de Brixton, et sa débauche d’effets électroniques directement issue de l’esprit torturé de Trent Reznor, une grande influence pour Bowie. Une force supplémentaire s’y ajoute face à la version studio, plus calme et posée. C'est à se pisser dessus tellement c'est bon!
Pas grand-chose à rajouter, peu d’artistes peuvent nous proposer un disque live d’un tel niveau. Et David Bowie, de toutes manières, plane des années lumières au dessus de la concurrence.

C’est la toute l’idée, ce live est incontournable !

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


BANDE ORIGINALE DE FILM
Kill Bill 1 (2003)
Tu seras une samouraï ma fille




Bob DYLAN
Highway 61 Revisited (1965)
Le prince de la folk se fait rockeur

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   ERWIN

 
  N/A



- David Bowie (chant, guitare, saxophone)
- Earl Slick (guitare)
- Gerry Leonard (guitare)
- Gail Ann Dorsey (basse, chant)
- Mike Garson (claviers)
- Sterling Campbell (batterie)


1. Rebel Rebel
2. New Killer Star
3. Reality
4. Fame
5. Cactus
6. Sister Midnight
7. Afraid
8. All The Young Dudes
9. Be My Wife
10. The Loneliest Guy
11. The Man Who Sold The World
12. Fantastic Voyage
13. Hallo Spaceboy
14. Sunday
15. Under Pressure
16. Life On Mars?
17. Battle For Britain (the Letter)
18. Ashes To Ashes
19. The Motel
20. Loving The Alien
21. Never Get Old
22. Changes
23. I'm Afraid Of Americans
24. Heroes
25. Bring Me The Disco King
26. Slip Away
27. Heathen (the Rays)
28. Five Years
29. Hang On To Yourself
30. Ziggy Stardust



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod