Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Maxime Le Forestier , Alain Souchon

Julien CLERC - Sans Entracte (1980)
Par ERWIN le 10 Avril 2015          Consultée 1155 fois

Il fallait bien que ça arrive, alors que notre Juju est en pleine bourre de composition, v'la-t-y-pas qu'il lui prend l'envie de se renouveler et de dire à son principal collaborateur Etienne Roda-Gil qu'il va se débrouiller sans lui... Rien que ça ! Bien entendu, tout ça finit mal, et les deux compères ne vont plus s'adresser la parole pendant 10 ans. Ouais ya pas que les filles qui sont casses couilles ! Du coup, l'album sort en pleine urgence, et Julien a plein de choses à prouver, c'est donc son second album en 1980. je vous le dis de suite, cette cuvée de fin 80 est sans doute l'opus que j'aime le moins de notre pseudo titi parisien.

Du coup, Plamondon et Dabadie se partagent le gateau. c'est avec un texte d'une importance considérable que Dabadie signe le classique de cette cuvée. En effet, sur l'"Assassin assassiné", les deux artistes prennent fermement position contre la peine de mort, à une époque ou la majorité des français reste pour. Nous sommes en année pré présidentielle et nous nous souvenons que parmi les gestes forts de l'accession au pouvoir de Mitterrand, l'abolition de la peine capitale restera dans l'histoire. une chanson qui vaut avant tout pour son texte , car la mélodie est trop légère pour être vraiment mémorable, elle dure plus de 6 minutes, c'est une exception pour Julien, mais le jeu en valait clairement la chandelle. Le refrain dramatique se laisse bien apprivoiser cependant. On en retiendra le message courageux et avant-gardiste d'un artiste trop facilement considéré comme de droite à causs de ses rapports avec le couple Sarkozy, d'ailleurs il le revendique dans la chanson  :"Je ne suis qu'un musicien ". Cela parle bien aux oreilles. Jean-Loup propose aussi l'inconsistance "Les mots qui dansent", et la geignarde "Elle faisait lalala"... Pas l'extase.

Plamondon propose "Week end", presque du FERRE dans l'idée, un piano un brin entendu, et "Le crooner de l'an 2000" au ton insouciant et parfois désabusé... Aujourd'hui c'est carrément rigolo à écouter! Mais c'est avec une collaboration du vieux pote Momo Vallet que Julien CLERC débute cet album revendicatif, sur un ton léger et un rythme tressautant, cela donne une "Jungle queen" qui n'est pas désagréable mais qui n'a jamais réellement capté mon attention.

Nous avons aussi l'adaptation de "la quête" tirée de l'oeuvre "L'homme de la Mancha" du grand Jacques BREL. Malgré cette illlustre filiation, je ne trouve pas le résultat particulièrement marquant. Enfin, surprise sur le cake, nous y adjoignons deux titres du grand Serge GAINSBOURG. Pas évident d'établir le lien entre les deux artistes, à l'opposé l'un de l'autre, "Belinda" est un petit pop rock sympa, puis la basse groovy et la gratte funky répétitive de "Mangos" sonnent très eighties et sont de purs produits gainsbouriens de consommation courante. Rien d'extraordinaire, même si le second est bien sympa.

Au final, cet album pressé n'est pas un des meilleurs de Julien CLERC, c'est l'évidence. Pas mal de remplissage même si comme dab, tout reste agréable à l'oreille. Je conseille vivement l'écoute de "L'assassin assassiné" mais c'est bien la seule chose à signaler sur la seconde cuvée de 1980.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par ERWIN :


Liane FOLY
Le Goût Du Désir (2008)
Beaucoup de goût... Quant au désir ...




Véronique SANSON
Le Maudit (1974)
Grande classe


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Jungle Queen
2. Les Mots Qui Dansent
3. Week End
4. Belinda
5. La Quete
6. Elle Faisait La La La
7. Mangos
8. Le Crooner De L'an 2000
9. L'assassin Asassiné



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod