Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Chris REA - Whatever Happened To Benny Santini? (1978)
Par ERWIN le 31 Janvier 2014          Consultée 1407 fois

Ah cette écharpe colorée ! Quel choix judicieux pour débuter une carrière ! C’est beau non ? Ce look sémillant pour plaire… A qui en fait ? Allez, je ne devrais pas me moquer car Chris REA est un immense monsieur de la chanson d’amour bluesy. J’en veux pour preuve les rayons de CD des ménagères de 50 printemps ou on le retrouve systématiquement. C’est donc un aimant à gonzesses cette discographie – pourquoi croyez-vous que c’est bibi qui s’y colle hein les mecs... Laissez viendre à moi toutes les nanas !! -. Alors, Chris est né à Middlesborough, dans le Yorkshire, fils d’un vendeur local réputé d'icecream. Gaucher, il apprend l’instrument en droitier, succède à David COVERDALE dans un groupe local et se lance ainsi dans la grande aventure du rock… Benny Santini ? C’est le nom que voulait lui faire porter sa maison de disque… Les losers !

C’est le grand producteur Gus Dudgeon, responsable des opus de sir Elton John dans les seventies qui est à la production… Chris n’aimera pas son boulot, l’accusant de l’écarter de ses racines blues…

Tout commence avec le sirupeux slow « Fool », qui sera le plus grand succès de notre bluesman aux States. Arf ! Les ricains n’ont aucun goût ! Le titre n’est pas vilain, mais rappelle « la croisière s’amuse » avec ses velléités mainstream. Le sax est mollasson, les chœurs donnent furieusement envie de s’endormir. Elle sera pourtant nominée pour un Grammy mais perdra face à « Just the way you are » de Billy JOEL, tu m’étonnes !! Beaucoup de ressemblance avec ce que font les DIRE STRAITS à la même époque, on le remarque sur l’introductif « Whatever Happened to Benny Santini? », aux gimmicks fortement smooth. De même la rythmique plus pêchue de « The closer you get » aurait pu sortir de la guitare de Mark KNOPFLER.

« Because of you » montre quelques influences Eltonienne mal digérées, c’est franchement mou, d’ailleurs la voix de Chris ne surnage pas sur ce titre. La mélodie n’est pas originale pour deux ronds. Je lui préfère « Bow and Bangles » avec ses sonorités déjà eighties avant l’heure, sans atteindre des sommets de créativité. Quelques sons countrysants sortent de « just one of those days ». « Three angels » laisse entendre quelques belles promesses sur la guitare, enfin !! Un peu de distorsion et on s'approche de la formule magique. Le petit solo est tout de slide vétu mais se veut cependant trop discret. J’en connais un qui n’est pas né pour devenir une rock star…

Finalement, le meilleur titre du lot est incontestablement « Fires of spring » ou le chanteur tire enfin les marrons du feu avec ce rock entraînant et aussi chamarré que son écharpe !! On signalera aussi « Dancing with Charlie » et sa charmante slide.

Bref la grande absente de ce premier opus est incontestablement la guitare de Chris, qui ne retentit qu’avec beaucoup de modestie. Certes le petit blondinet nous a habitué à ne pas se prendre pour un guitar hero, mais le manque est patent. Le style, lui, n’est pas encore trouvé, il va falloir bosser pour trouver la voie, jeune scarabée ! Mais il faut bien commencer quelque part, donc sur ce banal « Benny Santini » !

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


The PRETENDERS
Pretenders (1980)
The Great Pretender




Johnny WINTER
Saints'n'sinners (1974)
Entrez dans le péché


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Whatever Happened To Benny Santini ?
2. The Closer You Get
3. Because Of You
4. Dancing With Charlie
5. Bows And Bangles
6. Fool
7. Three Angels
8. Just One Of Those Days
9. Standing In Your Doorway
10. Fires Of Spring



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod